Vive le 75ème anniversaire de la libération des camps d’extermination par l’Armée Rouge

Il y a 75 ans, l’Armée Rouge, refoulant les armées nazies, libérait le camp d’Auschwitz.
Elle y découvrait l’horreur d’un camp d’extermination des populations qualifiées par les nazis de « sous-hommes », dans le cadre de leur colonisation de l’Europe : Juifs, les plus nombreux (un million cent mille sur un million quatre cent mille...), Tziganes, Russes, Biélorusses, Ukrainiens, Polonais… mais aussi des résistants. L’Armée Rouge avait auparavant libéré les camps de concentration et d’extermination « par le travail » implantés dans les territoires Soviétiques occupés. Mais Auschwitz constituait la découverte d’une réalité nouvelle de la politique colonialiste de l’impérialisme allemand : celle d’une extermination industrielle, systématique, concernant les vieillards, les enfants, les mères de famille, et ceux épuisés par le travail forcé.
L’URSS immédiatement dénonça le crime. Mais la Grande-Bretagne et les États-Unis bloquèrent l’information pendant plusieurs jours, prétextant que les « Soviétiques exagéraient » !
D’autre part, l’Armée Rouge mit à disposition des survivants le personnel médical et la nourriture adaptée dont ils avaient besoin, sauvant des milliers de survivants.

Le PCRF salue la mémoire de l’Armée Soviétique et dénonce les gesticulations des autorités polonaises pour tenter de retourner la libération d’Auschwitz contre l’URSS, pour tenter de couvrir la politique antisémite du gouvernement polonais en exil à Londres et d’une partie de la Résistance polonaise (nationaliste et non-communiste).

Le PCRF dénonce de nouveau la résolution du Parlement Européen renvoyant dos à dos communisme et nazisme et attribuant comme cause à la Seconde Guerre Mondiale le Pacte Germano-Soviétique. Ce dernier n’était qu’une manœuvre diplomatique soviétique pour gagner du temps face au refus des Occidentaux, dont le gouvernement polonais, d’une alliance pour imposer la sécurité collective et isoler les puissances fascistes.
Ce dont témoigne, cinq ans et quatre mois plus tard, la libération d’Auschwitz, après la bataille de Moscou, la bataille de Stalingrad, la libération de Leningrad, … avant que ne flotte le drapeau rouge sur Berlin.

Le PCRF, 26 janvier 2020

  • Fichage renforcé : un pas de plus dans la fascisation de l’Etat capitaliste !

    Décidément, chaque jour qui passe révèle la sombre réalité de ce « monde d’après » promis par Emmanuel Macron, un monde où la casse des libertés démocratiques est bien en marche... Ainsi en est-il de 3 décrets ministériels adoptés discrètement le 4 décembre 2020, pour modifier le Code de sécurité intérieure (...)
  • Danone, Bridgestone, Hydro-GE casseurs d’emplois... Accusons le capitalisme !

    Annoncé par Emmanuel Macron lors du premier confinement en France, le « monde d’après » tombe le masque et promet d’être pire que celui d’avant. La casse et la précarisation du travail s’accentuent tout aussi clairement que la répression contre les travailleurs, le caractère réactionnaire et antisocial de (...)
  • Loi "Sécurité globale" : la dictature du capital tombe le masque...

    Malgré sa relative souplesse, ce second confinement a ceci de commun avec le premier qu’Emmanuel Macron et le gouvernement Castex en profitent pour intensifier la casse sociale et démocratique à un degré inédit jusqu’alors. Le mardi 17 novembre 2020, l’Assemblée nationale a commencé l’examen de la très (...)
  • Unité de la classe ouvrière contre les monopoles !

    Sept mois après le premier confinement, le couvre-feu puis le reconfinement montrent l’incapacité du gouvernement et du capitalisme à résoudre les problèmes et à répondre aux besoins. Où sont les masques gratuits et les tests en masse rapides pour toute la population ? Où sont les moyens (...)
  • Un reconfinement pour la santé... des profits !

    Déclaration du Parti Communiste Révolutionnaire de France (PCRF) Face à la montée inquiétante de la deuxième vague épidémique et au risque de saturation des hôpitaux, le président Macron a décidé mercredi soir (signalons au passage la très monarchique formule « j’ai décidé »...) d’imposer à tout le pays (...)
  • Sous le capitalisme, le couvre-feu...

    ... est fait pour le capitalisme ! Un homme qui ne dispose d’aucun loisir, dont la vie tout entière, en dehors des simples interruptions purement physiques pour le sommeil, les repas, etc., est accaparée par son travail pour le capitaliste, est moins qu’une bête de somme. C’est une simple machine (...)