Phares et balises : NON à la réduction de la flotte d’armement !

Pour jouer leur rôle de signalisation maritime, les phares ont besoin d’être entretenus et « armés » par une flotte de navires qui relève du service public de niveau national.

Or, fin juillet, on apprenait que le gouvernement envisage une réduction drastique de cette flotte de l’armement des phares et balises : «  De 36 navires, elle pourrait être ramenée à 27 via un plan d’achat et de construction de navires polyvalents plus grands », selon le syndicat CGT des marins du grand ouest.
Un projet qui menacerait 25 emplois, soit 10% du total. «  Les marins bretons, notamment de Morlaix et de Brest sont très inquiets de ce projet  », note le syndicat, pour qui «  les côtes déchirées de la Bretagne doivent retenir toute l’attention des responsables en matière de signalisation pour la sécurité de tous. »
Pour comprendre leur inquiétude : les secteurs de Morlaix et Brest comprennent un total de 350 établissements de signalisation maritime (ESM), à savoir des phares, tourelles en pierre, feux, balises ou encore bouées. «  Il serait demandé à un seul navire de prendre en charge l’entretien de ces 350 ESM avec une main d’œuvre diminuée. »
Une hausse de productivité exigée, des économies réalisées, mais à quel prix ? Au prix de la casse d’une très importante mission de service public : le contrôle et la sécurité des activités maritimes, procédures vitales pour beaucoup de territoires (comme les pêches et autres cultures maritimes), le contrôle des frontières maritimes, et le contrôle de la pollution. Au-delà, cela aurait aussi des conséquences néfastes sur le développement et le déploiement d’alternatives à l’utilisation des énergies fossiles et du nucléaire pour produire de l’électricité (comme l’énergie marémotrice), ainsi que de nouveaux types de matériaux pour remplacer ceux issus des énergies fossiles. On mesure le degré d’hypocrisie atteint par cette politique qui, dans sa « comm’ », verse des larmes de crocodiles pour la sauvegarde de la planète aux côtés d’une adolescente suédoise invitée au Parlement, mais qui, dans les faits, réduit les moyens permettant de mieux protéger l’environnement.

Ce projet est symptomatique de la politique de l’État bourgeois, qui consiste à transformer les services publics en entreprises capitalistes, soumises à la seule loi de la rentabilité, au mépris total des besoins vitaux de la population et même de la vie humaine. Ce phénomène est observé dans tous les services publics sans exception. Cela tient au fait que, dans la crise générale du capitalisme, la bourgeoisie cherche à pallier la baisse tendancielle du taux de profit, en pressurant les travailleurs par la casse des salaires et du Code du travail, et par la casse des services publics pour les privatiser.

Sous le socialisme-communisme, les travailleurs se seront organisés en classe dirigeante de la société, auront socialisé les moyens de production et d’échanges, et les géreront démocratiquement en planifiant l’économie et la production en fonction des besoins exprimés par les populations et les territoires.
Dans le secteur maritime, des solutions pertinentes et efficaces, correspondant aux enjeux actuels pour développer l’économie de la Mer, seront mises en place. En effet, pour la développer, il faut constituer pour les domaines des transports, de l’énergie, et de l’environnement notamment, de grands pôles de services publics gérés démocratiquement par le peuple travailleur. Des structures incompatibles avec la propriété privée des moyens de production et d’échange dans un environnement concurrentiel régi par la loi du profit.

Dans leur lutte contre ce projet réactionnaire anti-environnemental et anti-service public, le Parti Communiste Révolutionnaire de France (PCRF) exprime son soutien total auprès des travailleurs maritimes du grand ouest et de leurs organisations syndicales.

  • Soutien aux personnels de santé en lutte !

    Le mardi 14 janvier 2020, lors d’une conférence de presse, près de 1200 chefs de service et responsables des hôpitaux publics ont officiellement annoncé leur démission de leurs fonctions d’administration, de gestion et de représentation. Plusieurs, parmi eux, avaient les larmes aux yeux, comme la (...)
  • CFDT, des traîtres ?

    À découvrir ci-dessous l’analyse, sur fond de rappel historique, des caractéristiques principales de la CFDT. (cliquez sur la vignette)
  • Pas de trêve pour les luttes !

    La trêve de Noël n’a pas eu lieu. En pleine lutte contre une réforme des retraites voulue par Emmanuel Macron et son gouvernement selon la feuille de route des monopoles, le mouvement n’a pas faibli : le trafic à la SNCF et à la RATP était toujours aussi perturbé, et les travailleurs d’EDF et de (...)
  • Meilleurs vœux révolutionnaires !

    Le Parti Communiste Révolutionnaire de France et l’équipe d’Intervention communiste vous adressent, pour l’année 2020, leurs meilleurs vœux de bonheur et de santé pour vous et vos familles, ainsi que les vœux de victoire du prolétariat dans le combat formidable mené contre la politique de la bourgeoisie (...)
  • Pour le droit à la retraite...

    ... Pour mettre en échec l’offensive de la bourgeoisie monopoliste, Grève générale nationale ! Un an après le début du mouvement des Gilets Jaunes, le gouvernement Macron/Philippe, tout en manœuvrant, prétend poursuivre son offensive sauvage contre la classe ouvrière et les masses populaires. C’est (...)
  • Accidents industriels en augmentation...

    Accusons le capitalisme ! Fin novembre, une dépêche de l’AFP concernant le nombre d’accidents sur les sites industriels est restée étrangement peu ou pas relayée par les médias officiels. Selon le Bureau des risques et pollutions industriels (le BARPI), ce nombre a augmenté de 34 % en deux ans en (...)
  • Etudiant immolé à Lyon : soutien aux luttes étudiantes !

    Le 8 novembre 2019 à Lyon, devant le siège du CROUS, un étudiant de 22 ans nommé Anas s’est immolé par le feu et a été grièvement brûlé. Touché à 90%, le jeune homme est aujourd’hui toujours "entre la vie et la mort" à l’hôpital. Pourquoi ce drame ? Parce qu’en difficulté financière, il avait perdu sa (...)