Développement des « zoonoses » : capitalisme responsable et... coupable !

Le virus SARS-CoV-2, à l’origine de la maladie de COVID-19, est très récent, et des questions restent encore actuellement sans réponse, notamment sur son origine.
Cependant, les scientifiques ont aujourd’hui la certitude que tout est parti d’un animal et que l’altération d’écosystèmes par des activités humaines (déforestation, braconnage…) a joué un rôle important dans le déclenchement de la pandémie actuelle.

S’agissant de l’origine animale, l’hypothèse la plus probable est que le virus SARS-CoV-2 serait le fruit d’une recombinaison virale (= génèse d’un nouveau virus issue du mélange de génomes de virus différents) entre un coronavirus propre à la chauve-souris et un autre originaire du pangolin. En effet, des chercheurs ont retrouvé un coronavirus très proche de celui responsable de la maladie de COVID-19 dans des pangolins de Malaisie. Malgré un petit pourcentage d’incertitude, l’étau se resserre donc autour du pangolin et de la chauve-souris, pour expliquer l’origine de l’épidémie.

De ce point de vue, il est possible de mettre en évidence la responsabilité première de certaines activités humaines, dans le cadre du capitalisme mondialisé, non seulement sur les écosystèmes mais également sur la santé mondiale.
Rappelons que le pangolin est le mammifère le plus menacé au monde par le braconnage et qu’il fait l’objet d’un commerce illégal particulièrement intense et lucratif, en Asie à destination du marché de la médecine traditionnelle chinoise, et à partir de l’Afrique comme viande de brousse.
Cette viande de brousse, dont la consommation s’est accrue et généralisée à travers le monde (y compris en France), pousse les braconniers à s’aventurer dans des zones autrefois inaccessibles pour prélever les espèces concernées (dont les pangolins), menaçant la survie de ces espèces, provoquant des ruptures d’écosystèmes, et déclenchant ainsi de nouvelles épidémies, telles que celle d’Ebola (transmise à l’homme par la consommation de viande de chauve-souris ou de gorille).

C’est dans ce sens que l’on peut démontrer, pour la diffusion du Covid-19, la responsabilité du système capitaliste, qui au nom de « la loi du marché » et de « la concurrence libre et non faussée », encourage la destruction des écosystèmes et des espèces vivantes, la déforestation anarchique et sauvage, l’appauvrissement des sols par l’utilisation de produits chimiques destructeurs (engrais, pesticides, herbicides, insecticides…), ainsi que l’élevage intensif favorisant l’émergence des « zoonoses » (maladies d’origine animale, telles que la grippe H1N1 ou la « vache folle »... ).

En conclusion, le capitalisme est le problème et certainement pas la solution. La définition d’une solution efficace sur le long terme, tant pour la prévention des épidémies que pour la préservation des écosystèmes, passe par le renversement révolutionnaire du capitalisme, l’établissement de la dictature du peuple-travailleur sous la direction du prolétariat, l’élévation de la propriété privée des moyens de production et d’échange au rang de propriété collective des masses laborieuses, et la mise en place d’une planification impérative, centralisée et démocratique, pour satisfaire les besoins des populations et des territoires. Cette société s’appelle le socialisme-communisme.

  • Décès du camarade Maurice Cukierman, Secrétaire général du PCRF

    C’est avec une profonde tristesse que le Secrétariat du Parti Communiste Révolutionnaire de France, au nom du Comité Central, annonce le décès de son Secrétaire général, le camarade Maurice Cukierman, survenu le 22 juillet 2020. Cette disparition constitue une perte considérable non seulement pour le (...)
  • Un gouvernement de bandits et de patrons !

    Comme Macron l’avait annoncé, un nouveau 1er ministre a été nommé et un nouveau gouvernement a été formé. Les commentateurs et médias s’en sont émerveillés. Certes les médias sont les propriétés soit des monopoles soit de l’État bourgeois et cela n’a rien d’étonnant, mais les louanges furent particulièrement (...)
  • SANOFI : A bas les monopoles briseurs d’emplois et de vies !

    STOP au plan de "restructuration" à SANOFI : 1700 emplois supprimés ! SANOFI a bénéficié de plus d’1,5 milliards d’euros de la part de l’État des monopoles. Soutien aux luttes syndicales des salariés ! (voir ci-dessous* l’interview éclairante donnée par un délégué CGT de Sanofi) Engageons la bataille (...)
  • Second tour des municipales 2020 : une crise politique qui s’accentue

    Même si ce second tour ne concernait que 15% des municipalités (environ 4800 communes), les résultats globaux renforcent la situation de crise politique que le PCRF met en lumière régulièrement depuis l’élection de Macron : niveau d’abstention record (près de 60%), faillite du parti gouvernemental, mais (...)
  • Tir de missile M51 : le capitalisme, c’est la guerre !

    En 2018, Emmanuel Macron disait que la protection sociale coûtait un « pognon de dingue » ; c’est sans doute pour cela que lui et son gouvernement refusent de répondre concrètement et de façon chiffrée aux revendications des personnels soignants, qui ont été rejoints, le 16 juin, par des milliers de (...)
  • Licenciements massifs dans les secteurs automobile et pétrolier... :

    ... Virus du capitalisme et épidémie du chômage ! La crise générale du système capitaliste et les crises cycliques de surproduction qui l’accompagnent nous proposent un exemple très significatif de ce que ce mode de production représente aujourd’hui. La crise sanitaire liée au Covid-19 a renforcé de (...)
  • Confinement ou déconfinement : en finir avec la bourgeoisie monopoliste !

    Nous sommes entrés dans la période de déconfinement. Il faut souhaiter que l’on puisse y rester. Cependant la question n’est pas là, mais dans le fait que c’est toujours la bourgeoisie qui domine, et donc que toutes les mesures qui sont prises, quelles qu’elles soient, ont un caractère de classe. (...)