Suède : à propos des élections...

Le résultat des élections législatives en Suède inquiète légitimement l’opinion démocratique. Le parti "Démocrate", raciste, xénophobe, avec un discours de type néonazi, arrive en troisième position augmentant de 4% son score sur 2014.

Mais pour autant, son résultat n’est pas celui que nous prédisait la campagne alarmiste menée par l’Union Européenne, Macron, Angela Merkel, et la presse bourgeoise. Le parti "Démocrate" n’arrive pas en deuxième position, et il obtient 17,6% des voix. En fait, les élections en Suède et le résultat supposé de ce parti d’extrême-droite, semblent bien procéder de la même manipulation politique que les élections présidentielles françaises, avec la prétendue opposition entre Le Pen et Macron, permettant à ce dernier d’apparaître comme le rempart contre le Front National pour mettre en place une politique finalement... d’extrême-droite par sa violence sociale et politique.

Mais cette fois, la campagne s’inscrit dans le cadre des élections européennes où l’appareil de l’UE au service des monopoles capitalistes et de l’oligarchie financière voudrait nous faire avaler l’idée que d’un côté il y aurait l’UE ouvrant ses bras aux migrants, et de l’autre le populisme eurosceptique qui voudrait fermer les frontières !

Mais le débat n’est pas là :

- D’abord parce que, sur la question des migrants, entre l’extrême-droite nationaliste et l’Union européenne, et les forces politiques qui lui sont liées (qui vont d’une certaine extrême-droite comme Macron à la social-démocratie), il n’y a pas de contradictions de fond, mais des nuances : pour prendre le gouvernement français, chacun est à même de voir qu’il ferme ses frontières, comme le font les autres gouvernements, y compris celui des sociaux-démocrates suédois. De ce point de vue, idéologiquement, c’est bien les propositions amendées de l’extrême-droite nationaliste qui donne le "la" du débat politique ! Et la dernière proposition de Junker, de porter à 10 000 le nombre de "gardes-frontières" européens pour "protéger" l’UE, confirme cette analyse.

- Ensuite parce que et les uns et les autres, sur le fond, sont porteurs des mêmes politiques antisociales, politiques contre la classe ouvrière et les masses populaires. En Suède comme en France, comme en Italie, comme en Autriche, en Grèce (Syrisa), mais aussi comme dans les pays d’Europe de l’Est, ce sont les sociaux-démocrates qui ont mené les offensives barbares au nom de la bourgeoisie, en s’appuyant sur les directives de l’UE !

Le débat, le combat, est entre ceux qui défendent le capitalisme, qui veulent l’amender à droite ou à "gauche", qui sont les porte-parole des différentes fractions du capital monopoliste, et qui par ce choix, s’inscrivent dans la forme politique la plus adaptée à ce dernier pour le moment, l’Union Européenne, et ceux qui veulent combattre le capitalisme, ceux qui veulent renverser la dictature de la bourgeoisie et instaurer le pouvoir de la classe ouvrière et des masses populaires, pour construire le socialisme vers le communisme.

Quel que soit le rapport des forces actuels, l’ampleur du recul du mouvement ouvrier depuis la défaite du socialisme en Union Soviétique, c’est bien l’enjeu historique auquel nous sommes confrontés. Plus que jamais, c’est bien le dilemme posé par Rosa Luxembourg et Karl Liebknecht, qui nous est soumis : Socialisme ou Barbarie . Et pour le résoudre, il faut en finir avec l’Union Européenne, qui structure la politique de la bourgeoisie en Europe, comme avec l’ensemble des structures auxquelles elle est liée : OTAN, FMI, Banque Mondiale, OCDE ...

Contre le capitalisme, non à l’UE et à toutes politiques servant les intérêts de la bourgeoisie !
Reconstruisons le Parti Révolutionnaire de la classe ouvrière, le Parti Communiste !
Solidarité avec nos frères immigrés contre le Capital !
Classe contre classe, et non pas "gauche ou droite" !

  • Grèce : Après les élections législatives, le PCRF salue le KKE !

    Le 7 juillet 2019 ont eu lieu des élections législatives en Grèce. Les résultats montrent un fort taux d’abstention, la victoire de la droite et la défaite de Syriza, mouvement d’une prétendue "gauche radicale" qui, arrivé au gouvernement avec Tsipras comme 1er ministre, a montré au fil des mois son (...)
  • Corée du Nord : le PCRF salue le nouveau succès diplomatique

    Le Parti Communiste Révolutionnaire de France salue le nouveau succès diplomatique de la RPDC (Corée du Nord) Le 1er juillet 2019, la RPDC a connu un nouveau succès diplomatique dans sa lutte pour être reconnue comme une puissance pleine et entière, pour le rétablissement des négociations avec les (...)
  • NON à l’interdiction du Parti communiste de Pologne !

    Ci-dessous l’alerte lancée par nos camarades du PCP : L’appel à l’action contre l’interdiction du communisme en Pologne La persécution anticommuniste en Pologne s’intensifie alors que les autorités de l’État tentent de criminaliser l’activité communiste en modifiant le code pénal. C’est un élément de la (...)
  • KOMINTERN : Centenaire et actualité !

    Les 1er et 2 juin 2019, à Moscou, à l’initiative du Parti communiste ouvrier de Russe (PCOR), s’est tenue la Conférence internationale des partis communistes et ouvriers, intitulée : "Cent ans du Komintern et les tâches du mouvement communiste actuel". La conférence a réuni des représentants des 19 (...)
  • Venezuela : Furieux, pas désespérés !

    Carolus Wimmer, secrétaire aux relations internationales du Parti communiste vénézuélien (PCV) a été reçu au siège du Parti communiste allemand (DKP). Nous publions ci-dessous l’interview qu’il a donnée sur la vie au Venezuela sous les attaques présentes de l’impérialisme nord-américain et sur les (...)
  • Venezuela : Déclaration du PCV

    Le Parti communiste du Venezuela (PCV) condamne la nouvelle action déstabilisatrice de l’extrême-droite dirigée par la marionnette Juan Guaido et le repris de justice récidiviste en cavale, Leopoldo Lopez, qui poursuivent la tentative de coup d’État au service de l’impérialisme américain. Devant (...)