Seine-Saint-Denis : enfumage ministériel et répression policière !

Déclaration du Congrès du Parti Communiste Révolutionnaire de France

Réunis à Saint-Denis ce 1er novembre 2019 pour le 1er Congrès du Parti Communiste Révolutionnaire de France, les Congressistes du PCRF dénoncent et condamnent les violences policières inadmissibles commises le 31 octobre à l’encontre de manifestants rassemblés à l’appel de la CGT 93, à l’occasion de la venue du 1er ministre dans ce département.

Alors que cette trentaine de manifestants dénonçaient "la casse des services publics", pour mettre en évidence le caractère dérisoire et mensonger des mesurettes proposées par Edouard Philippe, ils se sont retrouvés encerclés puis brutalement malmenés par une charge policière d’une violence disproportionnée, allant jusqu’à l’arrestation du Secrétaire départemental de la CGT 93, maintenu en garde à vue pendant 7 heures.

Comme nous l’avons maintes fois démontré, la politique ultra-réactionnaire du gouvernement Macron, au service exclusif des monopoles et de l’oligarchie financière, s’accompagne de mesures répressives, liberticides et anti-démocratiques dignes de l’extrême-droite qu’il a prétendu combattre en 2017.

Le Congrès du PCRF exprime sa pleine solidarité avec ces militants en lutte pour la défense des services publics en Seine-Saint-Denis ; il adresse son soutien fraternel à Hervé Ossant, en exigeant l’arrêt de toutes les poursuites engagées contre lui.

Enfin, il appelle les travailleurs à ne pas céder à ces intimidations répétées et à participer massivement à la riposte organisée contre toutes les réformes réactionnaires du gouvernement Macron/Philippe.

St-Denis, le 1er novembre 2019

  • Décès du camarade Maurice Cukierman, Secrétaire général du PCRF

    C’est avec une profonde tristesse que le Secrétariat du Parti Communiste Révolutionnaire de France, au nom du Comité Central, annonce le décès de son Secrétaire général, le camarade Maurice Cukierman, survenu le 22 juillet 2020. Cette disparition constitue une perte considérable non seulement pour le (...)
  • Un gouvernement de bandits et de patrons !

    Comme Macron l’avait annoncé un nouveau 1er ministre a été nommé et un nouveau gouvernement a été formé. Les commentateurs et médias s’en sont émerveillés. Certes les médias sont les propriétés soit des monopoles soit de l’Etat bourgeois et cela n’a rien d’étonnant mais les louanges furent particulièrement (...)
  • SANOFI : A bas les monopoles briseurs d’emplois et de vies !

    STOP au plan de "restructuration" à SANOFI : 1700 emplois supprimés ! SANOFI a bénéficié de plus d’1,5 milliards d’euros de la part de l’État des monopoles. Soutien aux luttes syndicales des salariés ! (voir ci-dessous* l’interview éclairante donnée par un délégué CGT de Sanofi) Engageons la bataille (...)
  • Second tour des municipales 2020 : une crise politique qui s’accentue

    Même si ce second tour ne concernait que 15% des municipalités (environ 4800 communes), les résultats globaux renforcent la situation de crise politique que le PCRF met en lumière régulièrement depuis l’élection de Macron : niveau d’abstention record (près de 60%), faillite du parti gouvernemental, mais (...)
  • Tir de missile M51 : le capitalisme, c’est la guerre !

    En 2018, Emmanuel Macron disait que la protection sociale coûtait un « pognon de dingue » ; c’est sans doute pour cela que lui et son gouvernement refusent de répondre concrètement et de façon chiffrée aux revendications des personnels soignants, qui ont été rejoints, le 16 juin, par des milliers de (...)
  • Licenciements massifs dans les secteurs automobile et pétrolier... :

    ... Virus du capitalisme et épidémie du chômage ! La crise générale du système capitaliste et les crises cycliques de surproduction qui l’accompagnent nous proposent un exemple très significatif de ce que ce mode de production représente aujourd’hui. La crise sanitaire liée au Covid-19 a renforcé de (...)
  • Confinement ou déconfinement : en finir avec la bourgeoisie monopoliste !

    Nous sommes entrés dans la période de déconfinement. Il faut souhaiter que l’on puisse y rester. Cependant la question n’est pas là, mais dans le fait que c’est toujours la bourgeoisie qui domine, et donc que toutes les mesures qui sont prises, quelles qu’elles soient, ont un caractère de classe. (...)