[Solidnet] Déclaration commune sur le conflit impérialiste en Ukraine

Notre Parti et sa jeunesse ont signé pour la France la déclaration suivante :

Une lutte indépendante est nécessaire contre les monopoles et les classes bourgeoises, pour le renversement du capitalisme, pour le renforcement de la lutte de classe contre la guerre impérialiste, pour le socialisme !

Les partis communistes et ouvriers signataires de cette déclaration commune sont opposés au conflit impérialiste en Ukraine, qui constitue l’une des conséquences de la situation tragique pour les peuples créée par le renversement du socialisme et la dissolution de l’Union soviétique.

Les forces bourgeoises et opportunistes qui, pendant des années, ont combattu l’URSS et ont récemment célébré le 30e anniversaire de sa dissolution, en taisant le fait que la restauration du capitalisme a signifié le démantèlement des acquis historiques des travailleurs et des peuples et a ramené les peuples de l’URSS à l’ère de l’exploitation de classe et des guerres impérialistes, sont complètement démasquées.

Les développements en Ukraine, qui se déroulent dans le cadre du capitalisme monopoliste, sont liés aux plans des États-Unis, de l’OTAN et de l’UE et à leur intervention dans la région dans le cadre de leur concurrence féroce avec la Russie capitaliste pour le contrôle des marchés, des matières premières et des réseaux de transport du pays.

Ces objectifs sont dissimulés par les puissances impérialistes, qui s’opposent en promouvant leurs propres prétextes tels que la « défense de la démocratie », « l’autodéfense » et le droit de chacun de « choisir ses alliances », le respect des principes de l’ONU ou de l’OSCE, ou le prétendu « fascisme », tout en détachant délibérément le fascisme du système capitaliste qui l’engendre et l’utilise.

Nous dénonçons l’activité des forces fascistes et nationalistes en Ukraine, l’anticommunisme et la persécution des communistes, la discrimination contre la population russophone, les attaques armées du gouvernement ukrainien contre la population de Donbas.

Nous condamnons l’utilisation des forces politiques réactionnaires d’Ukraine, y compris les groupes fascistes, par les puissances euro-atlantiques pour la mise en œuvre de leurs plans.

En outre, la rhétorique anticommuniste contre Lénine, les bolcheviks et l’Union soviétique, à laquelle les dirigeants russes ont recours pour justifier leurs propres plans stratégiques dans la région, est inacceptable. Cependant, rien ne peut ternir l’énorme contribution du socialisme en Union soviétique, qui était une union multinationale de républiques socialistes égales.

La décision de la Fédération de Russie de reconnaître dans un premier temps « l’indépendance » des soi-disant « républiques populaires » du Donbas, puis de procéder à une intervention militaire russe, qui se déroule sous le prétexte de la « légitime défense » de la Russie, de la « démilitarisation » et de la « défascisation » de l’Ukraine, n’a pas été prise pour protéger la population de la région ou la paix, mais pour promouvoir les intérêts des monopoles russes sur le territoire ukrainien et leur concurrence féroce avec les monopoles occidentaux.

Nous exprimons notre solidarité avec les communistes et les peuples de Russie et d’Ukraine et nous nous tenons à leurs côtés pour renforcer la lutte contre le nationalisme, qui est encouragé par chaque bourgeoisie. Les peuples des deux pays, qui ont vécu en paix et ont prospéré conjointement dans le cadre de l’URSS, ainsi que tous les autres peuples n’ont aucun intérêt à se ranger du côté de tel ou tel impérialiste ou alliance qui sert les intérêts des monopoles.

Nous soulignons que les illusions entretenues par les forces bourgeoises qui prétendent qu’il pourrait y avoir une « meilleure architecture de sécurité » en Europe grâce à l’intervention de l’UE, une OTAN « sans plans militaires et systèmes d’armes agressifs sur son territoire », une « UE pro-paix », ou un « monde multipolaire pacifique », etc. sont très dangereuses.
Toutes ces hypothèses n’ont rien à voir avec la réalité et sont trompeuses pour la lutte anticapitaliste et anti-impérialiste, elles cherchent à cultiver la perception qu’un « impérialisme pacifique » peut exister.

Cependant, la vérité est que l’OTAN et l’UE, comme toute union transnationale capitaliste, sont des alliances prédatrices de nature profondément réactionnaire qui ne peuvent devenir pro-populaires et continueront à agir contre les droits des travailleurs et des peuples et contre les peuples ; que le capitalisme va de pair avec les guerres impérialistes.

Nous appelons les peuples des pays dont les gouvernements sont impliqués dans les développements, en particulier par le biais de l’OTAN et de l’UE, mais aussi de la Russie, à lutter contre la propagande des forces bourgeoises qui attirent les peuples vers le hachoir à viande de la guerre impérialiste en utilisant divers prétextes fallacieux.

Exiger la fermeture des bases militaires, le retour au pays des troupes en mission à l’étranger, renforcer la lutte pour le désengagement des États des plans et alliances impérialistes tels que l’OTAN et l’UE.

L’intérêt de la classe ouvrière et des couches populaires exige que nous renforcions le caractère de classe pour analyser les développements, pour tracer notre propre voie indépendante contre les monopoles et les classes bourgeoises, pour le renversement du capitalisme, pour le renforcement de la lutte de classe contre la guerre impérialiste, pour le socialisme, qui reste aussi actuel et nécessaire que jamais.

Les partis de SolidNet qui signent la déclaration commune :

Parti algérien pour la démocratie et le socialisme
Parti communiste d’Azerbaïdjan
Parti du travail d’Autriche
Parti communiste du Bangladesh
Parti communiste de Belgique
Parti communiste du Danemark
Parti communiste d’El Salvador
Parti communiste de Finlande
Parti communiste de Grèce
Parti communiste du Kurdistan-Irak
Parti des travailleurs d’Irlande
Parti communiste jordanien
Mouvement socialiste du Kazakhstan
Parti socialiste de Lettonie
Parti communiste du Mexique
Nouveau parti communiste des Pays-Bas
Parti communiste de Norvège
Parti communiste du Pakistan
Parti communiste péruvien
Parti communiste des Philippines [PKP 1930]
Parti socialiste roumain
Parti communiste sud-africain
Parti communiste des travailleurs d’Espagne
Parti communiste soudanais
Parti communiste du Swaziland
Parti communiste de Suède
Parti communiste de Turquie
Union des Communistes d’Ukraine

Autres partis signataires de la déclaration commune :

Mouvement « Che Guevara » (Union des Communistes de Bulgarie)
Front Communiste (Italie)
Parti Communiste Révolutionnaire de France (PCRF)

La déclaration est ouverte à d’autres souscriptions : http://www.solidnet.org/article/Urgent-Joint-Statement-of-Communist-and-Workers-Parties-No-to-the-imperialist-war-in-Ukraine/.

  • Centenaire de l’URSS : Contribution du PCRF au Forum de l’ICE

    À découvrir, ci-dessous, la contribution du PCRF sur les succès du socialisme en URSS, présentée lors du Forum de l’Initiative Communiste Européenne (ICE), le 3 décembre 2022, à l’occasion du centenaire de la création de l’Union soviétique. (cliquez sur la vignette) - La version en anglais est proposée (...)
  • Situation internationale : Contribution du Parti Communiste de Grèce (KKE)

    Nous publions ci-dessous la traduction de la contribution du Parti Communiste de Grèce (KKE) à la 22ème Rencontre internationale des partis communistes et ouvriers (RIPCO), qui s’est tenue à La Havane fin octobre 2022, contribution prononcée par Giorgos Marinos, membre du Bureau Politique du Comité (...)
  • Iran : Soutien du PCRF aux jeunes, aux femmes et aux travailleurs mobilisés !

    Depuis le 16 septembre 2022, la République islamique d’Iran connait une nouvelle vague de mobilisations durables. Après plusieurs autres contestations contre le pouvoir politico-religieux en Iran, notamment celle de 2017 à 2018 puis celle de 2019 à 2020, celle-ci revêt un caractère inédit par son (...)
  • Suède, Italie : extrêmes droites au pouvoir...

    Des causes et une solution Les récentes élections en Suède et en Italie ont une nouvelle fois confirmé la tendance générale, au niveau européen, à la fascisation. Le score historiquement élevé du parti d’extrême droite Démocrates de Suède (SD, pour Sverigedemokraterna), mené par Jimmy Akesson, avec plus de (...)
  • Mort de Gorbatchev : un sombre héritage...

    L’actualité, caractérisée par les aggravations multiples concernant l’inflation, la précarité, la crise énergétique et climatique, ainsi que par l’aiguisement des tensions inter-impérialistes, a été également marquée par la nouvelle du décès de Mikhail Sergueïevitch Gorbatchev, dernier dirigeant et fossoyeur (...)