Migrants : naufrage, canicule..., quel respect de la vie humaine ?

Le drame survenu jeudi 25 juillet, pour plus de 100 migrants naufragés au large de la Libye, nous rappelle qu’en France aussi, la vie des hommes, femmes et enfants contraints de quitter leurs pays, est de peu d’importance aux yeux de nos décideurs politiques.
Pour preuve ce qui s’est passé à Bordeaux le 23 juillet, alors que la ville devait battre son record absolu de chaleur : la préfète de Gironde, Fabienne Buccio, a entrepris la mise à la rue de plusieurs centaines de migrants (environ 300), laissant livrés à eux-mêmes, sous la canicule, des hommes, des femmes et des enfants expulsés de leurs squats de fortune.

Le PCRF dénonce ce scandale d’inhumanité, et salue la mobilisation et l’accueil organisés par des organisations syndicales et associatives ; citons notamment la CGT, qui a accueilli dans ses locaux une cinquantaine de personnes, dont un nourrisson et 13 enfants, avec des moyens particulièrement précaires. « Ce ne sont pas des conditions dignes, les pouvoirs publics doivent prendre leurs responsabilités, mais la préfète est hermétique au dialogue », a affirmé un responsable de la CGT. Évoquons aussi l’association "Athénée libertaire", qui offre douche et repas à ces réfugiés, mais là encore, il ne peut s’agir d’une solution pérenne.

Malgré cette situation indigne et scandaleuse, la préfète de Gironde a manifesté sa volonté de « démanteler le plus (grand nombre) possible » martelant que « l’évacuation, c’est la solution », ce qui fait craindre le pire à Bordeaux.

Rappelons que ces migrants, venus d’Afrique (Ghana, Algérie, Maroc…), sont d’abord des victimes des politiques impérialistes ; en effet, la plupart s’expatrient pour fuir la guerre, la misère, les conditions invivables créées par des régimes autoritaires et corrompus, imposés par l’impérialisme pour mettre la main sur leurs ressources, exporter les capitaux de leurs monopoles, et étendre leurs marchés.
Rappelons qu’arrivés en France, ils sont ensuite soumis aux caprices de leurs employeurs, et utilisés comme main d’œuvre surexploitée, permettant de casser les salaires et les droits de l’ensemble des travailleurs du secteur (notamment dans le BTP ou la restauration).

Tout cela montre que le discours d’opposition entre travailleurs français et étrangers est à la fois mensonger et réactionnaire. Tous les travailleurs souffrent, à différents degrés et à différents niveaux, du capitalisme et de l’impérialisme : on casse le Code du travail, l’accès aux services publics y compris vitaux comme celui de la santé, la sécurité sociale, etc., sous prétexte qu’il n’y a pas d’argent et que ça coûte un « pognon de dingue ».
Mais il y a de l’argent pour développer et produire des armes, financer des expéditions militaires dans le monde, et en conséquence apporter la guerre, la réaction, la misère, l’obscurantisme et la corruption dans des pays que des milliers d’habitants sont finalement contraints de fuir au péril de leur vie.

On le voit, l’ennemi commun de tous les travailleurs, c’est le capitalisme, qui est devenu, à son étape ultime de l’impérialisme, le plus criminel pour l’ensemble de l’humanité, en même temps que pour la planète elle-même.

C’est donc ensemble que les travailleurs doivent lutter pour jeter à terre ce régime pourri et assassin, afin de construire une société où les travailleuses et travailleurs s’érigeront en classe dirigeante de la société, socialiseront tous les moyens de production et d’échange, et planifieront l’économie et la production démocratiquement en fonction des besoins des populations.

Le Parti Communiste Révolutionnaire de France (PCRF) apporte son soutien à la bourse du travail CGT de Bordeaux, à l’Athénée libertaire, et à toutes les organisations qui œuvrent pour construire la solidarité et l’unité des travailleurs contre le capitalisme et l’impérialisme.

  • Procès d’Ikea : de l’espionnage au contrôle social généralisé ?

    Tant vanté par Emmanuel Macron lors du premier confinement, le « monde d’après » révèle toujours plus son caractère réactionnaire et répressif. Dans une actualité de plus en plus marquée par la casse des salaires et des conditions de travail, ainsi que par les attaques à répétition contre les droits (...)
  • Pour une vague... révolutionnaire !

    Un an après le premier confinement consécutif à l’apparition de l’épidémie de Covid-19, domine l’impression d’un scénario qui se répète : celui d’une vague montante mortelle devenue incontrôlable, imposant l’enfermement durable de millions de personnes, comme l’a à nouveau annoncé Emmanuel Macron le 31 mars (...)
  • Un logement digne pour tous !

    Plusieurs organisations syndicales, notre Parti, et des associations comme la CNL, ont participé à la mobilisation le 27 mars 2021 pour le droit au logement, contre les expulsions et le logement cher. Vingt et un pays européens se sont joints à cette mobilisation. Actuellement, deux millions de (...)
  • Leclerc ou l’arnaque de la philanthropie bourgeoise

    Nous partageons ci-dessous un article paru sur le site de l’Union de la Jeunesse Communiste (UJC) sur la grande campagne d’aide alimentaire intitulée « la semaine de repas équilibré : 21 repas pour 21 euros » récemment lancée par le monopole de la distribution Leclerc. Contre l’hypocrisie du capital, (...)
  • Rencontre KKE - PCRF

    La direction du Parti Communiste de Grèce (KKE) a demandé à rencontrer la nouvelle direction du Parti Communiste Révolutionnaire de France (PCRF), rencontre qui s’est tenue en distanciel le 19 février 2021 entre d’une part les camarades Kostas PAPADAKIS, membre du CC du KKE et député européen, et (...)
  • L’hôpital public dans la tourmente des variants et... du capital !

    Comparé au précédent, le « monde d’après » se révèle encore plus réactionnaire et obscurantiste. Alors que l’hôpital public et les personnels soignants sont toujours plus fragilisés, sinistrés et épuisés par la pandémie de Covid-19, différents variants du SARS-CoV-2 circulent désormais en France. La crainte (...)
  • Renault, AccordInvest : Le capital se paye sur le dos des travailleurs !

    Alors que la pandémie mondiale de Covid-19 fait encore rage en saturant l’hôpital public et en plongeant un nombre croissant de travailleurs dans la précarité et la peur du lendemain, les monopoles capitalistes, eux, continuent comme avant leurs opérations d’économies, de rachat, de fusion et de (...)