Vivarte : soutien aux luttes pour l’emploi !

VIVARTE Banderole magasin La Halle

Vivarte est le plus gros groupe d’habillement en France : Kookaï, La Halle aux chaussures, La Halle aux vêtements, Pataugas, Naf Naf, André, San Marina, Caroll, ...
Tout a commencé à Nancy par une usine de chaussures en 1896. C’est en 2001 que le groupe André change de nom et devient Vivarte.
En 2004, le groupe Vivarte est racheté à hauteur de 55 % par un fonds d’investissement, la valse des achats/reventes commence. Les fonds d’investissement de gestion active tentent toujours de faire mieux que le marché, c’est-à-dire de battre les indices (CAC 40, ...), en achetant et vendant.
Quand il a été acheté par le groupe financier Chartered House en 2007, Vivarte engrange les bénéfices et surtout, on était dans la période où les prix s’envolaient et les niveaux d’endettement concédés par les banques étaient au plus haut. Il a donc été payé au prix fort. 3 milliards 200 millions d’euros via un « Leverage Buy Out », technique financière qui permet de faire payer par l’entreprise elle-même le coût de son achat. 3 milliards 200 millions dont l’essentiel s’est retrouvé au passif de l’entreprise, dans sa dette (c’est ça le principe du LBO). Une somme colossale, bien supérieure au chiffre d’affaire !
En 2008, la crise plombe les ventes. Mais il y a la dette à rembourser.
En 2014, quasi faillite, la dette est décotée, et c’est là, deuxième étape, que des hedge fonds « vautours » arrivent, catégorie de fonds de placement très peu réglementés et qui se spécialisent dans l’achat à bas prix de dettes émises par des débiteurs en difficulté. Ils rachètent la dette pour 800 millions d’euros, trois fois moins que ce qu’elle valait avant, injectent du capital et entrent aussi dans le conseil d’administration. Les 800 millions qu’ils ont apportés ont eux aussi été intégrés au passif de l’entreprise, donc se sont rajoutés à la dette que Vivarte doit rembourser. Ces "racheteurs de dette" ont injecté 500 millions dans l’entreprise, 500 millions qu’ils font aussi payer par l’entreprise à un taux d’intérêt de 11% ! Un taux énorme. Et pourtant, Vivarte continue à être rentable sur certaines marques que les fonds vont essayer de vendre par petits lots. Notons qu’aucun chiffre n’est disponible publiquement, car l’entreprise n’est pas cotée.
En 2015, Vivarte veut augmenter ses taux de profit et présente donc un plan de suppressions de postes portant notamment sur plus de 1300 travailleurs (sur 4 256) à La Halle aux Vêtements, son enseigne phare. Ces licenciements interviennent alors que dans le même temps, sont évoquées les indemnités de deux millions d’euros du PDG entre 2012 et 2014.
En 2016, le démantèlement par lots est en fait déjà entamé : cet été, trois enseignes, Kookaï, Chevignon et Pataugas, ont été mises en vente. Depuis, la direction cherche à céder Defi mode et la Compagnie vosgienne de la chaussure. En 2017, c’est le tour des enseignes André et Naf Naf. Aujourd’hui, il reste environ 15 000 postes en France d’après les syndicats, sans compter les cessions annoncées, et 22 000 dans le monde. Déjà la moitié des salarié-e-s, le plus souvent des femmes, sont à temps partiel et mal payé-e-s, et sont désormais sous la menace d’un licenciement. Le nouveau PDG s’appelle Patrick Puy, manager spécialisé dans les entreprises en crise..., passé notamment par Moulinex.

Les tenants du capitalisme, journalistes et réformistes de toutes espèces jusqu’à Sarkozy ou Hollande tout récemment, veulent nous faire croire que ce
type d’affaire est une anomalie, un excès du capitalisme. C’est tout le contraire ! Ce cas révèle sa nature spéculative et pourrissante :
- D’abord la loi de l’accumulation du capital s’impose à toutes les entreprises qui doivent grossir ou disparaître.
- La loi de l’anarchie de la production et de la concurrence prévaut également, alors que les enseignes d’habillement ont proliféré à l’intérieur même d’un seul groupe comme Vivarte.
- Enfin la fusion du capital bancaire et industriel est une caractéristique du capitalisme à son stade impérialiste où se sont formés des monopoles, des grandes entreprises dont les conseils d’administration sont aussi remplis de banquiers, comme l’a démontré Lénine. Cela n’est pas une exception avec Vivarte. C’est bien une extension du capitalisme des monopoles, où le capitalisme bancaire et industriel se nourrissant l’un l’autre, ont fusionné : c’est cela le Capital financier. Ce Capital financier n’est donc en rien l’ennemi du Capital industriel, ce dernier en étant partie prenante.

Les salariés du groupe d’habillement ont encore manifesté en janvier, alors que les représentants syndicaux étaient reçus par le secrétaire d’État à l’Industrie. Ils demandent une intervention de l’État pour empêcher le démantèlement du groupe, avec la fermeture de magasins et un millier de licenciements. Le secrétaire d’État a répondu aux salariés qu’il ne pouvait rien pour eux, sinon porter un message aux dirigeants et aux actionnaires afin qu’ils respectent le « dialogue social ».
Mais les travailleurs de Vivarte ont eu raison de prendre à partie l’État bourgeois, même s’il est subordonné aux monopoles, cet État qui a injecté 40 millions d’aides (CICE et allègements) à Vivarte.
La question est bien de faire converger les luttes pour sauver l’emploi et le combat contre une société reposant sur la propriété privée des moyens de production et d’échanges, source de tous les maux dont souffre le peuple-travailleur. Il faut se battre pour sauver les emplois par la lutte, pour l’expropriation et la nationalisation sans indemnisation de Vivarte avec contrôle des travailleurs. Il faut se battre pour reconstruire une industrie dans la perspective de la révolution socialiste en France.

  • Soutien aux professeurs grévistes !

    Depuis les premiers jours de juillet, un flot de propos violents s’est abattu sur les professeurs grévistes, en lutte contre la réforme Blanquer, réunissant dans un même concert d’accusations et de menaces la fine fleur de la droite (UDI, LR), le Ministre de l’Education et Président Macron. Parce (...)
  • GCA : La victoire au bout des 18 jours de grève !

    Le PCRF salue la victoire des travailleurs en lutte depuis près de 3 semaines à CGA Packing (voir notre article à ce sujet). Ci-dessous le communiqué de la CGT présentant les éléments de cette victoire :
  • Le PCRF et l’UJC en action !

    Le Parti Communiste Révolutionnaire de France et l’Union de la Jeunesse Communiste dans les luttes et l’action dans toute la France au printemps 2019 :
  • Sanofi : défense des emplois !

    Le 4 juillet 2019, des salariés du groupe pharmaceutique Sanofi ont manifesté à Chilly-Mazarin (Essonne) devant un site de l’entreprise où se tenait une réunion du comité social et économique central consacrée au plan de suppression de 299 postes en recherche et développement. Le 19 juin, la direction (...)
  • Grève longue à GCA Packing : solidarité !

    Depuis le 13 juin 2019, les travailleuses et travailleurs de GCA packing sont en grève pour une augmentation de salaire de 100 euros pour tous, le droit aux équipements de protection individuelle (EPI), un réajustement de 4 minutes des horaires pour améliorer les conditions de vie, l’abandon des (...)
  • Soutien aux travailleurs sans-papiers en grève !

    Le mercredi 26 juin 2019, une vingtaine de travailleurs sans-papiers manifestaient à Paris devant un chantier du géant du BTP Vinci, sous-traitant du groupe DB Environnement, lui-même sous-traitant de Vinci. Ces travailleurs protestent contre le non-paiement de leurs salaires et leur (...)
  • Travailleuses des toilettes parisiennes en lutte : solidarité !

    À la veille des grands départs en vacances, les salariées des toilettes de trois gares parisiennes (gares du Nord, d’Austerlitz et de Lyon) sont en grève depuis lundi pour obtenir le maintien de leurs droits après la rupture du contrat de sous-traitance les concernant. En effet, en 2015, la société (...)
  • Solidarité de classe avec les Ford - Blanquefort !

    C’est à l’automne 2018 que l’offre de reprise de Punch Powerglide a été refusée par Ford. Ford, qui a par ailleurs reçu 50 millions d’euros de subventions publiques officielles entre 2013 et 2017 (sans compter que le coût de la dépollution du site est évalué à 20 millions d’euros en cas de cessation (...)