Relations Grèce - Turquie : Communiqué commun des partis communistes

Le Parti communiste de Grèce (KKE) et le Parti communiste de Turquie (TKP), avec cette déclaration conjointe, ont l’intention d’éclairer sur les événements dangereux et inquiétants qui ont lieu en Égée et en Méditerranée orientale, dans les relations gréco-turques, causées par les forces sociales, économiques et politiques, qui veulent entraîner les deux peuples dans des aventures sanglantes pour leur propre intérêt.

Les relations gréco-turques, qui sont définies aujourd’hui à la fois par les plans des bourgeoisies dirigeantes des deux pays et par les intérêts de la bourgeoisie des grandes puissances impérialistes, sont arrivées à un point alarmant. En effet, elles sont impliquées dans l’antagonisme féroce de la distribution des ressources énergétiques dans la région, les voies de transport de l’énergie et des marchandises. Le résultat du durcissement des antagonismes sont les interventions impérialistes et les guerres dans notre vaste région, comme en Syrie et en Libye, les développements très dangereux dans le golfe Persique, entraînés par l’attaque américaine contre l’Irak et le meurtre d’officiers, Iraniens et Irakiens.

Dans le cercle vicieux des antagonismes pour les intérêts des monopoles, plusieurs États capitalistes, dont la Turquie et la Grèce, s’activent, afin de promouvoir les intérêts de leur bourgeoisie. Des axes et des anti-axes sont créés, tandis que les unions impérialistes de l’OTAN et de l’UE cherchent à jouer un rôle distinctif et indépendant.

Les relations gréco-turques font également "partie" de ces évolutions. Les peuples de Turquie et de Grèce ne peuvent espérer aucun développement positif de la part des États-Unis, de l’OTAN, de l’UE et des autres puissances impérialistes.

Nos partis sont fondés sur l’internationalisme prolétarien et la solidarité internationaliste, et avec ces principes, nous sommes confrontés à des développements complexes dans notre région, luttant pour les intérêts des travailleurs et de la population.

Il convient de noter que la coopération et les contradictions des bourgeoisies de Turquie et de Grèce, par exemple sur quel pays deviendra un "centre d’énergie", servent leurs propres intérêts et n’ont rien à voir avec les intérêts des peuples.

Il n’y a rien à diviser entre les peuples de Turquie et de Grèce. Car ils sont intéressés à prétendre vivre en paix et à se battre pour leur propre avenir, contre l’exploitation capitaliste, les profits capitalistes, qui conduisent à la guerre et à la destruction de l’environnement ; à lutter pour l’abolition de l’exploitation de l’homme par l’homme et pour la satisfaction des besoins populaires contemporains, l’élimination de toutes les causes qui transforment les peuples en chair à canon pour les guerres impérialistes.
 
Dans ce sens, le Parti communiste de Grèce et le Parti communiste de Turquie déclarent :

- Nous nous opposons à tout incident dangereux et à toute participation à la guerre.
- Nous exprimons notre opposition aux violations des frontières et à la remise en cause des traités internationaux qui ont défini les frontières dans la région
- Nous soutenons le non-changement des frontières et des traités qui les définissent
- Nous condamnons les tentatives, de la part des puissances militaires, de créer le fait accompli en mer Égée et en Méditerranée orientale, ainsi que les énormes dépenses militaires des deux pays qui créent la toile de fond d’une confrontation militaire.
- Nous dénonçons les projets d’exploitation conjointe des hydrocarbures en mer Égée, par les bourgeoisies des deux pays, permettant aux monopoles étrangers et locaux de prendre le contrôle des ressources énergétiques, afin d’augmenter leurs profits en créant les conditions d’une plus grande implication et en aiguisant la confrontation et les risques pour l’environnement. La classe ouvrière, les peuples des deux pays n’ont rien à gagner dans ces plans.
- Nous luttons pour le retrait des deux pays des plans impérialistes, pour le retrait des forces militaires des missions impérialistes de l’OTAN et d’autres à l’étranger.
- Nous nous battons pour le retrait de nos pays des unions impérialistes de l’OTAN et de l’UE, pour démanteler les bases américaines et de l’OTAN de nos pays.

Le Parti communiste de Grèce et le Parti communiste de Turquie appellent la classe ouvrière et les couches populaires à renforcer la lutte contre les plans de la bourgeoisie et des unions impérialistes, contre le nationalisme et le racisme, à envoyer le message que les peuples voisins veulent et prétendent vivre en paix.

Parti communiste de Grèce et Parti communiste de Turquie

  • Centenaire du Congrès de Tours : salutations fraternelles du PCO-Russie !

    Nous publions ci-dessous les salutations adressées par le Parti Communiste Ouvrier de Russie au Parti Communiste Révolutionnaire de France, à l’occasion du centenaire du Congrès de Tours (naissance du PCF) : Chers camarades dans le combat ! Le Comité central du Parti communiste ouvrier de Russie (...)
  • Elections au Venezuela : le PCRF salue son parti-frère le PCV !

    Les élections législatives du 6 décembre 2020 ont donné une large victoire au PSUV (Parti de Nicolà Maduro), à travers le Grand Pôle Patriotique, avec 69% des voix. Les coalitions Alliance Démocratique et Alliance Venezuela Unie, partis de la droite pro-impérialiste, ont obtenu respectivement 19% et (...)
  • Fin de conflit au Haut-Karabagh : Quel avenir pour la région ?

    Le mardi 10 novembre 2020, après six semaines de combats très rudes, l’Arménie et l’Azerbaïdjan ont signé, sous l’égide de la Russie, un accord pour mettre fin au conflit armé dans le Haut-Karabagh. Cet accord scelle les victoires territoriales de l’Azerbaïdjan sur le Haut-Karabagh et sonne comme un aveu (...)
  • Le 75ème anniversaire de la fondation du Parti du Travail de Corée

    Le 10 octobre dernier, la République Populaire Démocratique de Corée (RPDC) a célébré le 75ème anniversaire de la fondation du Parti du Travail de Corée. Le Parti du Travail de Corée est née en 1945 de la fusion du Parti Communiste de Corée et du Nouveau Parti populaire de Corée comme un parti (...)