Remaniement ministériel : Beaucoup de bruit pour...

...pas grand-chose !

Le remaniement ministériel effectué par Emmanuel Macron est la conséquence des difficultés politiques rencontrées par une sauvage politique de classe, qui donne tout à la bourgeoisie monopoliste et à l’oligarchie financière, et retire tout à la classe ouvrière, aux chômeurs et chômeuses, aux retraitées et retraités, aux couches populaires, mais aussi aux couches moyennes.
D’un certain point de vue, le nouveau gouvernement est plus faible que le précédent. Après Hulot et Colomb, c’est le départ honteux et contraint de la Ministre de la Culture, poursuivie par le fisc. Déjà des députés LREM quittent le navire...
Ce n’est sûrement pas le plaidoyer télévisé de 12 minutes, se terminant par la réaffirmation que tout continue comme avant, qui va changer quelque chose, et encore moins le fait de considérer comme "parler vrai" ce que tout le monde juge comme de l’arrogance de classe !
De nouvelles attaques contre les droits du peuple travailleur sont préparées (retraites, Sécurité sociale, chômage, santé, éducation, mais aussi au plan politique, avec la loi "contre les fausses nouvelles", la réforme constitutionnelle, les attaques contre les libertés…). La faiblesse de la politique bourgeoise de Macron, c’est la faiblesse de sa base politique : 17 % au 1er tour des Présidentielles, 15 % (avec 400 députés !) aux législatives, base largement affaiblie aujourd’hui. La mobilisation du 9 octobre 2018, quoique insuffisante, montre le chemin au mouvement ouvrier. C’est par le développement du combat organisé contre la politique du pouvoir des monopoles, conduite par Macron, que l’on pourra l’affaiblir encore et le conduire à reculer.
Partout il faut mettre à l’ordre du jour la mise en place d’un plan d’action interprofessionnel de lutte contre la politique de la bourgeoisie, en s’appuyant sur les revendications locales comme sur les revendications de salaires. Ce plan d’action doit déboucher sur l’action multiforme, et en particulier sur une journée de grève générale comme étape vers des étapes supérieures de mobilisation. On ne pourra battre la bourgeoisie, on ne pourra conserver nos droits et récupérer ce que l’on nous a pris, que dans la lutte, y compris pour la défense des services publics, en affaiblissant le gouvernement.

  • SANOFI : A bas les monopoles briseurs d’emplois et de vies !

    STOP au plan de "restructuration" à SANOFI : 1700 emplois supprimés ! SANOFI a bénéficié de plus d’1,5 milliards d’euros de la part de l’État des monopoles. Soutien aux luttes syndicales des salariés ! (voir ci-dessous* l’interview éclairante donnée par un délégué CGT de Sanofi) Engageons la bataille (...)
  • Second tour des municipales 2020 : une crise politique qui s’accentue

    Même si ce second tour ne concernait que 15% des municipalités (environ 4800 communes), les résultats globaux renforcent la situation de crise politique que le PCRF met en lumière régulièrement depuis l’élection de Macron : niveau d’abstention record (près de 60%), faillite du parti gouvernemental, mais (...)
  • Tir de missile M51 : le capitalisme, c’est la guerre !

    En 2018, Emmanuel Macron disait que la protection sociale coûtait un « pognon de dingue » ; c’est sans doute pour cela que lui et son gouvernement refusent de répondre concrètement et de façon chiffrée aux revendications des personnels soignants, qui ont été rejoints, le 16 juin, par des milliers de (...)
  • Licenciements massifs dans les secteurs automobile et pétrolier... :

    ... Virus du capitalisme et épidémie du chômage ! La crise générale du système capitaliste et les crises cycliques de surproduction qui l’accompagnent nous proposent un exemple très significatif de ce que ce mode de production représente aujourd’hui. La crise sanitaire liée au Covid-19 a renforcé de (...)
  • Confinement ou déconfinement : en finir avec la bourgeoisie monopoliste !

    Nous sommes entrés dans la période de déconfinement. Il faut souhaiter que l’on puisse y rester. Cependant la question n’est pas là, mais dans le fait que c’est toujours la bourgeoisie qui domine, et donc que toutes les mesures qui sont prises, quelles qu’elles soient, ont un caractère de classe. (...)
  • Pandémie et capitalisme :

    Pour la santé et les droits des travailleurs, la lutte des partis communistes et ouvriers contre les politiques et les impasses du système capitaliste ! Intervention du Secrétaire à la Commission Internationale du PCRF, lors de la téléconférence du 10 mai 2020, organisée par l’Initiative communiste (...)
  • General Electric : soutien aux travailleurs licenciés pendant le confinement !

    Le Parti Communiste Révolutionnaire de France dénonce le plan de licenciements à General Electric (G.E.) Belfort et Boulogne-Billancourt. Il exprime sa solidarité de classe auprès des travailleurs licenciés et de leurs familles. Les dirigeants de G.E, monopole états-unien, aidés par l’État français, (...)