Défendre les libertés démocratiques !

Mardi 16 octobre 2018, les locaux du Parti de Gauche, celui de La France Insoumise et le domicile de Jean-Luc Mélenchon, ont été perquisitionnés dans des conditions problématiques : déploiement policier disproportionné (une centaine d’agents armés...), pour une enquête préliminaire en présence non pas d’un juge d’instruction mais d’un Procureur nommé par le Garde des Sceaux, empêchement illégal, pour les représentants de la France Insoumise, d’assister à la perquisition dans leurs locaux, absence de procès-verbal... ; c’est dans ces conditions que s’est exprimée la colère de J-L. Mélenchon et d’autres parlementaires de la FI.
Depuis, une campagne de presse intense est menée, et des procédures judiciaires sont entamées contre les dirigeants de La France Insoumise, mesures qui frôlent l’indécence et font peser de graves dangers sur les libertés démocratiques, dans la foulée des décisions et projets liberticides de la bourgeoisie et de son mandataire Emmanuel Macron.
Les perquisitions ont été mises en scène dans des conditions qui pouvaient être évitées, et qui l’ont été lorsqu’il s’agissait de Nicolas Sarkozy, pourtant suspect de délits plus graves, sur la base d’une accusation plus étayée. Or il faut se rappeler qu’une campagne sourde a lieu pour le soustraire à la justice (sans compter ce qui a déjà été abandonné).
Contrairement à ce que prétendent certains "syndicats" de policiers – toujours prompts à justifier les violences policières -, le Parquet de Paris et le Premier Ministre, ce que les incidents actuels soulignent, ce n’est pas la prétendue "violence" de Jean-Luc Mélenchon, mais celle de la police et du Parquet s’attaquant à l’appartement d’un député et au local d’un mouvement politique d’opposition, avec la démonstration de « toute-puissance » que la police met en œuvre chaque fois qu’elle le peut.
Le PCRF condamne fermement l’attitude des policiers et magistrats qui étaient présents. Il considère que ces perquisitions constituent une agression contre ceux et celles qui ont cru et croient que la France Insoumise apporte une perspective, et il leur témoigne sa sympathie tout en réaffirmant que le capitalisme ne peut être amendé et qu’il n’y a pas d’autre chemin que de le renverser pour le remplacer par le socialisme-communisme.

  • Procès d’Ikea : de l’espionnage au contrôle social généralisé ?

    Tant vanté par Emmanuel Macron lors du premier confinement, le « monde d’après » révèle toujours plus son caractère réactionnaire et répressif. Dans une actualité de plus en plus marquée par la casse des salaires et des conditions de travail, ainsi que par les attaques à répétition contre les droits (...)
  • Pour une vague... révolutionnaire !

    Un an après le premier confinement consécutif à l’apparition de l’épidémie de Covid-19, domine l’impression d’un scénario qui se répète : celui d’une vague montante mortelle devenue incontrôlable, imposant l’enfermement durable de millions de personnes, comme l’a à nouveau annoncé Emmanuel Macron le 31 mars (...)
  • Un logement digne pour tous !

    Plusieurs organisations syndicales, notre Parti, et des associations comme la CNL, ont participé à la mobilisation le 27 mars 2021 pour le droit au logement, contre les expulsions et le logement cher. Vingt et un pays européens se sont joints à cette mobilisation. Actuellement, deux millions de (...)
  • Leclerc ou l’arnaque de la philanthropie bourgeoise

    Nous partageons ci-dessous un article paru sur le site de l’Union de la Jeunesse Communiste (UJC) sur la grande campagne d’aide alimentaire intitulée « la semaine de repas équilibré : 21 repas pour 21 euros » récemment lancée par le monopole de la distribution Leclerc. Contre l’hypocrisie du capital, (...)
  • Rencontre KKE - PCRF

    La direction du Parti Communiste de Grèce (KKE) a demandé à rencontrer la nouvelle direction du Parti Communiste Révolutionnaire de France (PCRF), rencontre qui s’est tenue en distanciel le 19 février 2021 entre d’une part les camarades Kostas PAPADAKIS, membre du CC du KKE et député européen, et (...)
  • L’hôpital public dans la tourmente des variants et... du capital !

    Comparé au précédent, le « monde d’après » se révèle encore plus réactionnaire et obscurantiste. Alors que l’hôpital public et les personnels soignants sont toujours plus fragilisés, sinistrés et épuisés par la pandémie de Covid-19, différents variants du SARS-CoV-2 circulent désormais en France. La crainte (...)
  • Renault, AccordInvest : Le capital se paye sur le dos des travailleurs !

    Alors que la pandémie mondiale de Covid-19 fait encore rage en saturant l’hôpital public et en plongeant un nombre croissant de travailleurs dans la précarité et la peur du lendemain, les monopoles capitalistes, eux, continuent comme avant leurs opérations d’économies, de rachat, de fusion et de (...)