Présidentielles : Pas une voix aux 11 candidats...

... qui soutiennent le capitalisme ou qui veulent l’amender !

À 48 heures des élections présidentielles, le Parti Communiste Révolutionnaire de France réaffirme qu’aucun candidat ne représente une alternative réelle à la réalité politique. Aucun candidat n’offre une perspective de lutte contre le capitalisme pour le remplacer par une société reposant sur trois piliers : un État des travailleurs remplaçant l’État de la dictature de la bourgeoisie ; la propriété collective des moyens de production et d’échange ; une planification démocratique centralisée permettant de mettre l’économie au service de la satisfaction des besoins sociaux, culturels, écologiques de la population. Et à un moment où la tension internationale est particulièrement inquiétante, cette société sera un gage dans la lutte pour la paix et pour l’amitié entre les peuples. Cette société, c’est le socialisme-communisme. Face à la crise qui ronge le capitalisme, qui aggrave les inégalités sociales, qui fait peser la menace d’une guerre mondiale, il n’y a pas d’autre alternative possible.

Les candidats du Capital, Le Pen/Fillon/Macron/Hamon, tout comme ceux qui ambitionnent de le devenir, Lassalle/Dupont-Aignan/Asselineau/Cheminade, une fois élus, avec des nuances, vont mettre en œuvre une politique satisfaisant les gros actionnaires et l’oligarchie financière. Ils iront plus loin dans la remise en cause des droits à la retraite, à la santé, poursuivront le démantèlement de l’Éducation nationale... Ils pratiqueront une politique d’austérité avec ou sans l’Union Européenne, allongeront le temps de travail et continueront d’engager la France dans les aventures guerrières tout en démantelant les libertés démocratiques.

Jean-Luc Mélenchon, comme les deux candidats trotskistes, propose d’humaniser le capitalisme, pas de le supprimer, en suggérant un illusoire partage des richesses qui, quoi qu’ils pensent, n’est rien d’autre que la fameuse recette du pâté d’alouette, duperie qui consiste à mélanger un cheval et une alouette, l’alouette disparaissant évidemment sous le cheval ! Mélenchon, par son comportement de candidat césaro-bonapartiste, entre en contradiction avec ses déclarations sur la 6ème République, son programme économique visant quant à lui au financement public des entreprises capitalistes. Derrière les envolées lyriques, il ne propose pas de rompre avec l’Union Européenne (pour laquelle il ne fait pas le lien avec l’OTAN), mais de négocier une meilleure position. C’est exactement la position de Syriza en Grèce en 2015, qui a conduit à… accepter les politiques de l’UE. Ses positions en matière énergétique annuleraient toute possibilité d’indépendance dans ce domaine, et mettraient le pays encore plus sous le contrôle des multinationales du pétrole, quoi qu’il dise ! Ses propositions en matière de pouvoir d’achat entérinent en fait le statu-quo. Ces dernières déclarations, franchement anticommunistes - même si elles visent un PCF qui n’a plus de communiste que le nom -, témoignent de son véritable projet : recomposer le champ politique social-démocrate, en relookant son programme par une nuance d’idées à la mode, comme les thèmes écologiques pour relancer le capitalisme sur cette base. Arthaud et Poutou, derrière la phrase de gauche, anarcho-syndicaliste, ne se démarquent pas du candidat de la « France Insoumise », ils s’opposent à la rupture révolutionnaire avec l’Union Européenne, parce que ne l’un ni l’autre ne croit possible la révolution socialiste.

Dans ces conditions, nous appelons les travailleurs et la jeunesse, la classe ouvrière et ses alliés, à ne pas donner leur voix au premier tour aux 11 candidats, car ils soutiennent ou veulent amender le capitalisme ! Nous appelons ceux qui veulent que ça change, qui veulent se battre, à se syndiquer sur des positions de lutte de classe, car les mois à venir vont nécessiter de fortes mobilisations pour mettre en échec la bourgeoisie.

Mais nous le répétons : l’alternative, ce ne peut être que la solution révolutionnaire. Et pour cela, il faut construire le Parti Communiste Révolutionnaire dont les travailleurs ont besoin, c’est pourquoi nous appelons toutes celles et tous ceux qui en ont assez des faux-semblants, des escroqueries social-démocrates, à adhérer à notre parti.

Paris, le 21 avril 2017

  • Pandémie et capitalisme :

    Pour la santé et les droits des travailleurs, la lutte des partis communistes et ouvriers contre les politiques et les impasses du système capitaliste ! Intervention du Secrétaire à la Commission Internationale du PCRF, lors de la téléconférence du 10 mai 2020, organisée par l’Initiative communiste (...)
  • General Electric : soutien aux travailleurs licenciés pendant le confinement !

    Le Parti Communiste Révolutionnaire de France dénonce le plan de licenciements à General Electric (G.E.) Belfort et Boulogne-Billancourt. Il exprime sa solidarité de classe auprès des travailleurs licenciés et de leurs familles. Les dirigeants de G.E, monopole états-unien, aidés par l’État français, (...)
  • Anniversaire du NON au TCE - Mourir pour les profits ? C’est NON !

    Déclaration commune du Parti Communiste Révolutionnaire de France (PCRF) et du Rassemblement Communiste (RC) Document imprimable (cliquez sur la vignette) et texte intégral ci-dessous. 15 ans après la victoire du NON au référendum sur le Traité Constitutionnel Européen - victoire bafouée par le (...)
  • Développement des « zoonoses » : capitalisme responsable et... coupable !

    Le virus SARS-CoV-2, à l’origine de la maladie de COVID-19, est très récent, et des questions restent encore actuellement sans réponse, notamment sur son origine. Cependant, les scientifiques ont aujourd’hui la certitude que tout est parti d’un animal et que l’altération d’écosystèmes par des (...)
  • Avant et après le 11 mai, Macron pour la continuité... capitaliste !

    Ci-dessous la déclaration du Parti Communiste Révolutionnaire de France, suite à l’allocution d’Emmanuel Macron le lundi 13 avril 2020. En version téléchargeable (cliquez sur la vignette) : Texte intégral de la déclaration : L’allocution du Président de la République, le 13 avril 2020, devait répondre (...)
  • Un confinement... aussi au service du capital !

    Lors de son discours à Mulhouse, Emmanuel Macron avait annoncé : « Rien ne sera comme avant », en parlant de la crise sanitaire que traverse le pays. Beaucoup de choses laissent en fait présager le pire pour le monde d’après. Le monde des travailleurs, surtout, voit déjà le patronat multiplier les (...)
  • Hôpital public : sa privatisation (encore) "En Marche"...

    Emmanuel Macron aime parader..., comme le montre sa dernière sortie du 7 mars à la Maison de Santé pluridisciplinaire de Pantin (Seine-Saint-Denis), qui a soulevé d’ailleurs des interrogations sur le sérieux de cette démarche, puisqu’il s’est retrouvé, sans masque, face à un attroupement de personnes « (...)