Solidarité de classe avec les Ford - Blanquefort !

C’est à l’automne 2018 que l’offre de reprise de Punch Powerglide a été refusée par Ford. Ford, qui a par ailleurs reçu 50 millions d’euros de subventions publiques officielles entre 2013 et 2017 (sans compter que le coût de la dépollution du site est évalué à 20 millions d’euros en cas de cessation totale d’activité), ne semble pas vouloir s’engager à commander à Punch des boîtes de vitesse pendant 2 ou 3 ans, cela ne fait pas partie de son plan de restructuration mondiale. Pourtant l’usine est la plus productive d’Europe ! Ce sont donc 872 emplois qui sont directement menacés. Chacun de ces emplois est un emploi perdu pour notre classe ouvrière toute entière. Même le plan de Punch, financé par l’État et les collectivités, c’est-à-dire avec les impôts sur tous les travailleurs, ne prévoit que la reprise au mieux de 350 emplois avec une perte de 13 jours RTT, le gel des salaires pendant plusieurs années, la diminution des primes d’équipe et de cantine. Environ 150 ouvriers seraient mutés sur l’usine Getrab de boites manuelles et les 372 restant iraient voir ailleurs avec le PSE (plan « sauvegarde » emploi). PSE qui a été repoussé le 28 janvier dernier par la Direccte… Le gouvernement Macron, avec son ministre M. Le Maire, tente de faire bonne figure, mais ne propose que du vent.

Nous voyons bien que pour sauver l’emploi en faisant payer les profiteurs, il faut s’attaquer aux deux questions que sont la propriété et l’État. Il n’est pas d’autres perspectives valables. Fin février 2007, avait commencé la lutte gagnante pour sauver le site. Mais ce ne fut que provisoire ! Notre Parti propose dans les luttes pour sauver les usines et l’emploi comme à Ford, de s’emparer du mot d’ordre de nationalisation sans indemnisation et avec contrôle ouvrier. La lutte pour sauver une usine doit prendre cette nouvelle dimension. Il est temps de se confronter aux propriétés des monopoles capitalistes et à la tâche de briser l’État bourgeois dans la révolution. Les travailleurs de Ford et les Gilets jaunes ont déjà fait la jonction, plusieurs initiatives communes ont eu lieu.

Solidarité de classe avec les Ford et tous les travailleurs dont les usines sont menacées de fermeture !

  • Soutien aux luttes en Kanaky : Usine de nickel, usine du pays !

    Alors que la contestation monte en puissance en France, elle s’accentue également en Kanaky, officiellement nommée Nouvelle Calédonie. Dans cette collectivité territoriale française, la vente d’une usine de nickel adossée au riche gisement de Goro situé dans la province sud, l’une des plus grandes mines (...)
  • Béthune-Bridgestone : Solidarité de classe pour sauver l’usine !

    Un nouvel exemple de la politique destructrice et criminelle, menée par les monopoles et la classe bourgeoise, vient d’être donné, avec l’annonce brutale, le 16 septembre 2020, par la direction de Bridgestone (monopole japonais de fabrication de pneus), de la fermeture du site de Béthune (...)
  • Airbus : soutien à la lutte des travailleurs pour défendre l’emploi

    La récente constitution du gouvernement Castex et le discours de politique générale du tout nouveau premier ministre de Macron confirment que ce dernier est bien décidé à imposer ce « monde d’après » tant rejeté par les travailleurs. Car si celui-ci prétend « rebâtir [une] économie plus forte […], une (...)
  • Alcatel-Lucent : soutien aux travailleurs en lutte pour la défense des emplois !

    Avec l’après-confinement, la casse du tissu industriel en France s’accélère et le « monde d’après » tant vanté par Emmanuel Macron tombe le masque. La filiale française de l’équipementier télécoms finlandais Nokia, Alcatel-Lucent, a annoncé le lundi 22 juin 2020 la suppression de 1233 emplois en France. Ce (...)
  • Bombardier-Crespin : quand la classe ouvrière dit Non !

    Décidément, le « Président des Riches » ne peut s’adresser aux Français sans que ressorte inexorablement le décalage flagrant entre son discours et la réalité vécue par les couches populaires et le monde ouvrier. Dans son allocution du 14 juin 2020, aux forts accents d’autosatisfaction et d’optimisme (...)
  • Renault, sans-papiers, antiracisme, hôpital... : les luttes se déconfinent !

    Après le déconfinement, les travailleurs sont repartis immédiatement à la lutte. En France comme partout ailleurs, le confinement décidé par Emmanuel Macron le 17 mars 2020 a exacerbé les contradictions du capitalisme : les inégalités sociales se sont intensifiées entre ceux bien lotis et ceux victimes (...)