Espagne : Pas une minute de repos pour le nouveau gouvernement capitaliste !

Dans un mouvement parlementaire aussi rapide qu’habile, le Parti Socialiste Ouvrier Espagnol (PSOE) a réussi à ce que le Parlement décide la fin des fonctions de Mariano Rajoy et l’investiture de Pedro Sánchez, son secrétaire général, comme remplaçant de ce dernier, avec le soutien de Podemos et des partis nationalistes au Pays Basque et en Catalogne.
Immédiatement après cette procédure, le Bureau Politique du Parti Communiste des Peuples d’Espagne a réagi en publiant le communiqué ci-dessous. Il laisse apparaître clairement que la sociale-démocratie au pouvoir continuera la même politique anti-ouvrière et anti-populaire de son prédécesseur Mariano Rajoy (Parti Populaire) et que le masque « progressiste » de ce gouvernement ne tardera pas à tomber. La « régénération politique » capitaliste n’est qu’une nouvelle gestion de l’exploitation.

L’approbation de la motion de censure contre le gouvernement de Mariano Rajoy ouvre un nouveau cycle politique. Le nouveau gouvernement tentera d’avancer vers la réforme du système politique, après un débat parlementaire où l’on a pu constater que c’est la propre nature du capitalisme qui est à l’origine de la corruption politique.
La lutte entre les forces parlementaires reflète les intérêts de différents secteurs de la bourgeoisie, qui voit ses intérêts de classe sauvegardés avec le compromis de Pedro Sánchez de gouverner sans changer le budget de l’État établi par le Parti Populaire.
La subordination totale de Podemos au PSOE confirme l’alliance entre la nouvelle et l’ancienne social-démocratie pour gérer le capitalisme. L’exploitation continuera et s’accentuera dans le futur. Le nouveau gouvernement se limitera à gérer l’exploitation sous d’autres formes, tandis que la droite politique s’endurcit et s’apprête à préserver dans l’opposition les intérêts du secteur capitaliste qu’elle représente, dans l’attente d’un nouveau processus électoral qui déterminera la corrélation de forces qui va définitivement compléter la réforme du système politique.
La classe ouvrière et les secteurs populaires ne peuvent placer leurs espoirs dans le nouveau gouvernement capitaliste, qui va continuer à gouverner au service du patronat. Nos droits ne seront défendus que si la mobilisation continue et grandit jusqu’à l’appel à la grève générale. Le gouvernement change, mais l’exploitation capitaliste continuera en s’accentuant.
Nos intérêts ne sont pas représentés dans le débat parlementaire, qui se limite à discuter le type de gestion que les monopoles nécessitent à un moment ou à un autre. Le discours sur la « régénération démocratique », déployé par la social-démocratie doit être démasqué. Le PSOE est toujours un parti politique qui, au gouvernement, a pratiqué le terrorisme d’État, intégré l’Espagne dans l’OTAN et l’Union Européenne, participé à des guerres impérialistes criminelles, approuvé des réformes du droit du travail, et exercé une dure répression contre le mouvement ouvrier et populaire. Le nouveau gouvernement de Pedro Sánchez continuera à représenter ces mêmes intérêts de classe, qui ne sont pas les nôtres.
Le Parti Communiste appelle le mouvement ouvrier et l’ensemble de notre peuple à intensifier toutes les luttes en cours, sans placer aucun espoir dans la social-démocratie. Nous ne devons lâcher aucun des drapeaux dressés au cours des derniers mois. Le nouveau gouvernement est un gouvernement capitaliste au service de l’exploitation et il ne va pas mettre longtemps à le démontrer. La lutte pour un pays sous contrôle de la classe ouvrière continue.

  • Mort de Gorbatchev : un sombre héritage...

    L’actualité, caractérisée par les aggravations multiples concernant l’inflation, la précarité, la crise énergétique et climatique, ainsi que par l’aiguisement des tensions inter-impérialistes, a été également marquée par la nouvelle du décès de Mikhail Sergueïevitch Gorbatchev, dernier dirigeant et fossoyeur (...)
  • Israël-Palestine : crimes de guerre et nettoyage ethnique

    Début août, l’armée israélienne a bombardé la bande de Gaza pendant trois jours, sans autre raison qu’une "attaque préventive" (sic). Ces bombardements ont causé la mort de 47 personnes, dont 16 enfants, et fait 360 blessés. À cela s’ajoute un durcissement du blocus de Gaza, avec la fermeture totale des (...)
  • [UJC] « Jour du dépassement » : à qui la faute ?

    À découvrir sur le site de l’Union de la Jeunesse communiste (UJC), ICI, un article intitulé : « Jour du dépassement » : à qui la faute ? Les ONG dont WWF alertent sur le « jour du dépassement » qui est de plus en plus tôt chaque année. Ce jour symbolise le fait que les sociétés humaines consomment plus (...)
  • Guerre en Ukraine : les interventions de l’UKU et du PCB

    À découvrir ci-dessous : les interventions, prononcées lors de la Conférence internationale organisée à Paris le 28 mai, par les représentants de l’Union des Communistes d’Ukraine (UKU), puis du Parti communiste de Belgique (PCB) : Intervention de l’UKU : Intervention du PCB (...)
  • [FSM] Déclaration sur le sommet de l’OTAN

    À découvrir ci-dessous, la déclaration de la Fédération Syndicale Mondiale (FSM), sur le sommet de l’OTAN réuni fin juin 2022 à Madrid. La Fédération syndicale mondiale, qui représente plus de 105 millions de travailleurs de 133 pays sur les 5 continents, en vue du sommet de l’OTAN de 2022 les 29 et (...)
  • Intervention du PCRF à la conférence "de l’Ukraine à la Corée du Sud"

    Le Parti Communiste Révolutionnaire de France (PCRF) a participé à une conférence sur le thème "de l’Ukraine à la Corée du Sud", aux côtés de l’Union des Communistes de l’Ukraine, du Parti de la Démocratie du Peuple (PDP, Corée du Sud, organisateur de la conférence), du Parti Communiste Ouvrier de Russie (...)