Défendre les libertés démocratiques !

Mardi 16 octobre 2018, les locaux du Parti de Gauche, celui de La France Insoumise et le domicile de Jean-Luc Mélenchon, ont été perquisitionnés dans des conditions problématiques : déploiement policier disproportionné (une centaine d’agents armés...), pour une enquête préliminaire en présence non pas d’un juge d’instruction mais d’un Procureur nommé par le Garde des Sceaux, empêchement illégal, pour les représentants de la France Insoumise, d’assister à la perquisition dans leurs locaux, absence de procès-verbal... ; c’est dans ces conditions que s’est exprimée la colère de J-L. Mélenchon et d’autres parlementaires de la FI.
Depuis, une campagne de presse intense est menée, et des procédures judiciaires sont entamées contre les dirigeants de La France Insoumise, mesures qui frôlent l’indécence et font peser de graves dangers sur les libertés démocratiques, dans la foulée des décisions et projets liberticides de la bourgeoisie et de son mandataire Emmanuel Macron.
Les perquisitions ont été mises en scène dans des conditions qui pouvaient être évitées, et qui l’ont été lorsqu’il s’agissait de Nicolas Sarkozy, pourtant suspect de délits plus graves, sur la base d’une accusation plus étayée. Or il faut se rappeler qu’une campagne sourde a lieu pour le soustraire à la justice (sans compter ce qui a déjà été abandonné).
Contrairement à ce que prétendent certains "syndicats" de policiers – toujours prompts à justifier les violences policières -, le Parquet de Paris et le Premier Ministre, ce que les incidents actuels soulignent, ce n’est pas la prétendue "violence" de Jean-Luc Mélenchon, mais celle de la police et du Parquet s’attaquant à l’appartement d’un député et au local d’un mouvement politique d’opposition, avec la démonstration de « toute-puissance » que la police met en œuvre chaque fois qu’elle le peut.
Le PCRF condamne fermement l’attitude des policiers et magistrats qui étaient présents. Il considère que ces perquisitions constituent une agression contre ceux et celles qui ont cru et croient que la France Insoumise apporte une perspective, et il leur témoigne sa sympathie tout en réaffirmant que le capitalisme ne peut être amendé et qu’il n’y a pas d’autre chemin que de le renverser pour le remplacer par le socialisme-communisme.

  • L’Université selon Macron : sous la tutelle du capital !

    Intervention de Macron devant les présidents d’Université le 13 janvier 2022 : Accentuer la casse du service public de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR) pour placer ce secteur sous la tutelle du capital Il y a un an, Intervention communiste publiait un article intitulé « (...)
  • Echanges communistes (Bulletin n°1)

    ÉCHANGES COMMUNISTES est un bulletin dont l’objectif est la Reconstruction Communiste en France. Ce bulletin est une étape nouvelle dans le travail commun de quatre organisations communistes que sont le Parti Communiste Révolutionnaire de France (PCRF), l’Association Nationale des Communistes (ANC), (...)
  • Censure contre le PCRF à Wikipédia !

    Communiqué de presse du PCRF, suite à la suppression arbitraire de l’article consacré à ce parti sur Wikipédia Le Parti Communiste Révolutionnaire de France est un parti fondé en octobre 2016, déclaré officiellement au Journal officiel (avec contrôle étroit de ses comptes par un commissaire aux comptes (...)
  • Conférence du KKE sur la Commune de Paris le 4 décembre à Paris

    Pour fêter les 150 ans de la Commune de Paris, le KKE-France accueillait à Paris Dimitris Koutsoumbas, Secrétaire général du KKE. C’est dans une salle bondée qu’il est arrivé, sous le slogan d’accueil scandé par les nombreux militants grecs, en lien le centenaire du Parti : "Un siècle de luttes et de (...)
  • [IPCOE] Les communistes face à la question de l’environnement (intervention du PCRF)

    Le 28 novembre 2021, le PCRF a participé à la téléconférence de l’IPCOE (Initiative des Partis Communistes et Ouvriers d’Europe) sur le thème « Les communistes à l’avant-garde de la lutte des travailleurs et du peuple contre la barbarie capitaliste « verte » et « numérique » pour les besoins populaires (...)