Non à la manipulation de la jeunesse lycéenne !

Le ministre Blanquer, dont la réforme des lycées se présente comme une catastrophe culturelle pour des centaines de milliers de lycéens, et qui au nom de la scolarisation pour tous à 3 ans renforcera les subventions publiques à l’école privée (catholique), vient de trouver une autre escroquerie pour tenter d’élargir la base sociale d’un gouvernement présidentiel en mal de soutien : il impose aux lycéens et lycéennes leur participation aux manœuvres gouvernementales autour du prétendu débat lancé par Emmanuel Macron.

Le "Grand-Débat", a vu son contenu fixé par Macron. Son déroulement s’est déroulé au rythme des interventions de Macron auprès des élus ou de publics triés. Et le bilan en sera fait par Macron qui pense pouvoir tirer les marrons du feu pour LREM aux européennes ! Jamais on n’avait vu un tel déploiement de la propagande gouvernementale (renommée communication), une telle mobilisation de l’appareil d’État, depuis Vichy et sa révolution nationale !

On vient d’y rajouter le débat obligatoire sur l’environnement dans les lycées ! Dans le même temps, une large publicité est faite pour des appels émotionnels à des grèves pour l’environnement prétendument lancées par de jeunes lycéens et lycéennes. Ceux et celles qui se sont mobilisés contre la réforme Blanquer et "Parcours-sup" n’ont pas eu droit à un tel traitement médiatique. Visiblement l’environnement à bon dos : aussi importantes que soint les questions soulevées, il s’agit de détourner la jeunesse des autres problèmes auxquels elle est confrontée : l’avenir bouché par le chômage, le renforcement de la sélection sociale, l’endettement, les difficultés matérielles dramatiques auxquelles une partie de plus en plus grande est confrontée. On veut utiliser la jeunesse et l’environnement pour justifier la politique réactionnaire (y compris en matière d’environnement) d’un gouvernement aux abois.

Le PCRF et l’Union de la Jeunesse Communiste condamnent l’utilisation de la jeunesse lycéenne pour la propagande gouvernementale. Le lycée est avant tout un lieu d’acquisition du savoir et des connaissances. Les lycéens doivent pouvoir, en dehors des cours et sous leur seule responsabilité, y exercer leurs activités politiques et syndicales sans paternalisme ni ingérence des administrations et à plus forte raison du gouvernement.
Ceux qui veulent manipuler la jeunesse pour leurs intérêts mesquins de politiciens et politiciennes de bas étage dévoilent en fait leur isolement.

Il faut mettre en échec la manœuvre : nous appelons les lycéens et lycéennes à boycotter le débat-bidon du vendredi 15 mars.

Paris, le 11 mars 2019
Parti Communiste Révolutionnaire de France / Union de la Jeunesse Communiste

  • Pas un aigle, Loiseau ?

    Il est courant de parler des « poubelles de l’histoire ». Parmi elles, devrait figurer l’existence de l’extrême-droite. Or il est visible qu’ Emmanuel Macron, qui n’est pas raciste mais peut être en excellents termes avec le gouvernement raciste de Netanyahou, qui n’est pas fasciste mais est toujours à (...)
  • Mettre en échec Macron...

    ... et toutes les forces au service de la bourgeoisie ! Après quatre mois de crise politique, ouverte par la révolte des Gilets Jaunes contre la politique de Macron et de la bourgeoisie monopoliste (même si peu d’entre eux en ont conscience), où en est-on ? Si le gouvernement et la Présidence (...)
  • Non à la manipulation de la jeunesse lycéenne !

    Le ministre Blanquer, dont la réforme des lycées se présente comme une catastrophe culturelle pour des centaines de milliers de lycéens, et qui au nom de la scolarisation pour tous à 3 ans renforcera les subventions publiques à l’école privée (catholique), vient de trouver une autre escroquerie pour (...)
  • Déclarations unitaires de communistes

    Un pas en avant dans l’unité d’action des forces communistes ! Un certain nombre d’organisations du Mouvement Communiste de France (Association Nationale des Communistes, Faire Vivre et Renforcer le PCF, Parti Communiste Révolutionnaire de France, Pôle de Renaissance Communiste en France, (...)