[IPCOE] Déclaration de l’initiative communiste européenne sur la nouvelle flambée de la pandémie

La nouvelle flambée de la pandémie dans toute l’Europe est une réalité qui n’est pas arrivée par hasard. Les déclarations des gouvernements bourgeois selon lesquelles ils ont « pris des mesures » et « protégé les systèmes de santé publique » après la première vague de la pandémie, ainsi que « au cours de la pandémie, l’UE a pris conscience et est solidaire des peuples », sont des mythes.

Suite à la nouvelle vague de pandémie, tous ces mensonges sont jour après jour dévoilés, prouvant l’échec de ces mesures. L’augmentation des décès, des cas et des patients en réanimation, révèle la responsabilité de l’UE et des directions gouvernementales au fil du temps, ce qui a laissé les systèmes de santé publique sans personnel, sans infrastructures, sans unités de soins intensifs, ni les tests.

Ces énormes lacunes ouvrent la voie aux grands groupes privés qui opèrent dans la domaine de la santé, et qui se précipitent pour profiter de l’inquiétude des populations et de la maladie et faire des bénéfices. Parce que ce sont eux qui profitent de leurs partenariats en or avec les institutions publiques, mais facturent également aux travailleurs des tests et des traitements pour le virus ou d’autres maux et maladies, qui, quelle que soit la pandémie, nécessitent des examens, des traitements et des chirurgies, que "la maladie" des hôpitaux du système de santé publique empêche de mener à bien.

Les gouvernements et les grands groupes ont d’énormes responsabilités en ce qui concerne les protocoles défaillants conformes aux priorités du capital, le manque de mesures essentielles de protection des travailleurs sur les lieux de travail, les perpétuels problèmes dans les centres de soins pour les personnes âgées, les conditions misérables des structures pour les réfugiés-migrants, les écoles, les moyens de transport, etc.

Alors que l’exploitation se poursuit à tous les niveaux, il est inacceptable que l’éducation, la lutte pour les droits, la vie politique et culturelle soient restreintes au nom de la pandémie.

Sept mois se sont écoulés depuis le déclenchement de la pandémie et ils n’ont toujours rien fait pour le renforcement substantiel du système de santé publique et la résolution réelle des énormes pénuries causées par la politique de commercialisation, de sous-financement et de sous-effectifs que les gouvernements et l’UE ont suivie. Sur la base du même critère, à savoir le profit, ils ont également laissé les écoles sans protection. Ils ont tenté de manière provocante de blâmer le peuple au nom de la responsabilité individuelle afin de justifier leur politique anti-populaire et leurs énormes responsabilités.

Les théories du complot sont un complément utile à la politique anti-populaire. À un moment où la méfiance à l’égard de l’État bourgeois et de ses états-majors augmente à juste titre et où la pandémie révèle l’insuffisance criminelle des systèmes de santé dans tous les États capitalistes, c’est en effet rendre un grand service au système que de piéger le peuple dans un débat sur l’acceptation ou le refus de l’utilisation des masques ou sur l’existence du virus.

Face à cette politique, l’évolution des choses montre la nécessité de renforcer encore plus la lutte des peuples pour des systèmes de santé exclusivement publics et gratuits et toutes les mesures nécessaires pour protéger leur santé et leur vie.

Pour le renforcement du système de santé publique avec un financement intégral, des recrutements massifs de médecins et d’infirmières permanents, des équipements modernes et la réquisition des structures de santé privées. Pour des mesures immédiates sur les lieux de travail, les écoles, les moyens de transport, et généralement partout !

La condition dégradante qui oblige les médecins à choisir entre celui qui vivra et celui qui mourra, conduit les infirmières à porter des sacs en plastique pour se protéger et la situation générale qui affecte la santé et la vie des peuples révèle que le vrai virus et l’ennemi visible est le capitalisme lui-même.

L’exemple de Cuba, ainsi que la contribution précieuse et généreuse de ses médecins militants, sont significatifs et révèlent la barbarie capitaliste dans laquelle nous vivons. La promotion de la supériorité du socialisme est plus opportune et nécessaire, car ses réalisations dans le domaine de la santé, de l’éducation, du travail et les droits populaires, sont à des années-lumière de la jungle capitaliste.
Le socialisme est le monde pour lequel cela vaut la peine de se battre, pour que les gens voient leurs besoins actuels satisfaits.

Initiative communiste européenne
23/10/2020

  • Parti Communiste du Venezuela : non aux calomnies et aux menaces !

    Ci-dessous 1/ la déclaration commune de certains Partis de SolidNet, à laquelle s’est bien sûr associé le Parti Communiste Révolutionnaire de France, signataire avec d’autres partis. (Liste des signataires régulièrement mise à jour dans l’article sur le site de SolidNet) 2/ la déclaration du Comité (...)
  • Russie : les enjeux du mouvement de contestation

    L’affaire de l’empoisonnement de Navalny, largement médiatisée par les médias bourgeois occidentaux dans leur rhétorique anti-russe, a eu des répercussions sur le mouvement de contestation en Russie suite au retour de l’opposant politique. D’autant plus que ce retour a été couplé à une vidéo postée sur (...)
  • Centenaire du Congrès de Tours : salutations fraternelles du PCO-Russie !

    Nous publions ci-dessous les salutations adressées par le Parti Communiste Ouvrier de Russie au Parti Communiste Révolutionnaire de France, à l’occasion du centenaire du Congrès de Tours (naissance du PCF) : Chers camarades dans le combat ! Le Comité central du Parti communiste ouvrier de Russie (...)
  • Elections au Venezuela : le PCRF salue son parti-frère le PCV !

    Les élections législatives du 6 décembre 2020 ont donné une large victoire au PSUV (Parti de Nicolà Maduro), à travers le Grand Pôle Patriotique, avec 69% des voix. Les coalitions Alliance Démocratique et Alliance Venezuela Unie, partis de la droite pro-impérialiste, ont obtenu respectivement 19% et (...)
  • Fin de conflit au Haut-Karabagh : Quel avenir pour la région ?

    Le mardi 10 novembre 2020, après six semaines de combats très rudes, l’Arménie et l’Azerbaïdjan ont signé, sous l’égide de la Russie, un accord pour mettre fin au conflit armé dans le Haut-Karabagh. Cet accord scelle les victoires territoriales de l’Azerbaïdjan sur le Haut-Karabagh et sonne comme un aveu (...)