Loi Travail sur le terrain : le syndicalisme à l’épreuve de la "rupture conventionnelle collective"

Les travailleurs doivent trier le bon grain de l’ivraie !

À peine mise en place par ordonnances, la Loi « Travail-contre-Capital » de Macron -El Khomri est utilisée par Peugeot Société Anonyme (PSA) ! Comme l’avait dénoncé la CGT depuis le début, la « rupture conventionnelle collective » permet au monopole de l’automobile, par ailleurs aux profits florissants, de supprimer 2200 emplois, contre la promesse de la création de 1500 emplois en CDI, plus des emplois intérimaires.

Rappelons que dans les cinq dernières années, 25 000 emplois ont été supprimés chez PSA. S’il est vrai que la rupture conventionnelle collective se fait à l’initiative du groupe monopoliste, il n’en demeure pas moins que celle-ci n’a lieu que parce que cinq organisations jaunes représentant 58% des salariés ont donné leur signature. C’est tout le machiavélisme des lois El Khomri et Macron : elles donnent l’initiative au patronat, tout en faisant reposer sur le prétendu syndicalisme de concertation la responsabilité des décisions prises. Ainsi on escompte que les travailleurs à un moment ou un autre se retourneront contre le syndicalisme.

C’est contre le « syndicalisme » pourri que les travailleurs doivent se retourner : la CFDT bien sûr, cette organisation qui regroupe le pseudo syndicalisme chrétien et les courants les plus intégrationnistes de la social-démocratie ; mais aussi FO, dont on comprend mieux l’attitude ambiguë depuis l’élection de Macron. Mais il est vrai que les relations incestueuses entre le patronat de la métallurgie et la fédération FO de cette branche sont largement connues : financement occulte, aides de toutes sortes, y compris en nervis, et en liaison avec l’officine de la CIA dirigée par d’ex-collabos (Georges Albertini) sous l’appellation d’Institut d’Histoire Sociale, aujourd’hui dirigée par… Stéphane Courtois. André Bergeron en fut président après avoir été le patron de FO pendant des années.

Seule la CGT a refusé de cautionner le mauvais coup (c’est le premier syndicat en voix). Elle a dénoncé les profits en hausse (de 1,2 milliards en 2015 à 2,15 Mds en 2016), le chiffre d’affaires record pour la première moitié 2017 et le record de ventes pour l’année 2017, le tout « arrosé par des subventions publiques de 287 millions d’euros pour les quatre dernières années  » ! L’attitude de la CGT montre que, malgré son orientation réformiste et son inaction dans la dernière période, elle reste une organisation syndicale dont les travailleurs doivent se réapproprier la maîtrise ; là où il y a résistance contre la collaboration de classe (notamment dans les organisations de base), il est nécessaire que renaisse un syndicalisme de lutte de classe.

Nous appelons les travailleurs à rejoindre la CGT et à mener ce combat dans les entreprises, les UL, les UD et les fédérations. Un proverbe sudafricain dit que là où est passé la rivière, l’eau coulera de nouveau. La CGT, par ses militants retrouvera son rôle de syndicat de classe, de masse et internationaliste. Il faut dénoncer partout, y compris à la CGT ou à la FSU, les « syndicalistes » jaunes, ces larbins du Capital, mais en même temps se battre pour récupérer notre arme dans la lutte des classes : le syndicalisme.

  • Non à la manipulation de la jeunesse lycéenne !

    Le ministre Blanquer, dont la réforme des lycées se présente comme une catastrophe culturelle pour des centaines de milliers de lycéens, et qui au nom de la scolarisation pour tous à 3 ans renforcera les subventions publiques à l’école privée (catholique), vient de trouver une autre escroquerie pour (...)
  • Journée du 8 mars : le TRACT du PCRF

    Découvrez ci-dessous le tract diffusé par les militant-e-s du Parti Communiste Révolutionnaire de France, à l’occasion de la journée internationale pour les droits des femmes. (Cliquez sur la vignette)
  • L’historienne Annie Lacroix-Riz diffamée : Soutien du PCRF !

    Le Parti Communiste Révolutionnaire de France exprime sa solidarité la plus fraternelle à la camarade Annie Lacroix-Riz, victime d’une nouvelle campagne de calomnies et diffamations, et cette fois venant de la CGT au travers d’une lettre d’un dénommé Pascal Debay, secrétaire de l’UD de Meurthe et (...)
  • Unité du mouvement populaire !

    La situation politique est aujourd’hui inédite. Alors que, depuis Chirac, les attaques de la bourgeoisie n’avaient pas pu être mises en échec, malgré l’importance des grèves, le Président des monopoles et de l’oligarchie financière, Macron, a pour la première fois capitulé : il a retiré ses augmentations (...)
  • Non à la grande escroquerie !

    Confronté à l’opposition massive à sa politique, dont le mouvement des Gilets Jaunes est la partie visible de l’iceberg, et arc-bouté à la volonté de la mettre en œuvre par tous les moyens, l’exécutif conduit par Macron tente par différents moyens de contourner l’obstacle en manœuvrant, tout en ne (...)