Hauts-de-France : déclaration pour la préservation du littoral

Parti Communiste Révolutionnaire de France - Section du littoral Flandre Côte d’Opale.

Déclaration

L’escapade éclair de Madame Royale, ministre PS de l’environnement, dans les Hauts-de-France, n’a fait l’objet d’aucune interpellation sur les dégâts causés par l’érosion faite aux dunes et aux falaises, ni aux inondations par la mer. En France, 1350 kilomètres de digues côtières sont surveillées. Un tiers posent des problèmes de sécurité. De la frontière belge à Mers les Bains, c’est l’inquiétude des populations.
Il est scandaleux que le gouvernement Hollande, les parlementaires et les maires de la droite et socialistes aient ignoré les recommandations du rapport d’enquête du 30 juin 2010 relatif à la tragédie de la tempête Xyntia ayant provoqué la mort de 29 personnes. Ce rapport considère que les pouvoirs publics ne possèdent pas les moyens humains, techniques, financiers et scientifiques pour cartographier le littoral pour prévenir ainsi les dégâts d’une submersion marine.

Seul les Pays-Bas possèdent l’équipement (radar aéroporté d’un coût de 3 millions d’euro). Il faut donc acheter ce radar, mais depuis 7 ans les pouvoirs publics attendent et sous-traitent aux privés. Cette situation a assez duré. Le député écologiste de Rugy et le député maire socialiste Cuvellier étaient membres de la commission. Ils avaient donc l’obligation (comme les autres députés) de faire acheter le radar utilisé aux Pays-Bas. Depuis cinq ans, rien ne se fait pour cartographier le littoral.

C’est donc à nous de prendre en charge le problème en exigeant que les députés de la région exercent leur mandat. Ils doivent exiger l’achat du radar aéroporté. Nous appelons la population à exiger du Conseil Régional des Hauts-de-France qu’il agisse afin d’établir une cartographie du littoral régional. Nous appelons toutes les bonnes volontés à engager la bataille pour épargner au littoral des catastrophes humaines et matérielles, préserver les biens et économiser les finances locales.

Dunkerque, le 28 février 2017.

  • Pandémie et capitalisme :

    Pour la santé et les droits des travailleurs, la lutte des partis communistes et ouvriers contre les politiques et les impasses du système capitaliste ! Intervention du Secrétaire à la Commission Internationale du PCRF, lors de la téléconférence du 10 mai 2020, organisée par l’Initiative communiste (...)
  • General Electric : soutien aux travailleurs licenciés pendant le confinement !

    Le Parti Communiste Révolutionnaire de France dénonce le plan de licenciements à General Electric (G.E.) Belfort et Boulogne-Billancourt. Il exprime sa solidarité de classe auprès des travailleurs licenciés et de leurs familles. Les dirigeants de G.E, monopole états-unien, aidés par l’État français, (...)
  • Anniversaire du NON au TCE - Mourir pour les profits ? C’est NON !

    Déclaration commune du Parti Communiste Révolutionnaire de France (PCRF) et du Rassemblement Communiste (RC) Document imprimable (cliquez sur la vignette) et texte intégral ci-dessous. 15 ans après la victoire du NON au référendum sur le Traité Constitutionnel Européen - victoire bafouée par le (...)
  • Développement des « zoonoses » : capitalisme responsable et... coupable !

    Le virus SARS-CoV-2, à l’origine de la maladie de COVID-19, est très récent, et des questions restent encore actuellement sans réponse, notamment sur son origine. Cependant, les scientifiques ont aujourd’hui la certitude que tout est parti d’un animal et que l’altération d’écosystèmes par des (...)
  • Avant et après le 11 mai, Macron pour la continuité... capitaliste !

    Ci-dessous la déclaration du Parti Communiste Révolutionnaire de France, suite à l’allocution d’Emmanuel Macron le lundi 13 avril 2020. En version téléchargeable (cliquez sur la vignette) : Texte intégral de la déclaration : L’allocution du Président de la République, le 13 avril 2020, devait répondre (...)
  • Un confinement... aussi au service du capital !

    Lors de son discours à Mulhouse, Emmanuel Macron avait annoncé : « Rien ne sera comme avant », en parlant de la crise sanitaire que traverse le pays. Beaucoup de choses laissent en fait présager le pire pour le monde d’après. Le monde des travailleurs, surtout, voit déjà le patronat multiplier les (...)
  • Hôpital public : sa privatisation (encore) "En Marche"...

    Emmanuel Macron aime parader..., comme le montre sa dernière sortie du 7 mars à la Maison de Santé pluridisciplinaire de Pantin (Seine-Saint-Denis), qui a soulevé d’ailleurs des interrogations sur le sérieux de cette démarche, puisqu’il s’est retrouvé, sans masque, face à un attroupement de personnes « (...)