J.-L. Mélenchon en "manque d’amis" ?

Depuis quelque temps, il n’a échappé à personne que le bouillant Mélenchon a sensiblement adouci son discours, et lancé une véritable opération de séduction auprès de ses "anciens camarades" du PS, sans doute en vue des prochaines élections européennes.
Le voilà nostalgique du courant "la Gauche socialiste" (lancé en 1991, avec Julien Dray et Marie-Noëlle Lienemann, au sein du PS), déclarant avec lyrisme : "Mes amis, vous nous manquez !"

Rien d’étonnant, donc, à ce que le très réactionnaire Président Macron, rencontré "par hasard" (!) à Marseille, ait adopté une attitude très décontractée et bienveillante à l’égard du prétendu trublion...

Des "camarades insoumis" de JL Mélenchon s’en sont déjà émus, se demandant s’il ne s’agirait pas d’un revirement de la part de leur leader.

Pour le PCRF, en revanche, nulle surprise face à ces manœuvres pré-électorales ; rappelons en effet ce que nous écrivions à la fin de notre brochure intitulée : "Voter Mélenchon, c’est renforcer le réformisme !", publiée en mars 2017 pendant la campagne des Présidentielles, et que nos lecteurs peuvent nous demander :
Quant à Mélenchon, nous venons de voir que son programme s’inscrit dans la gestion des affaires du capitalisme. Tout comme Syriza en Grèce, Mélenchon croit que l’époque reste aux marchandages avec le Capital pour savoir de quelle grosseur seront les saucisses et la quantité de lentilles ! Mais dans le même temps, lui aussi participe aux idées dominantes visant à rallier les masses à l’idée d’austérité : la croissance zéro, les énergies douces, le « tout le monde est responsable » de la crise idéologique, il faut se restreindre, faire «  reculer la misère », bref tout sauf en finir avec le capitalisme.
Au contraire, par son discours, il contribue à faire obstacle à la nécessité du moment : reconstruire un parti authentiquement révolutionnaire, un parti communiste, qui s’appuie sur une analyse scientifique du monde et de la société, ce que lui permet le marxisme-léninisme, pour faire que la lutte des classes se transforme en lutte révolutionnaire pour le communisme. Un parti qui ne saurait avoir comme référence programmatique les utopistes, fussent-ils grands à leur époque, comme Fourrier (l’économie sociale, participative et solidaire), Saint Simon (la planification écologique…), Proudhon (la monnaie ne doit pas être une marchandise), Cabet (avec le passage sur la diminution de la nourriture carnée), ou complètement pourris comme Louis Blanc !

Non, les communistes ne peuvent trouver dans cette candidature aucun point d’appui pour faire progresser la lutte qui doit être la leur pour faire renaitre la conscience révolutionnaire, pour reconstruire le mouvement révolutionnaire et son parti de la classe ouvrière d’aujourd’hui, classe qui ne diffère pas, du point de vue de ses objectifs historiques et des tâches qui en découlent, de celle d’hier, même si les conditions sont différentes ! Même sur l’Europe des monopoles, nous l’avons vu, Mélenchon ne peut qu’apporter confusions et désillusions ! Que des communistes puissent appeler les travailleurs à voter Mélenchon pour ses positions sur l’Union Européenne, voilà qui est pour le moins surprenant ! Même s’ils ajoutent « soutien critique », « campagne indépendante »... Parce que dans la vraie vie, en appelant à voter pour ce programme et ce candidat, on appelle la classe ouvrière (et l’état de faiblesse du mouvement communiste n’est pas le problème ; le problème, c’est d’aider à que la classe ouvrière retrouve son indépendance politique) à se rallier à la petite bourgeoisie et on conforte l’opportunisme dans ses rangs !

  • Décès du camarade Maurice Cukierman, Secrétaire général du PCRF

    C’est avec une profonde tristesse que le Secrétariat du Parti Communiste Révolutionnaire de France, au nom du Comité Central, annonce le décès de son Secrétaire général, le camarade Maurice Cukierman, survenu le 22 juillet 2020. Cette disparition constitue une perte considérable non seulement pour le (...)
  • Un gouvernement de bandits et de patrons !

    Comme Macron l’avait annoncé, un nouveau 1er ministre a été nommé et un nouveau gouvernement a été formé. Les commentateurs et médias s’en sont émerveillés. Certes les médias sont les propriétés soit des monopoles soit de l’État bourgeois et cela n’a rien d’étonnant, mais les louanges furent particulièrement (...)
  • SANOFI : A bas les monopoles briseurs d’emplois et de vies !

    STOP au plan de "restructuration" à SANOFI : 1700 emplois supprimés ! SANOFI a bénéficié de plus d’1,5 milliards d’euros de la part de l’État des monopoles. Soutien aux luttes syndicales des salariés ! (voir ci-dessous* l’interview éclairante donnée par un délégué CGT de Sanofi) Engageons la bataille (...)
  • Second tour des municipales 2020 : une crise politique qui s’accentue

    Même si ce second tour ne concernait que 15% des municipalités (environ 4800 communes), les résultats globaux renforcent la situation de crise politique que le PCRF met en lumière régulièrement depuis l’élection de Macron : niveau d’abstention record (près de 60%), faillite du parti gouvernemental, mais (...)
  • Tir de missile M51 : le capitalisme, c’est la guerre !

    En 2018, Emmanuel Macron disait que la protection sociale coûtait un « pognon de dingue » ; c’est sans doute pour cela que lui et son gouvernement refusent de répondre concrètement et de façon chiffrée aux revendications des personnels soignants, qui ont été rejoints, le 16 juin, par des milliers de (...)
  • Licenciements massifs dans les secteurs automobile et pétrolier... :

    ... Virus du capitalisme et épidémie du chômage ! La crise générale du système capitaliste et les crises cycliques de surproduction qui l’accompagnent nous proposent un exemple très significatif de ce que ce mode de production représente aujourd’hui. La crise sanitaire liée au Covid-19 a renforcé de (...)
  • Confinement ou déconfinement : en finir avec la bourgeoisie monopoliste !

    Nous sommes entrés dans la période de déconfinement. Il faut souhaiter que l’on puisse y rester. Cependant la question n’est pas là, mais dans le fait que c’est toujours la bourgeoisie qui domine, et donc que toutes les mesures qui sont prises, quelles qu’elles soient, ont un caractère de classe. (...)