Russie : réélection de Vladimir Poutine

Après des années d’une politique sociale désastreuse, Vladimir Poutine a été réélu Président de la Russie dimanche 18 mars 2018 avec 76,69% des voix dès le premier tour.

Jouant sur la nostalgie de l’Union soviétique dans la population laborieuse, comme sur l’anticommunisme dans les couches sociales de la nouvelle bourgeoisie, le représentant de l’impérialisme russe a profité largement de l’agressivité de ses concurrents impérialistes, que ce soient les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne ou la République Fédérale Allemande.

Face à lui, les autres candidats, retenus par une commission électorale toute dévouée au sortant, apparaissaient soit comme des agents occidentaux, qui en rajoutaient sur la politique antisociale et de pillage des moyens de production, soit, et c’est le cas des deux candidats pseudo-communistes, comme les héritiers de Gorbatchev, prêts à aménager le système et non pas à rétablir le pouvoir de la classe ouvrière, la réappropriation sociale des moyens de production et d’échange, la planification pour la satisfaction des besoins populaires.
Le rejet de la candidature du Parti Communiste Ouvrier de Russie est à cet égard significatif de la volonté du pouvoir de la bourgeoisie russe d’éviter tout débat dans l’opinion publique qui pourrait concrétiser les aspirations profondes des peuples de Russie, et réactiver la conscience de classe des travailleurs.

Sur le fond, et quelle que soit la concurrence inter-impérialiste, un Poutine, un Macron, un Trump, une Merkel ou autre May sont tous dans le même camp : celui des monopoles, celui de la course aux armements, de l’exploitation des êtres humains par d’autres êtres humains.
Dans le rapport des forces actuel, la confrontation des impérialismes russe et chinois avec les impérialismes US et de l’UE peut permettre aux peuples d’utiliser les contradictions qui en résultent.
Mais pour autant, cela ne transforme pas les impérialismes russe et chinois en alliés de la classe ouvrière mondiale et des forces populaires.

Secteur International du PCRF

  • [FSM] Déclaration sur le sommet de l’OTAN

    À découvrir ci-dessous, la déclaration de la Fédération Syndicale Mondiale (FSM), sur le sommet de l’OTAN réuni fin juin 2022 à Madrid. La Fédération syndicale mondiale, qui représente plus de 105 millions de travailleurs de 133 pays sur les 5 continents, en vue du sommet de l’OTAN de 2022 les 29 et (...)
  • Intervention du PCRF à la conférence "de l’Ukraine à la Corée du Sud"

    Le Parti Communiste Révolutionnaire de France (PCRF) a participé à une conférence sur le thème "de l’Ukraine à la Corée du Sud", aux côtés de l’Union des Communistes de l’Ukraine, du Parti de la Démocratie du Peuple (PDP, Corée du Sud, organisateur de la conférence), du Parti Communiste Ouvrier de Russie (...)
  • [IPCOE] Déclaration du Secrétariat de l’ICE sur le 9 mai

    À lire ci-dessous la déclaration du Secrétariat de l’Initiative Communiste Européenne au sujet de la célébration du 9 mai, date symbolique de la victoire sur le fascisme en 1945 : Nous célébrons fièrement le 9 mai, une étape importante de la Grande Victoire antifasciste des peuples. Nous rendons hommage (...)
  • [IPCOE] 1er mai, journée internationale des travailleurs

    Déclaration du Secrétariat de l’Initiative Communiste Européenne à l’occasion du 1er mai, Journée Internationale des Travailleurs Cette année, nous célébrons le 1er mai dans des conditions difficiles, au milieu de l’aggravation sévère des contradictions au sein du système impérialiste. Les tensions (...)
  • [UJC] Non à la criminalisation du soutien au peuple palestinien !

    À découvrir sur le site de l’Union de la Jeunesse communiste (UJC), ICI, un article intitulé : Non à la criminalisation du soutien au peuple palestinien : leurs luttes sont nos luttes, mobilisons-nous ! Le 24 février 2022, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, annonçait, sur demande d’Emmanuel (...)
  • Guerre en Ukraine : La militarisation s’emballe dans l’UE

    Alors qu’en Ukraine, les armées russes accomplissent le scénario prévu d’avancées sur tous les fronts de la guerre, non sans quelques difficultés imprévues, les États capitalistes de l’UE mettent en scène un hâtif réveil militaire. Fait alors son apparition l’idée de la maladresse stratégique des pays de (...)