Hommage au camarade compositeur Mikis Theodorakis

Ci-dessous la déclaration du Comité Central du Parti Communiste de Grèce (KKE), rendant hommage au grand compositeur et militant communiste Mikis Theodorakis, décédé le 2 septembre 2021 :

C’est avec une profonde tristesse et une grande ovation que nous faisons nos adieux à Mikis Theodorakis, un combattant-créateur, un leader et pionnier d’un nouvel art militant en musique.

Impulsif, inspiré et ayant une ambition ardente de contribuer au peuple, Theodorakis a réussi à inclure toute l’épopée de la lutte populaire du 20ème siècle de notre pays dans son œuvre majestueuse. Après tout, il faisait partie de cette épopée.

À 17 ans, il rejoint l’EAM (Front de libération nationale de Grèce) et peu après le KKE, participant à la Résistance nationale. En décembre 1944, il a participé à la bataille d’Athènes, qui a entraîné un bain de sang. Après la défaite de l’Armée démocratique de Grèce, lui et ses camarades ont fait face à de graves persécutions de la part de l’État bourgeois. Il a été exilé à Ikaria et Makronisos, où il a été brutalement torturé. Dans les années qui ont suivi, il s’est battu par l’intermédiaire de l’EDA (Union démocratique de la gauche) et des jeunesses démocratiques de Lambrakis (Grigóris Lambrákis, dirigeant de l’EDA) pour la renaissance culturelle, tandis qu’il payait son activité illégale contre la dictature militaire des colonels en 1967 avec de nouvelles difficultés, des emprisonnements et l’exil.

Les concerts qu’il donne à l’étranger jusqu’à la chute de la dictature, puis dans toute la Grèce, sont spectaculaires. En 1978, il a été candidat du KKE à la mairie d’Athènes, tandis qu’en 1981 et 1985 il a été élu député du Parti. «  J’ai vécu mes plus grandes et plus belles années dans les rangs du KKE  », avait-il déclaré lors de l’événement organisé par le Parti en l’honneur des 90 ans de sa contribution artistique et sociale.

En effet, Theodorakis n’a jamais oublié les idéaux de liberté et de justice sociale, qui sont restés insatisfaits. Son travail est une confrontation constante avec l’injustice et le défaitisme, un appel au combat, à de nouvelles luttes, à la résistance, à l’élévation et à l’espoir. « Romiosini  » est sa réponse à l’amertume et à la frustration d’un peuple dont les rêves ne se sont pas encore réalisés.

Cette détermination à vivre et à lutter n’est ni superficielle ni toujours facile. Parfois, cela émerge à travers une réflexion tortueuse. Sans aucun doute, Mikis a su dénoncer toute forme d’injustice, tout comme il a su affirmer la conviction que l’amour, le bonheur, la paix et la liberté sont réalisables. Quelle que soit la vigueur avec laquelle il agitait « l’épée à double tranchant », l’« épée brillante » de sa musique, il savait comment adoucir sa chanson, touchant avec une tendre sensibilité tout ce qui est bon et beau dans la vie et dans le monde.

La musique de Mikis est dotée de tous ces matériaux qui composent le grand art, l’art qui capture le pouls de son temps et devine les événements à venir. Le sentiment, l’esprit, la mémoire et l’expérience des personnes en difficulté sont la source de son inspiration. « Quoi qu’on fasse, on le prend au peuple et on le rend au peuple », disait-il, et ce n’était pas une fausse modestie. Theodorakis était profondément conscient que l’époque dans laquelle il vivait jouait un rôle important pour sa réussite artistique personnelle. Il était pleinement conscient que les actions du peuple se reflétaient dans la manière particulière et le dynamisme de son art, et que sa propre participation à la lutte populaire, bien que le distrayant dans une certaine mesure de la création, en était l’oxygène. "L’artiste qui vit et crée au sein de la lutte, assure une place particulière à son travail", a-t-il déclaré. Son travail est un brillant exemple du fait que le grand art est toujours politique, que son créateur le recherche ou non.

Theodorakis faisait confiance au peuple. Il croyait que le peuple avait le pouvoir de conquérir les choses les plus nobles et les plus belles que l’humanité puisse créer dans l’histoire. C’est pourquoi, avec une dévotion énorme, il a créé un art qui élève le peuple. Mikis n’a pas seulement composé de manière exquise de la musique pour des poèmes sans trahir la poésie, il l’a recréée et l’a livrée sous une forme qui a directement transpercé le cœur des gens. « Il a apporté de la poésie à la table des gens, à côté de leur verre et de leur pain », comme l’écrivait Ritsos à son sujet. Ce n’est pas seulement le discours irremplaçable de sa musique avec la poésie de Ritsos dans « Epitaph », qui à travers les interprétations étonnantes de Bithikotsis et Chiotis est devenu un deuil populaire intemporel et un hymne à la mort qui féconde l’avenir. Theodorakis a réussi à parler avec la plus belle poésie dans l’âme du peuple, même à travers des formes musicales exigeantes et inhabituelles à l’oreille des gens, comme celles de « Axion Esti » d’Elytis, de « Epiphania-Averoff » de Seferis, de « Pnevmatiko Emvatirio » » d’Angelos Sikelianos, etc.

Son œuvre prolifique comprend presque tous les genres de musique : les modes mélodiques des chansons folkloriques, la tragédie antique, les gammes musicales byzantines, le chant classique, la musique symphonique, les oratorios. Étant polyvalent, multi-talentueux et intellectuel, il a également eu une riche œuvre littéraire.
Dans le cas de Mikis Theodorakis, le génie artistique a rencontré une personnalité agitée, alerte et créative, qui a toujours ressenti le besoin de se dépasser. Sa musique dépassait les frontières du pays, tant sa langue a l’universalité des souffrances communes, des espoirs et des visions partagées par tous les peuples, tous les humbles de la terre. L’attribution du prix Lénine pour la paix a couronné sa contribution artistique et sociale. À l’avenir, c’est avec leur propre musique que les peuples de Grèce, de Turquie, de Chypre, des Balkans, du Moyen-Orient et du monde entier chanteront ensemble le chant de la paix.

Mikis aimait faire de longues promenades, respirer « dans les grandes rues, sous les affiches ». Et là, sa musique continuera à se faire entendre, à inspirer, à motiver, à éduquer. Nous continuerons à marcher en écoutant la musique de Mikis jusqu’à ce que « les cloches de la libération sociale sonnent  ».

Mais même lorsque « la guerre sera finie », nous ne l’oublierons pas… Il sera présent même lorsque « les rêves rougiront ».

La mémoire de Mikis vivra en nous pour toujours !

Le KKE présente ses sincères condoléances à sa famille et lui souhaite du courage.

Athènes 02/09/2021

Le Comité central du KKE

  • Israël-Palestine : crimes de guerre et nettoyage ethnique

    Début août, l’armée israélienne a bombardé la bande de Gaza pendant trois jours, sans autre raison qu’une "attaque préventive" (sic). Ces bombardements ont causé la mort de 47 personnes, dont 16 enfants, et fait 360 blessés. À cela s’ajoute un durcissement du blocus de Gaza, avec la fermeture totale des (...)
  • [UJC] « Jour du dépassement » : à qui la faute ?

    À découvrir sur le site de l’Union de la Jeunesse communiste (UJC), ICI, un article intitulé : « Jour du dépassement » : à qui la faute ? Les ONG dont WWF alertent sur le « jour du dépassement » qui est de plus en plus tôt chaque année. Ce jour symbolise le fait que les sociétés humaines consomment plus (...)
  • Guerre en Ukraine : les interventions de l’UKU et du PCB

    À découvrir ci-dessous : les interventions, prononcées lors de la Conférence internationale organisée à Paris le 28 mai, par les représentants de l’Union des Communistes d’Ukraine (UKU), puis du Parti communiste de Belgique (PCB) : Intervention de l’UKU : Intervention du PCB (...)
  • [FSM] Déclaration sur le sommet de l’OTAN

    À découvrir ci-dessous, la déclaration de la Fédération Syndicale Mondiale (FSM), sur le sommet de l’OTAN réuni fin juin 2022 à Madrid. La Fédération syndicale mondiale, qui représente plus de 105 millions de travailleurs de 133 pays sur les 5 continents, en vue du sommet de l’OTAN de 2022 les 29 et (...)
  • Intervention du PCRF à la conférence "de l’Ukraine à la Corée du Sud"

    Le Parti Communiste Révolutionnaire de France (PCRF) a participé à une conférence sur le thème "de l’Ukraine à la Corée du Sud", aux côtés de l’Union des Communistes de l’Ukraine, du Parti de la Démocratie du Peuple (PDP, Corée du Sud, organisateur de la conférence), du Parti Communiste Ouvrier de Russie (...)
  • [IPCOE] Déclaration du Secrétariat de l’ICE sur le 9 mai

    À lire ci-dessous la déclaration du Secrétariat de l’Initiative Communiste Européenne au sujet de la célébration du 9 mai, date symbolique de la victoire sur le fascisme en 1945 : Nous célébrons fièrement le 9 mai, une étape importante de la Grande Victoire antifasciste des peuples. Nous rendons hommage (...)