NON à l’interdiction du Parti communiste de Pologne !

Ci-dessous l’alerte lancée par nos camarades du PCP :

L’appel à l’action contre l’interdiction du communisme en Pologne

La persécution anticommuniste en Pologne s’intensifie alors que les autorités de l’État tentent de criminaliser l’activité communiste en modifiant le code pénal. C’est un élément de la campagne anti-communiste visant à interdire le Parti communiste de Pologne. Les changements légaux font également partie de la persécution, comme un procès des membres du CPP et du comité de rédaction du "Brzask", qui a duré environ 3,5 ans, malgré le fait que le tribunal l’a déclaré innocent en janvier. En même temps, les autorités polonaises dressent d’autres obstacles à l’activité communiste, falsifient l’histoire et détruisent tout ce qui a trait au communisme et à la Pologne Populaire.

Les amendements au code pénal, y compris l’interdiction de l’activité communiste (article 256), ont été apportés à peine 10 jours avant les élections au Parlement européen. Ils signifient des peines plus sévères et inacceptables aussi qu’un élargissement du champ des crimes punissables. Les changements sont nombreux et concernent 105 articles sur 360 du code. Le gouvernement a présenté les changements en réaction au scandale de la pédophilie parmi les prêtres catholiques et lié à ce crime. Cependant, seuls quelques amendements le concernent.

Les changements réactionnaires ont été promus très hâtivement. Le 14 mai, le projet a été envoyé au parlement par le gouvernement. Le lendemain, la Sejm (chambre basse) a entamé la procédure législative. Le 16 mai, celle-ci a été votée et adoptée par le Sejm. Plus tard, le projet de loi a été transmis à la chambre haute - le Sénat, qui a ajouté 43 autres amendements et qui doit maintenant être soumis au vote au Sejm. Le gouvernement a la majorité dans les deux chambres, de sorte qu’il n’aura aucun problème à adopter les amendements. Ensuite, la nouvelle loi devrait être signée par le président. Un grand nombre d’avocats estiment que les modifications du code constituent une violation de la Constitution et des droits de l’homme. Cependant, la Cour constitutionnelle est actuellement contrôlée par les juges nommés par le gouvernement.

L’article 256* amendé interdit le communisme et l’assimile au nazisme et au fascisme. Auparavant, il pénalisait la promotion des "systèmes fascistes ou autres systèmes totalitaires de l’État". Il y a 10 ans déjà, on tentait d’interdire les symboles communistes avec le même article, des protestations internes et internationales ont été prononcées et en 2011, il a été annulé par la Cour constitutionnelle. Cependant, ces dernières années, la loi a été très largement utilisée, comme le montre l’histoire du procès du CPP et du "Brzask". La nouvelle version de la loi interdit l’idéologie, les symboles ou tout autre contenu (impressions, enregistrements), ainsi que la présentation et la possession de tout symbole de ce contenu. Le nouveau code augmente également la peine de 2 à 3 ans d’emprisonnement.

Nous exigeons toutes les poursuites contre les communistes à cesser immédiatement.

Nous appelons aux partis communistes à s’opposer à la campagne anticommuniste et à la pénalisation des idées communistes en Pologne.

Nous vous demandons d’organiser les manifestations internationales devant les ambassades de Pologne ou d’envoyer des lettres de protestation, de préférence le 12 juin, au moment où la nouvelle loi doit être adoptée par le Parlement.

*Nous incluons la nouvelle version de l’article qui interdit l’activité communiste en Pologne :
"Art 256
§ 1. Qui promeut publiquement le système nazi, communiste, fasciste ou un autre système totalitaire ou appelle à la haine sur la base de différences nationales, ethniques, raciales ou confessionnelles, ou en raison de l’absence de dénomination religieuse, est passible de la liberté pour un maximum de 3 ans.
§ 1a. La même peine est infligée à ceux qui propagent publiquement des idéologies nazies, communistes et fascistes ou une idéologie appelant à l’usage de la violence pour influencer la vie politique ou sociale.
§ 2. La même peine est appliquée à quiconque, dans le but de diffuser, produit, enregistre ou importe, acquiert, vend, offre, stocke, conserve, présente, transporte ou transmet un objet imprimé, enregistrant ou autre contenant le contenu. spécifié au § 1 ou 1a ou qui est porteur du symbolisme totalitaire nazi, communiste, fasciste ou autre, utilisé de manière à propager le contenu spécifié au § 1 ou 1a ".

  • Jerusalem, Gaza : Solidarité avec le peuple palestinien !

    Alors que, depuis des semaines, une répression policière inouïe s’est abattue sur les Palestiniens de Jérusalem manifestant contre l’expulsion illégale de dizaines de familles palestiniennes pour laisser la place à des colons juifs, Alors que depuis plusieurs jours, un déluge de feu s’est abattu sur (...)
  • Congrès du PCCuba et du PCOR : les salutations du PCRF aux Partis frères !

    Entre le 16 et le 25 avril 2021 se sont tenus successivement les Congrès du Parti Communiste de Cuba et du Parti Communiste Ouvrier de Russie. Nous publions ci-dessous les messages de salutations que le PCRF a adressés à cette occasion à ses deux Partis frères, qui nous ont répondu chaleureusement. (...)
  • Les profits de Big Pharma pendant la crise de Covid-19

    Nous publions ci-dessous un article paru dans le journal de Rot Front. Remarque : L’expression "Big Pharma" désigne la concentration d’un secteur d’activité florissant, celui de l’industrie pharmaceutique, entre les mains de quelques monopoles (Johnson&Johnson, Pfizer, Moderna, AstraZeneca, (...)
  • [IPCOE] Conférence sur Lénine

    Ce 22 avril 2021 s’est tenue une conférence organisée par l’Initiative des Partis Communistes et Ouvriers d’Europe (IPCOE), sur le thème des apports et de la continuité de l’œuvre du grand dirigeant révolutionnaire LÉNINE. Ci-dessous l’intervention du PCRF : Lénine est le théoricien et le praticien de (...)
  • Solidarité avec les communistes du Kenya !

    Mercredi 7 avril 2021, la police kenyane a pris d’assaut le siège du Parti communiste du Kenya à Nairobi et a procédé à l’arrestation de membres du parti. L’opération de la police a eu lieu sans aucun mandat de justice. Selon le parti communiste, les officiers de police avaient l’intention de (...)
  • Déclaration de l’IPCOE : Non au fardeau de la crise capitaliste !

    Ci-dessous la DÉCLARATION DES PARTIS DE L’INITIATIVE COMMUNISTE ΕUROPÉENNE (dont notre Parti est membre pour la France) Consultable en anglais sur le site de l’IPCOE - Contre les mesures anti-ouvrières et anti-populaires imposées pour faire porter aux travailleurs le fardeau de la crise capitaliste (...)
  • Opération Barkhane et morts civils au Mali : une bavure comme une autre ?

    Une récente enquête de l’ONU, menée avec l’aide de plus de 200 personnes, du 4 janvier au 20 février 2021, démontre très précisément la façon dont les forces militaires françaises engagées dans l’opération Barkhane ont visé un rassemblement à l’occasion d’un mariage près de Bounty, faisant au final 22 morts, (...)