Macron : le sabre et le goupillon...

Il y a un an, notre Parti dénonçait en Macron un individu marqué idéologiquement et politiquement par l’extrême droite :

  • volonté de liquider tout pouvoir parlementaire,
  • mise en avant du pouvoir du chef et volonté de concentrer tous les pouvoirs dans les mains de l’exécutif,
  • volonté de casser le mouvement syndical et promotion d’un syndicalisme intégré (CFDT),
  • remise en cause de l’ensemble des droits et garanties obtenus par le mouvement ouvrier,
  • soumission totale aux exigences des monopoles et de l’UE,
  • intégration atlantique et européenne pour permettre aux monopoles et groupes financiers français de stabiliser leurs positions internationales,
  • politique étrangère belliciste contre tous les peuples qui veulent décider de leur destinée politique et sociale.

Dans le même registre, notre parti avait signalé ses positions pour le moins ambiguës concernant la séparation de l’Église et de l’État.

Son discours devant la conférence des évêques, tenu le 9 avril 2018, lève le doute : son programme, pour la mise en œuvre de la politique dont les monopoles et l’oligarchie financière ont besoin, c’est le programme de la réaction, dont l’Église catholique est un des acteurs historiques dans notre pays.
En effet, en annonçant vouloir « réparer le lien entre l’Église et l’État  », et en ajoutant «  je me fais une plus haute idée des catholiques », il réaffirme clairement le rôle qu’il assigne à l’Église catholique comme force d’appoint idéologique de cette réaction.

Le Parti Communiste Révolutionnaire de France appelle les travailleurs, les forces populaires, à organiser la riposte globale à cette politique, et à s’opposer à toute fuite en avant de la part du Président de la République, comme une relance criminelle de la guerre en Syrie, main dans la main avec son ami Donald Trump.

  • Soutien aux personnels de santé en lutte !

    Le mardi 14 janvier 2020, lors d’une conférence de presse, près de 1200 chefs de service et responsables des hôpitaux publics ont officiellement annoncé leur démission de leurs fonctions d’administration, de gestion et de représentation. Plusieurs, parmi eux, avaient les larmes aux yeux, comme la (...)
  • CFDT, des traîtres ?

    À découvrir ci-dessous l’analyse, sur fond de rappel historique, des caractéristiques principales de la CFDT. (cliquez sur la vignette)
  • Pas de trêve pour les luttes !

    La trêve de Noël n’a pas eu lieu. En pleine lutte contre une réforme des retraites voulue par Emmanuel Macron et son gouvernement selon la feuille de route des monopoles, le mouvement n’a pas faibli : le trafic à la SNCF et à la RATP était toujours aussi perturbé, et les travailleurs d’EDF et de (...)
  • Meilleurs vœux révolutionnaires !

    Le Parti Communiste Révolutionnaire de France et l’équipe d’Intervention communiste vous adressent, pour l’année 2020, leurs meilleurs vœux de bonheur et de santé pour vous et vos familles, ainsi que les vœux de victoire du prolétariat dans le combat formidable mené contre la politique de la bourgeoisie (...)
  • Pour le droit à la retraite...

    ... Pour mettre en échec l’offensive de la bourgeoisie monopoliste, Grève générale nationale ! Un an après le début du mouvement des Gilets Jaunes, le gouvernement Macron/Philippe, tout en manœuvrant, prétend poursuivre son offensive sauvage contre la classe ouvrière et les masses populaires. C’est (...)
  • Accidents industriels en augmentation...

    Accusons le capitalisme ! Fin novembre, une dépêche de l’AFP concernant le nombre d’accidents sur les sites industriels est restée étrangement peu ou pas relayée par les médias officiels. Selon le Bureau des risques et pollutions industriels (le BARPI), ce nombre a augmenté de 34 % en deux ans en (...)
  • Etudiant immolé à Lyon : soutien aux luttes étudiantes !

    Le 8 novembre 2019 à Lyon, devant le siège du CROUS, un étudiant de 22 ans nommé Anas s’est immolé par le feu et a été grièvement brûlé. Touché à 90%, le jeune homme est aujourd’hui toujours "entre la vie et la mort" à l’hôpital. Pourquoi ce drame ? Parce qu’en difficulté financière, il avait perdu sa (...)