SNCF : Non à la fermeture des guichets !

Non à la privatisation du Fret !

Après l’adoption du « nouveau pacte ferroviaire », en juin 2018, qui ouvre le rail et son exploitation à la concurrence, la casse du service public du rail entre dans une nouvelle phase : la fermeture des guichets et la privatisation du Fret SNCF.

Alors qu’elle est vivement critiquée pour ses retards et annulations à répétitions, la vétusté de son réseau ferré et son manque de transparence, la SNCF a supprimé près de 1000 postes de vendeurs en 7 mois. Les usagers, eux, sont invités à se tourner vers les distributeurs automatiques et les achats en ligne. Ce qui manque pas de renforcer leur agacement, ainsi que celui des travailleurs de la SNCF : « On ne fait plus de mission de service public. On est là pour cacher la misère […].On bosse tellement à flux tendu, et il y a tellement d’attente, que l’on est obligé de fermer les guichets qui s’occupent de la préparation au voyage pour faire du départ immédiat. On refoule les gens, qui ne comprennent pas  ».
La direction, quant à elle, parle de « stratégie de conquête » grâce au numérique, utilisant le chiffre de 40 % d’achats sur Internet pour défendre la fermeture des guichets ; une « stratégie » qui confirme la volonté politique de transformer la SNCF en entreprise capitaliste.

S’agissant du Fret SNCF, rappelons que sa prochaine requalification en une « Société anonyme simplifiée » (SAS) à partir du 1er janvier 2020 répond à l’objectif de sa privatisation, voulue par la maison – mère pour se débarrasser d’une « entreprise non-rentable » selon les critères capitalistes. Déjà, 377 suppressions d’emplois sont prévues en 2019 à la SNCF, le plan de restructuration du Fret en comportant 200 autres.
Alors que la question de la préservation de l’environnement est posée, le gouvernement ne semble pas s’émouvoir des 22000 camions supplémentaires par an, qui utilisent l’autoroute pour transporter des produits agro-alimentaires... On voit ici toute l’hypocrisie de la bourgeoisie et de ses laquais (notamment Emmanuel Macron qui avait appelé à « aller plus fort, plus vite et plus loin » en matière d’environnement...).

Face à la casse du rail, la CGT a lancé un appel aux usagers, aux cheminots et à la population pour qu’ils défendent leur outil public SNCF, afin de le soustraire aux mains des vrais casseurs de la SNCF.

Pour répondre aux besoins de la population et de l’environnement, il faut fondre la gestion du rail dans un grand pôle de service public des transports, socialisé et géré démocratiquement par le peuple travailleur. Ce type d’organisation n’est possible que dans une société où le prolétariat, constitué en classe dominante de la société, socialisera les moyens de production et d’échange expropriés des mains de la bourgeoisie et gérera ceux-ci démocratiquement : le socialisme-communisme.

Le Parti communiste révolutionnaire de France (PCRF) apporte son soutien fraternel au combat des cheminots en lutte contre le nouveau pacte ferroviaire, et pour la défense des emplois et du service publics de la SNCF.

  • Décès du camarade Maurice Cukierman, Secrétaire général du PCRF

    C’est avec une profonde tristesse que le Secrétariat du Parti Communiste Révolutionnaire de France, au nom du Comité Central, annonce le décès de son Secrétaire général, le camarade Maurice Cukierman, survenu le 22 juillet 2020. Cette disparition constitue une perte considérable non seulement pour le (...)
  • Un gouvernement de bandits et de patrons !

    Comme Macron l’avait annoncé un nouveau 1er ministre a été nommé et un nouveau gouvernement a été formé. Les commentateurs et médias s’en sont émerveillés. Certes les médias sont les propriétés soit des monopoles soit de l’Etat bourgeois et cela n’a rien d’étonnant mais les louanges furent particulièrement (...)
  • SANOFI : A bas les monopoles briseurs d’emplois et de vies !

    STOP au plan de "restructuration" à SANOFI : 1700 emplois supprimés ! SANOFI a bénéficié de plus d’1,5 milliards d’euros de la part de l’État des monopoles. Soutien aux luttes syndicales des salariés ! (voir ci-dessous* l’interview éclairante donnée par un délégué CGT de Sanofi) Engageons la bataille (...)
  • Second tour des municipales 2020 : une crise politique qui s’accentue

    Même si ce second tour ne concernait que 15% des municipalités (environ 4800 communes), les résultats globaux renforcent la situation de crise politique que le PCRF met en lumière régulièrement depuis l’élection de Macron : niveau d’abstention record (près de 60%), faillite du parti gouvernemental, mais (...)
  • Tir de missile M51 : le capitalisme, c’est la guerre !

    En 2018, Emmanuel Macron disait que la protection sociale coûtait un « pognon de dingue » ; c’est sans doute pour cela que lui et son gouvernement refusent de répondre concrètement et de façon chiffrée aux revendications des personnels soignants, qui ont été rejoints, le 16 juin, par des milliers de (...)
  • Licenciements massifs dans les secteurs automobile et pétrolier... :

    ... Virus du capitalisme et épidémie du chômage ! La crise générale du système capitaliste et les crises cycliques de surproduction qui l’accompagnent nous proposent un exemple très significatif de ce que ce mode de production représente aujourd’hui. La crise sanitaire liée au Covid-19 a renforcé de (...)
  • Confinement ou déconfinement : en finir avec la bourgeoisie monopoliste !

    Nous sommes entrés dans la période de déconfinement. Il faut souhaiter que l’on puisse y rester. Cependant la question n’est pas là, mais dans le fait que c’est toujours la bourgeoisie qui domine, et donc que toutes les mesures qui sont prises, quelles qu’elles soient, ont un caractère de classe. (...)