Soutien aux professeurs grévistes !

Depuis les premiers jours de juillet, un flot de propos violents s’est abattu sur les professeurs grévistes, en lutte contre la réforme Blanquer, réunissant dans un même concert d’accusations et de menaces la fine fleur de la droite (UDI, LR), le Ministre de l’Education et Président Macron.

Parce qu’ils ont osé annoncer un report dans la remise de leurs copies de Bac, ces enseignants sont ainsi accusés d’être des « preneurs d’otages », et devraient écoper de « sanctions allant au-delà de la retenue sur salaire, y compris jusqu’à la radiation ! ».

Que Blanquer, refusant toute négociation, agisse dans l’illégalité en imposant des notes fictives et le non respect des jurys, pour contourner le mouvement de grève, ne leur pose bien sûr, à eux et aux médias officiels, aucun problème.

Or celui qui sabote le Bac, c’est bien le ministre Blanquer, et lui seul !

Rappelons que ce mouvement de lutte vient à la suite de nombreuses mobilisations contre une réforme du lycée dont l’objectif, à court terme, est la suppression de milliers de postes, et au-delà, la poursuite de la casse du Baccalauréat et de l’Education nationale pour un système à l’anglo-saxonne. A cela s’ajoute, entre autres, l’obligation de 2 heures supplémentaires (ce qui signifie une hausse de 10 % du temps de travail, moins rémunérés que les heures normales), le refus d’augmenter les salaires (qui sont parmi les plus bas d’Europe), et la disparition des Commissions où les fonctionnaires sont défendus par leurs représentants face à l’administration...

La jeunesse, comme les enseignants et les travailleurs de l’Education nationale, sont également victimes d’une politique voulue par la bourgeoisie depuis longtemps, pour neutraliser toute forme de contestation contre l’ordre social existant. Dans le domaine de l’éducation comme dans les autres secteurs fondamentaux de la vie sociale, le capitalisme fait la preuve de son caractère de plus en plus obsolète et destructeur.

C’est pourquoi le Parti Communiste Révolutionnaire de France (PCRF) apporte son soutien fraternel au combat des professeurs en lutte contre la politique du ministre Blanquer, condamne avec fermeté les propos nauséabonds tenus à leur égard, et invite tous les travailleurs et travailleuses ainsi que leurs organisations à faire de même.