Retour à l’ordre ?

... à celui du capital et de l’oligarchie financière, c’est NON !

Le Parti Communiste Révolutionnaire de France dénonce la scandaleuse campagne menée par le gouvernement de la bourgeoisie, conduit par Macron-Philippe, et par les médias du capitalisme, qui déversent leur haine des milieux populaires en lutte.

Alors que la violence de l’État, par l’intermédiaire des forces de répression, s’est acharnée pour empêcher les manifestations, laissant les casseurs agir à leur aise, on voudrait faire passer la police et la gendarmerie pour de prétendus "protecteurs du droit de manifester" et d’innocentes victimes des manifestants. Tout aussi scandaleuse est la manière dont sont montés en épingle des propos racistes, xénophobes, proférés par quelques dizaines de personnes, a contrario de ce qui ressort de la réalité du mouvement en cours. Profitant de la période des fêtes, le pouvoir de la bourgeoisie voudrait réaliser une union sacrée pour parvenir à ses fins, qui inclut le retour en arrière sur les mesures homéopathiques (relevant de l’escroquerie, pour le plus grand nombre), qui ont été prises sur la base du rapport de force qu’ont imposé les Gilets Jaunes et tous ceux qui les ont soutenus.

Le PCRF appelle les travailleurs et travailleuses à la mobilisation, pour que s’exprime la colère,
- pour l’augmentation générale des salaires, sur la base du SMIC à 1800 €,
- pour l’augmentation des pensions de retraites,
- pour la suppression de la CSG,
- pour le rétablissement des cotisations sociales que le patronat doit payer,
- pour l’annulation des lois anti-travailleurs adoptées depuis 2012,
- pour l’annulation des lois liberticides, en particulier celles donnant des prérogatives exorbitantes aux forces de l’ordre,
- pour une réforme fiscale, incluant les impôts indirects qui pèsent avant tout sur les épaules des travailleurs,
- pour la remise en cause des exonérations fiscales pour les fortunés, de l’encouragement à l’évasion fiscale,
- pour une imposition qui fasse payer les grandes entreprises, les actionnaires et l’ensemble des revenus qui ne reposent pas sur le travail.

En même temps, poser ces revendications ne règle pas le problème sur le fond. Car le problème que l’on ne saurait occulter, et que le mouvement des Gilets Jaunes a mis en relief, c’est qu’aujourd’hui le capitalisme connaît une crise profonde qui n’est ni conjoncturelle, ni cyclique : ce système est devenu obsolète, pourrissant, n’étant plus capable de résoudre les problèmes qu’il a lui-même engendrés. C’est le cas pour l’écologie, pour la santé, pour l’éducation, pour le logement, et plus largement pour la satisfaction des besoins sociaux pour le plus grand nombre.
Aujourd’hui, on assiste à une relance dangereuse de la course aux armements, sur fond d’aiguisement des contradictions inter-impérialistes, ce qui menace la paix et l’avenir de l’humanité de manière autrement plus grave que le rejet en CO2 du diesel des automobilistes !

De fait, le capitalisme a mené l’humanité dans une voie sans issue, c’est à nous, la classe ouvrière, la paysannerie laborieuse, les couches moyennes, la petite bourgeoisie, de dégager le chemin en renversant la bourgeoisie monopoliste.

La question n’est pas de trouver la panacée politique qui va améliorer les choses ; c’est de créer notre propre État, qui sera démocratique parce qu’ État de la classe ouvrière et des masses populaires, permettant aux travailleurs de construire leur avenir et d’intervenir à tout moment dans la vie politique.
La question n’est pas de mieux redistribuer, mais de réorienter le développement économique et social en expropriant les capitalistes, les actionnaires, en socialisant la propriété des moyens de production et d’échange pour la mettre au service de la satisfaction des besoins grâce une planification économique centralisée.
C’est là qu’est l’avenir de l’humanité, dans une société socialiste-communiste.

  • Décès du camarade Maurice Cukierman, Secrétaire général du PCRF

    C’est avec une profonde tristesse que le Secrétariat du Parti Communiste Révolutionnaire de France, au nom du Comité Central, annonce le décès de son Secrétaire général, le camarade Maurice Cukierman, survenu le 22 juillet 2020. Cette disparition constitue une perte considérable non seulement pour le (...)
  • Un gouvernement de bandits et de patrons !

    Comme Macron l’avait annoncé un nouveau 1er ministre a été nommé et un nouveau gouvernement a été formé. Les commentateurs et médias s’en sont émerveillés. Certes les médias sont les propriétés soit des monopoles soit de l’Etat bourgeois et cela n’a rien d’étonnant mais les louanges furent particulièrement (...)
  • SANOFI : A bas les monopoles briseurs d’emplois et de vies !

    STOP au plan de "restructuration" à SANOFI : 1700 emplois supprimés ! SANOFI a bénéficié de plus d’1,5 milliards d’euros de la part de l’État des monopoles. Soutien aux luttes syndicales des salariés ! (voir ci-dessous* l’interview éclairante donnée par un délégué CGT de Sanofi) Engageons la bataille (...)
  • Second tour des municipales 2020 : une crise politique qui s’accentue

    Même si ce second tour ne concernait que 15% des municipalités (environ 4800 communes), les résultats globaux renforcent la situation de crise politique que le PCRF met en lumière régulièrement depuis l’élection de Macron : niveau d’abstention record (près de 60%), faillite du parti gouvernemental, mais (...)
  • Tir de missile M51 : le capitalisme, c’est la guerre !

    En 2018, Emmanuel Macron disait que la protection sociale coûtait un « pognon de dingue » ; c’est sans doute pour cela que lui et son gouvernement refusent de répondre concrètement et de façon chiffrée aux revendications des personnels soignants, qui ont été rejoints, le 16 juin, par des milliers de (...)
  • Licenciements massifs dans les secteurs automobile et pétrolier... :

    ... Virus du capitalisme et épidémie du chômage ! La crise générale du système capitaliste et les crises cycliques de surproduction qui l’accompagnent nous proposent un exemple très significatif de ce que ce mode de production représente aujourd’hui. La crise sanitaire liée au Covid-19 a renforcé de (...)
  • Confinement ou déconfinement : en finir avec la bourgeoisie monopoliste !

    Nous sommes entrés dans la période de déconfinement. Il faut souhaiter que l’on puisse y rester. Cependant la question n’est pas là, mais dans le fait que c’est toujours la bourgeoisie qui domine, et donc que toutes les mesures qui sont prises, quelles qu’elles soient, ont un caractère de classe. (...)