Education en Europe : déclaration de l’IPCOE

Les drames des suicides d’enseignant-e-s survenus en France en septembre 2019 rappellent, si besoin était, dans quelle situation dégradée se trouvent l’enseignement public, aggravant chaque année un peu plus les conditions de travail et d’études pour les élèves et les travailleurs de l’Éducation nationale.

Ce phénomène n’est pas propre à notre pays ; à travers l’Europe, c’est une politique généralisée de casse des systèmes scolaires publics qui est appliquée, sur ordre des monopoles et des États à leur service.

Ci-dessous la Déclaration de l’Initiative Communiste Européenne sur les questions d’éducation dans les pays d’Europe :

Début septembre, une nouvelle année scolaire a commencé dans la plupart des États d’Europe. Les élèves et les étudiants sont retournés dans leurs crèches, jardins d’enfants, collèges, lycées et universités. Peu importe où ils se trouvent ou ce qu’ils étudient, ce qu’ils ont en commun est que leur droit à l’éducation et leurs droits en général sont attaqués.

La raison en est simple : pour le capitalisme, éduquer les jeunes ne présente aucun avantage supplémentaire que ce dont le système a besoin pour qu’ils fassent leur travail. C’est le principe de base de l’éducation dans le capitalisme et il ne peut en être autrement dans ce système injuste.

L’école d’aujourd’hui, créée au cours des dernières décennies, a été formée par la convergence de plusieurs facteurs :

Le capital a été contraint de faire des concessions devant la revendication principale du mouvement ouvrier d’un système éducatif qui agisse en faveur des intérêts de la classe ouvrière.
L’existence du socialisme en Union soviétique et dans d’autres pays était une alternative au capitalisme, obligeant le capital et ses gouvernements à des ajustements afin de limiter la possibilité de comprendre la nécessité du socialisme.
La correspondance du système éducatif actuel avec le développement des forces productives : un certain niveau d’éducation des travailleurs était nécessaire pour manier les moyens de production.

Ces facteurs ont créé le système éducatif actuel, mais comme chacun peut le constater, il n’existe plus de socialisme qui puisse être considéré comme une alternative et, en même temps, nous n’avons toujours pas de mouvement ouvrier révolutionnaire et bien organisé.

Cette situation donne au capital des possibilités de retirer toutes les concessions non nécessaires au maniement des moyens de production.

Dans certains pays, cela a déjà entraîné des coupes importantes dans le budget éducatif, obligeant les familles populaires à payer cher les études de leurs enfants, tandis que l’éducation se dégradait et que les conditions de celle-ci se détérioraient rapidement.

Dans les moments de faible reprise capitaliste - alors que la prochaine crise est imminente -, nous assistons à des attaques majeures contre la classe ouvrière en Europe. Tous les droits restants risquent d’être détruits dans un proche avenir.

Outre le point de vue purement économique, on peut assister à une intensification des tentatives de manipulation idéologique du contenu de l’éducation. Les entreprises privées sont de plus en plus actives dans les collèges et les universités, attirant les étudiants et les élèves vers l’esprit "entrepreneurial", déformant la réalité.

De même, les efforts anticommunistes de l’UE et de ses gouvernements s’intensifient. Les fonds sont dirigés vers les secteurs et initiatives privés qui encouragent la diffamation du communisme, la comparaison non historique du communisme avec le monstre du fascisme et la diffusion de mensonges liés au capitalisme et au communisme dans les collèges, lycées et universités.

Ces évolutions affecteront négativement les droits des étudiants et des élèves à l’éducation. Elles chercheront à masquer la réalité et à en présenter une version incompréhensible et illogique, adaptée aux besoins du capital. Elles entraveront le développement cognitif et politique de la jeunesse et élimineront la possibilité de rechercher la vérité et d’expliquer la situation dans laquelle se trouve le monde.

Ces évolutions créent - et continueront de créer - des incertitudes et de l’insécurité, et exerceront une pression encore plus grande sur la jeunesse.

Cela nécessite une réponse déterminée des communistes, ainsi que des étudiants, élèves, jeunes travailleurs, parents, de la classe ouvrière.
Pour combattre leurs mensonges, nous nous appuierons sur les vérités historiques qui ont démontré la supériorité du socialisme.
Pour lutter contre leurs tentatives de marginalisation de la jeunesse, nous ferons tout notre possible pour renforcer la collectivité en lutte en tant qu’exemple positif de ce que nous pouvons réaliser ensemble.
Pour lutter contre leurs tentatives de nuire à notre bien-être, nous maintiendrons et intensifierons nos efforts pour organiser notre classe pour un système d’éducation publique libre, moderne et populaire, sans aucune activité commerciale dans l’éducation.

Cependant, en fin de compte, un système éducatif axé sur les besoins de la jeunesse d’aujourd’hui ne peut exister sous le capitalisme. L’histoire a montré que toutes les réformes et tous les avantages obtenus sont temporaires et précaires. Ils ne peuvent pas être permanents. C’est pourquoi nous luttons également pour le socialisme, dans lequel le pouvoir sera entre les mains de la classe ouvrière, au bénéfice de la classe ouvrière.

Ce pouvoir est le seul qui puisse garantir un système éducatif adapté à nos besoins, à nos aspirations et à nos rêves. C’est pourquoi nous lançons l’appel au peuple et à la jeunesse :

Combattez avec nous pour votre avenir !

  • Biélorussie : Non aux ingérences !

    Les élections présidentielles ont eu lieu en Biélorussie. Selon les données officielles, la majorité des électeurs (80%) ont soutenu Loukachenko. On ne peut juger dans quelle mesure ces données correspondent à la réalité, et dans quelle mesure ce résultat fourni par l’administration, sans doute sous (...)
  • Explosion à Beyrouth : Solidarité avec le peuple Libanais

    Le Parti Communiste Révolutionnaire de France exprime sa profonde tristesse et sa solidarité avec le peuple libanais et aux familles des victimes des explosions à Beyrouth. Il ne fait aucun doute que ce genre d’« accidents » dévastateurs sont devenus plus fréquents dans un système qui banalise la vie (...)
  • Russie : Un référendum de contrefaçon !

    Mercredi 1er juillet, la Russie a adopté une révision constitutionnelle qui autorise le président Poutine à rester en place au Kremlin jusqu’en 2036. Outre la question du nombre de mandats présidentiels, ces amendements introduisent également au sein de la Constitution russe les principes (...)
  • Déclaration de la FSM à l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés

    À lire ci-dessous, la déclaration de la Fédération syndicale mondiale (FSM) à l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés : 19 juin 2020 La Fédération Syndicale Mondiale célèbre la Journée mondiale des réfugiés, qui a été décidée le 20 juin par les Nations Unies en 2000. L’agressivité impérialiste pour le (...)
  • Assassinat de George Floyd...

    ... Solidarité internationaliste contre le racisme et les violences étatiques ! Déclaration de Maurice Cukierman, Secrétaire général du Parti Communiste Révolutionnaire de France (PCRF) Les mobilisations massives qui se sont multipliées à travers le monde, suite à l’assassinat de l’Afro-Américain (...)
  • [IPCOE] Solidarité avec le peuple des États-Unis !

    Déclaration du Secrétariat de l’Initiative communiste européenne . L’Initiative communiste européenne exprime sa solidarité avec le peuple des États-Unis, confronté à la violence et à la répression de la part du gouvernement américain de Trump. Le racisme et les inégalités sociales, qui ont de nouveau (...)