Travailleuses des toilettes parisiennes en lutte : solidarité !

À la veille des grands départs en vacances, les salariées des toilettes de trois gares parisiennes (gares du Nord, d’Austerlitz et de Lyon) sont en grève depuis lundi pour obtenir le maintien de leurs droits après la rupture du contrat de sous-traitance les concernant.

En effet, en 2015, la société néerlandaise 2theloo avait acquis ce marché de sous-traitance de la SNCF, ce qui avait déjà provoqué une grève de neuf jours des "dames pipi" qui voulaient continuer à dépendre de la convention collective du nettoyage.
2theloo avait alors divisé l’activité des toilettes des gares en deux, d’un côté le nettoyage et de l’autre l’encaissement ou la vente de produits périphériques. En mai 2016, elle avait sous-traité le nettoyage à Derichebourg, avec transfert des contrats de travail, pour 3 ans.
Mais la société néerlandaise continue à se réclamer de la convention collective du commerce. Quant à Derichebourg, qui n’opère plus dans les gares, elle propose aux salariés de les garder, mais de les affecter sur d’autres lieux. Ce que ces travailleuses refusent, et à juste raison.

Cette lutte permet d’observer ce qu’est vraiment la sous-traitance : la mise à disposition du travail d’un(e) salarié(e) par une entreprise (qui appartient à un ou plusieurs exploiteurs) pour le compte d’une autre entreprise (qui appartient généralement aussi à un ou plusieurs exploiteurs).
L’exemple de la SNCF est remarquable : ces travailleuses sont employées par 2thelo, mais travaillent pour le compte de la SNCF, et lui rendent des comptes.

Il est du devoir de la SNCF, en tant que service public, d’assurer la propreté, le confort, et la sécurité des usagers durant leurs trajets et dans les gares. Et les toilettes font aussi partie du lot : avec l’alerte canicule, les grands départs, pensons à l’état déplorable dans lequel elles se trouvent.

Seule la création d’un grand pôle de service public des transports démocratiquement géré par le peuple-travailleur, et lui appartenant, peut garantir cette exigence « minimum propreté » dans les toilettes des gares et les trains.

La première chose, pour cela, c’est de garantir la sécurité de l’emploi et de bonnes et dignes conditions de travail pour tous (cheminots, travailleurs du nettoyage, agents d’accueil, contrôleurs…).
Mais cette garantie n’est durablement possible que dans un système débarrassé de la loi du profit, fondée sur l’exploitation des travailleuses et des travailleuses.

C’est pourquoi le Parti communiste révolutionnaire de France (PCRF), dans le cadre de sa lutte intransigeante contre le système d’exploitation qu’est le capitalisme, apporte son soutien le plus fraternel au combat des travailleuses du nettoyage en lutte, et invite tous les travailleurs et travailleuses ainsi que leurs organisations à faire de même.

  • Airbus : soutien à la lutte des travailleurs pour défendre l’emploi

    La récente constitution du gouvernement Castex et le discours de politique générale du tout nouveau premier ministre de Macron confirment que ce dernier est bien décidé à imposer ce « monde d’après » tant rejeté par les travailleurs. Car si celui-ci prétend « rebâtir [une] économie plus forte […], une (...)
  • Alcatel-Lucent : soutien aux travailleurs en lutte pour la défense des emplois !

    Avec l’après-confinement, la casse du tissu industriel en France s’accélère et le « monde d’après » tant vanté par Emmanuel Macron tombe le masque. La filiale française de l’équipementier télécoms finlandais Nokia, Alcatel-Lucent, a annoncé le lundi 22 juin 2020 la suppression de 1233 emplois en France. Ce (...)
  • Bombardier-Crespin : quand la classe ouvrière dit Non !

    Décidément, le « Président des Riches » ne peut s’adresser aux Français sans que ressorte inexorablement le décalage flagrant entre son discours et la réalité vécue par les couches populaires et le monde ouvrier. Dans son allocution du 14 juin 2020, aux forts accents d’autosatisfaction et d’optimisme (...)
  • Renault, sans-papiers, antiracisme, hôpital... : les luttes se déconfinent !

    Après le déconfinement, les travailleurs sont repartis immédiatement à la lutte. En France comme partout ailleurs, le confinement décidé par Emmanuel Macron le 17 mars 2020 a exacerbé les contradictions du capitalisme : les inégalités sociales se sont intensifiées entre ceux bien lotis et ceux victimes (...)
  • Le PCRF salue les manifestant-e-s du 1er mai 2020 !

    Alors que le 1er mai 2020, journée internationale des travailleurs, semblait impossible à réaliser, des milliers de manifestant-e-s se sont rassemblé-e-s dans plusieurs villes du monde ; de façon spectaculaire, comme à Athènes, à l’appel de leur organisation de lutte de classe PAME (voir photo (...)
  • Cargill : ingérence de l’Etat... contre les travailleurs !

    Alors que Macron et son gouvernement prétendent que l’État est au service des salarié-e-s et de la population touchés par la crise sanitaire, rappelons que ce même État et ce même gouvernement se sont ingérés, début mars, dans l’affaire de l’usine Cargill, pour permettre la suppression de 183 emplois, (...)