Municipales : Déclaration du PCRF

Le premier tour des Élections Municipales s’est déroulé ce dimanche 15 mars 2020 dans les circonstances exceptionnelles de la pandémie de coronavirus.

Même si l’abstention a été influencée par les mesures de précaution prises, un certain nombre d’enseignements politiques peuvent être tirés de ce scrutin :

- Tout d’abord, non seulement la crise politique ne s’est pas amoindrie depuis l’élection de Macron, tâche qui lui avait été confiée par l’oligarchie financière et les monopoles, mais elle s’est aggravée : dès le début de la campagne électorale, bien avant tout confinement, les observateurs annonçaient une hausse prévisible de l’abstention. De fait, c’est bien le cadre politique qui, à cette occasion, est remis en cause par une partie de l’électorat ; ce que corrobore la faible participation des milieux populaires dans les quartiers et départements populaires.

- Le deuxième enseignement tiré concerne le fait que les élus sortants liés aux forces politiques traditionnelles (Républicains, Centristes, PS, EELV, PCF) confortent dans l’ensemble leurs positions, tandis que LFI n’arrive pas à s’imposer comme force majeure de la recomposition politique, dans le camp réformiste.

- Enfin le troisième enseignement, c’est la défaite électorale du parti gouvernemental : de l’échec de Buzyn à Paris, à celui de Collomb à Lyon, en passant par Philippe au Havre. Le fort courant de mécontentement et d’opposition à la politique de Macron, en matière de retraite, de santé, d’enseignement, etc., s’est bel et bien exprimé au travers de ce scrutin particulier.

Au-delà de ce moment électoral, et malgré la pandémie, le Parti Communiste Révolutionnaire de France appelle les travailleurs à ne pas se démobiliser dans la défense des retraites et des services publics.

Le PCRF, lundi 16 mars 2020

  • Le capitalisme et ses crises...

    Crise sanitaire, économique, environnementale, politique... : Place aux « damnés de la Terre » pour une nouvelle société ! Depuis 2017, le visage d’un État au service exclusif de la classe bourgeoise, classe exploiteuse et prédatrice, se démasque chaque jour davantage. Sous la houlette d’un « (...)
  • De la lutte pour les emplois à la lutte contre le capitalisme !

    Cette période marque celle de la rentrée 2020, une rentrée atypique par le fait que c’est la première de l’ère post-confinement et donc la première à inaugurer le fameux « monde d’après » tant vanté par Macron et ses gouvernements. Mais comme nous pouvions le prévoir, compte tenu de l’offensive menée par le (...)
  • Pierre Komorov, élu nouveau Secrétaire général du PCRF

    Compte tenu du décès du camarade Secrétaire général Maurice Cukierman survenu le 22 juillet 2020, le Comité central du PCRF, réuni le 29 août 2020, a élu à l’unanimité Pierre Komorov (PK) Secrétaire général du Parti. Pierre Komorov a adhéré à la Coordination communiste en 1998. Il a intégré très rapidement (...)
  • Derichebourg, Conduent : Entre chantage à l’emploi et délocalisation...

    …, guerre de classe contre le virus de l’exploitation capitaliste ! Annoncé par Emmanuel Macron alors que le confinement battait son plein, le « monde d’après » a petit à petit commencé à montrer son vrai visage : un monde dans lequel la casse du Code du travail et le piétinement des conquêtes sociales (...)
  • La question des nationalisations aujourd’hui

    La crise sanitaire ayant mis en lumière les effets désastreux des politiques "néolibérales" qui se sont succédé depuis plusieurs décennies, la question des nationalisations, notamment pour les secteurs vitaux du pays, a été remise au goût du jour par certaines formations politiques (LFI avait déposé un (...)
  • Décès du camarade Maurice Cukierman, Secrétaire général du PCRF

    C’est avec une profonde tristesse que le Secrétariat du Parti Communiste Révolutionnaire de France, au nom du Comité Central, annonce le décès de son Secrétaire général, le camarade Maurice Cukierman, survenu le 22 juillet 2020. Cette disparition constitue une perte considérable non seulement pour le (...)
  • Un gouvernement de bandits et de patrons !

    Comme Macron l’avait annoncé, un nouveau 1er ministre a été nommé et un nouveau gouvernement a été formé. Les commentateurs et médias s’en sont émerveillés. Certes les médias sont les propriétés soit des monopoles soit de l’État bourgeois et cela n’a rien d’étonnant, mais les louanges furent particulièrement (...)