Ministère des sports : de qui se moque-t-on ?

La nouvelle ministre des sports se serait aperçue, à la fin de la semaine passée, que son budget allait baisser et que le ministère allait être amputé de la moitié des fonctionnaires de son ministère.

Huit jours après le remaniement ministériel qui l’a promue, Roxana Maracineanu fait une grande opération de communication pour faire passer auprès des sportifs la politique réactionnaire qu’elle est chargée d’appliquer ! Faire mine de s’indigner relève de la comédie, alors qu’on a accepté de rejoindre un gouvernement qui annonce la couleur : offensive contre les travailleurs, les droits démocratiques, contre la Fonction publique. Un gouvernement qui par ailleurs vient de diviser par deux le reversement aux sports amateurs du produit de la taxe TV sur les retransmissions !

L’objectif de restreindre le nombre de fonctionnaires est revendiqué depuis la campagne électorale par Emmanuel Macron. Significatif est le résultat de la rencontre entre Roxana Maracineanu et le Premier ministre, que les médias présentaient comme un "bras de fer" : non seulement rien ne change, mais la ministre y va de son mensonge. Présenter comme une victoire que les 1600 fonctionnaires ne perdront pas leur emploi, c’est se moquer du monde ! Les fonctionnaires ne peuvent pas être licenciés (ce que voudrait d’ailleurs le gouvernement). Par contre, ils vont être mis à la disposition des fédérations sportives, qui pour les payer devront rentabiliser leurs activités, concrètement étendre la privatisation de l’organisation des activités sportives, par le truchement des subventions, des dons... !

Mais le ministère va perdre la moitié de son personnel et les activités sportives devront être orientées, non pour démocratiser l’accès au sport, mais pour le seul sport de "prestige", celui qui attire les sponsors. Nous savions que Roxana Maracineanu était une championne de natation ; avec son opération médiatique, nous savons qu’elle sait nager dans les eaux troubles de la politique bourgeoise !

  • Une bataille historique !

    La bataille pour la défense du droit à la retraite connait une mobilisation sans précédent et sur des bases claires, tout au moins au niveau des travailleurs et travailleuses qui s’y sont engagés. Les cheminots et les agents de la RATP ont connu leur plus fort mouvement par sa longueur et son (...)
  • Soutien aux personnels de santé en lutte !

    Le mardi 14 janvier 2020, lors d’une conférence de presse, près de 1200 chefs de service et responsables des hôpitaux publics ont officiellement annoncé leur démission de leurs fonctions d’administration, de gestion et de représentation. Plusieurs, parmi eux, avaient les larmes aux yeux, comme la (...)
  • CFDT, des traîtres ?

    À découvrir ci-dessous l’analyse, sur fond de rappel historique, des caractéristiques principales de la CFDT. (cliquez sur la vignette)
  • Pas de trêve pour les luttes !

    La trêve de Noël n’a pas eu lieu. En pleine lutte contre une réforme des retraites voulue par Emmanuel Macron et son gouvernement selon la feuille de route des monopoles, le mouvement n’a pas faibli : le trafic à la SNCF et à la RATP était toujours aussi perturbé, et les travailleurs d’EDF et de (...)
  • Meilleurs vœux révolutionnaires !

    Le Parti Communiste Révolutionnaire de France et l’équipe d’Intervention communiste vous adressent, pour l’année 2020, leurs meilleurs vœux de bonheur et de santé pour vous et vos familles, ainsi que les vœux de victoire du prolétariat dans le combat formidable mené contre la politique de la bourgeoisie (...)
  • Pour le droit à la retraite...

    ... Pour mettre en échec l’offensive de la bourgeoisie monopoliste, Grève générale nationale ! Un an après le début du mouvement des Gilets Jaunes, le gouvernement Macron/Philippe, tout en manœuvrant, prétend poursuivre son offensive sauvage contre la classe ouvrière et les masses populaires. C’est (...)
  • Accidents industriels en augmentation...

    Accusons le capitalisme ! Fin novembre, une dépêche de l’AFP concernant le nombre d’accidents sur les sites industriels est restée étrangement peu ou pas relayée par les médias officiels. Selon le Bureau des risques et pollutions industriels (le BARPI), ce nombre a augmenté de 34 % en deux ans en (...)