KOMINTERN : Centenaire et actualité !

Les 1er et 2 juin 2019, à Moscou, à l’initiative du Parti communiste ouvrier de Russe (PCOR), s’est tenue la Conférence internationale des partis communistes et ouvriers, intitulée : "Cent ans du Komintern et les tâches du mouvement communiste actuel". La conférence a réuni des représentants des 19 partis communistes du monde, qui sont restés fidèles au marxisme-léninisme et à son caractère révolutionnaire. Elle avait pour but de discuter et de définir les tâches qui incombent aujourd’hui au ralliement du mouvement communiste révolutionnaire.

Hormis le PCOR et notre parti, qui a été chaleureusement invité à cette conférence, ont participé les représentants des partis communistes et ouvriers de Biélorussie, de Belgique, de Finlande, de Grèce, d’Italie, du Kazakhstan, de Lettonie, de Lituanie, de Moldavie, de Syrie, de Turquie, d’Ukraine. Les participants de la conférence ont évalué de manière positive l’expérience de la Troisième Internationale communiste, créée sous la direction de
Lénine, et ont souligné ses mérites pour le développement et le renforcement du mouvement communiste et ouvrier mondial. Le rôle du Komintern est particulièrement important dans la création des partis communistes, dans la lutte contre le fascisme au 20ème siècle et dans la défaite de l’Allemagne nazie et de ses alliés.
Les participants à la conférence partent du constat qu’aujourd’hui, il n’existe aucune condition pour la création immédiate d’une nouvelle internationale communiste. Il n’y a aucun parti de la taille et de la force des bolcheviks, aucun pays de la révolution socialiste victorieuse qui prendrait en charge le fonctionnement organisationnel et matériel d’un centre commun. De plus, le développement d’une stratégie révolutionnaire moderne n’est pas suffisamment avancé. Tout cela confirme la nécessité d’un travail commun dans le domaine de la théorie et de la pratique, de la coordination des positions et des actions en vue du renforcement organisationnel, politique et idéologique des partis communistes et du mouvement communiste dans son ensemble.

La conférence a eu pour résultat l’adoption de la déclaration finale des participants de la conférence internationale, à découvrir ci-dessous.

Déclaration finale des participants de la conférence internationale, réunis à Moscou les 1er et 2 juin 2019 :
« Le 100ème anniversaire du Komintern et les tâches du mouvement communiste actuel »

Les partis communistes qui ont pris part à la conférence théorique et pratique à Moscou les 1er et 2 juin 2019 consacrée au centenaire de l’Internationale communiste sont restés fidèles au marxisme-léninisme, la grande doctrine révolutionnaire, conservant leur attitude envers le marxisme en tant que science et conservant son caractère révolutionnaire prolétarien.

Nos partis confirment que l’internationalisme n’est pas seulement inhérent au marxisme, mais comme toute science réelle, l’internationalisme est la principale condition et le moyen nécessaires pour atteindre les objectifs des communistes. Ceci est clairement et explicitement énoncé dans le Manifeste du Parti communiste : « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! »

Les partis et les mouvements, participants à la conférence, évaluent généralement de manière positive l’expérience du Komintern et reconnaissent ses mérites dans le développement et le renforcement du mouvement communiste et syndical mondial. En particulier dans la création des partis communistes, la lutte contre le fascisme au 20ème siècle et la défaite de l’Allemagne hitlérienne et de ses alliés dans le Pacte anti-Komintern. Nous estimons qu’il est nécessaire d’étudier l’expérience de la Troisième Internationale et de l’utiliser dans la lutte pratique. Notre évaluation positive ne signifie nullement que l’expérience de la lutte du Komintern ne contienne aucune erreur et ne devrait pas être examinée de manière critique par nos partis. Bien sûr, l’analyse de l’expérience et des erreurs est nécessaire et doit être effectuée, mais il faut avant tout se servir de cette analyse pour la lutte actuelle pour le socialisme, basée sur les connaissances, les réalisations et les erreurs des prédécesseurs.

Nous notons une certaine similitude entre la situation actuelle et l’état du mouvement révolutionnaire du début du 20ème siècle. Tout d’abord, ce qui a été observé lors de l’effondrement de la Deuxième Internationale c’est la puissante vague d’opportunisme qui a gêné le mouvement communiste et de gauche. De plus, l’opportunisme et le révisionnisme sont aujourd’hui l’arme de la bourgeoisie guidée et bien organisée. Réaliser cette politique de renégat est l’exemple du parti de la gauche européenne. C’est un centre idéologique et organisationnel des révisionnistes, qui existe avec l’argent de l’Union européenne et qui vit conformément au droit de l’Union européenne, œuvrant au renforcement de l’impérialisme européen. Partant de ce constat, nous considérons que l’expérience léniniste de création d’une Internationale communiste pour organiser une lutte décisive et sans compromis contre l’opportunisme, développer des principes théoriques pour les partis révolutionnaires successifs, qui ont été formulés comme conditions d’adhésion au Komintern, est particulièrement utile. Aujourd’hui, une lutte commune théorique et pratique contre l’opportunisme est absolument nécessaire pour notre mouvement.

Les participants à la conférence partent du fait qu’aujourd’hui, il n’existe aucune condition pour l’instauration immédiate d’une internationale communiste, il n’existe pas de partis d’échelle et de force des bolcheviks, il n’existe aucun pays de la révolution socialiste victorieuse qui aurait le soutien organisationnel et matériel nécessaire au fonctionnement d’un centre commun et la mise au point d’une stratégie révolutionnaire, et il faut insister sur la nécessité d’un travail commun dans le domaine de la théorie, du travail pratique commun, de la coordination des positions et des actions, ce qui est essentiel pour le renforcement organisationnel, politique et idéologique des partis communistes.

Les participants à la réunion notent que certains travaux dans cette direction visant à renforcer le pôle communiste ont été systématiquement réalisés par nos partis depuis plus de 20 ans. Cela a commencé en 1998 à l’initiative du KKE, avec le système Solidnet et la revue International Communist Review, la création du mouvement de l’Initiative communiste européenne et la tenue de conférences à Léningrad et à Moscou et plusieurs autres. Par conséquent, nous estimons qu’il est tout d’abord nécessaire de développer les formes d’interaction existantes en les remplissant de contenu pratique dans plusieurs domaines importants :

- Le thème de la lutte contre l’opportunisme, en tant que composante intégrale et obligatoire de la lutte contre l’impérialisme, devrait être traité conjointement par nos partis en termes théoriques et, si possible, être coordonné de manière pratique dans toutes les grandes enceintes internationales.

Le but de la création de la première internationale, l’Association internationale des travailleurs, était le développement du mouvement ouvrier mondial, l’introduction du savoir scientifique dans le mouvement ouvrier vers une révolution socialiste. Par conséquent, notre objectif prioritaire commun est de renforcer chaque parti au niveau national et de développer une résistance de masse des travailleurs dans chaque pays, d’internationaliser les travailleurs et le mouvement syndical sur la base de la lutte de classe contre le capitalisme et toute exploitation, toute oppression. Ce travail devrait devenir pour nos partis non seulement un thème fédérateur, mais également un outil permettant de renforcer les partis eux-mêmes et d’accroître leur influence sur les masses des travailleurs de leur pays.

Il est urgent de procéder à une analyse conjointe et, si possible, de mettre au point des évaluations communes de phénomènes aussi complexes affectant l’évolution des processus mondiaux, comme « le socialisme avec la spécificité chinoise » ainsi que des modèles bolivariens du soi-disant « Socialisme du XXIe siècle », qui, comme nous croyons, contredisent les principes de base de la théorie de la révolution et de la construction socialiste.

- L’interrelation constante de nos partis et l’entraide dans le renforcement des positions de chaque parti au niveau national, condition indispensable du renforcement général du pôle communiste. Les partis qui ont signé cette déclaration contractent des obligations et invitent les autres partis prolétariens à se rappeler, à étudier et à se laisser guider par les principes éternels du marxisme-léninisme incarnés dans les activités des bolcheviks et de l’Internationale communiste qu’ils ont créées !

Vive le marxisme révolutionnaire !
À bas la dictature de la bourgeoisie !
Vive la lutte contre l’opportunisme sous toutes ses formes !
La nécessité de la révolution et de la construction socialiste restent d’actualité !
Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !

  • Venezuela : comprendre l’opération de déstabilisation...

    Le vendredi 24 janvier Juan Guaido fut reçu par Emmanuel Macron à l’Élysée. Le président autoproclamé du Venezuela a entamé une grande tournée diplomatique en Europe pour chercher des soutiens à Londres, à Bruxelles, en passant par Madrid et au Forum économique mondial de Davos. Reçu également par Jacques (...)
  • Soutien de l’IPCOE aux travailleurs de France !

    Ci-dessous la déclaration du Secrétariat de l’Initiative des Partis Communistes et Ouvriers d’Europe (IPCOE) adressée aux travailleurs en lutte contre le projet de loi du gouvernement Macron sur les retraites : Le Secrétariat de l’Initiative communiste européenne exprime sa solidarité (...)
  • Relations Grèce - Turquie : Communiqué commun des partis communistes

    Le Parti communiste de Grèce (KKE) et le Parti communiste de Turquie (TKP), avec cette déclaration conjointe, ont l’intention d’éclairer sur les événements dangereux et inquiétants qui ont lieu en Égée et en Méditerranée orientale, dans les relations gréco-turques, causées par les forces sociales, (...)
  • Conférence de Berlin : déclaration du KKE

    La Conférence de Berlin n’a finalement apporté aucune solution garantissant la paix, la stabilité en Libye et répondant aux intérêts du peuple libyen. Après tout, les participants à la Conférence eux-mêmes sont responsables de la guerre de l’OTAN de 2011 et de l’éclatement de la Libye, des conflits (...)
  • Incendies en Australie : une catastrophe évitable ?

    Depuis septembre 2019, l’Australie connaît les plus importants incendies de végétation de son histoire. Le feu a déjà brûlé plus de 8 millions d’hectares, détruit plus de 2500 bâtiments dont plus de 1300 maisons, tué au moins 25 personnes, tué plus d’un milliard d’animaux et très fortement impacté la flore (...)
  • Déclaration du Parti Tudeh d’Iran

    Selon les agences de presse mondiales, Qasem Soleimani, commandant de la force Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique iraniens (IRGC) ; Abu Mahdi al-Mohandis, chef du Kataib Hezbollah et commandant en second des forces de mobilisation populaire irakiennes ; ainsi qu’un certain (...)
  • Le PCRF condamne l’assassinat du général iranien Soleimani

    Sur ordre de leur Président Donald Trump, les États-Unis ont assassiné le général iranien Qassem Soleimani dans un bombardement par drone au sein de l’aéroport de Bagdad, faisant sept autres victimes. Le PCRF condamne fermement cet assassinat, qui met une fois de plus le feu dans la région et (...)