Déclaration de l’IPCOE : Non au fardeau de la crise capitaliste !

Ci-dessous la

DÉCLARATION DES PARTIS DE L’INITIATIVE COMMUNISTE ΕUROPÉENNE (dont notre Parti est membre pour la France)
- Consultable en anglais sur le site de l’IPCOE -

Contre les mesures anti-ouvrières et anti-populaires imposées pour faire porter aux travailleurs le fardeau de la crise capitaliste !

Un an après les premiers cas de Covid-19 en Europe, la classe ouvrière et les couches populaires subissent toujours les conséquences dévastatrices de la crise capitaliste et de la pandémie.

Si on compare avec la situation d’il y a un an, on peut facilement dire combien les conditions de vie et de travail de la classe ouvrière et des couches populaires se sont dégradées en raison de l’escalade de l’offensive du capital et de la politique anti-populaire des gouvernements bourgeois. Le capitalisme n’a pas pu empêcher une nouvelle crise de suraccumulation et, tout comme lors des crises précédentes, les capitalistes essaient de d’en faire porter le fardeau par les travailleurs.

La crise économique actuelle n’a pas été causée par la crise sanitaire à laquelle nous assistons. L’arrivée du Covid-19 a été le catalyseur d’une crise dont les conditions préalables s’étaient déjà créées au sein du système capitaliste, comme le montre le ralentissement de l’économie en 2019. Les décennies de privatisations et de coupes budgétaires dans le système de santé publique, ainsi que les politiques menées contre la classe ouvrière et les travailleurs, ont encore aggravé les problèmes. Les gouvernements bourgeois choisissent d’augmenter les profits des grandes entreprises au détriment de la vie et de la santé des travailleurs.

La situation grotesque des dernières semaines concernant l’achat de vaccins à différentes sociétés multinationales est une preuve de la politique anti-populaire des gouvernements et du caractère de classe de l’Union européenne, en tant qu’union transnationale du capital, qui sert les intérêts des compagnies pharmaceutiques européennes contre leurs concurrents, toujours au détriment des intérêts de la majorité travailleuse.

Comme cette crise s’était déjà manifestée avant la pandémie, les différents pays capitalistes reportent à nouveau son fardeau sur la classe ouvrière. Les gouvernements bourgeois, quelle que soit leur gestion libérale ou social-démocrate, recourent à des confinements successifs contre le virus, invoquant l’augmentation des infections, des hospitalisations et des décès, qui sont le résultat de leurs tentatives de « sauver l’économie ». Les grands groupes d’entreprises reçoivent un soutien financier et des incitations de la part des différentes administrations. D’autre part, ils basculent sur le modèle de travail de la « flexicurité » et du travail à la demande, avec les attaques aux droits du travail que cela provoque, et la généralisation de nouvelles modalités de travail comme le télétravail qui se renforce.

Dans un contexte où les conditions de vie se détériorent, les mobilisations militantes des travailleurs, malgré le respect de toutes les mesures de protection sanitaire, ont donné lieu à l’interdiction de grèves et à une répression sévère des manifestations, actes et protestations pour « raisons de santé ». Au contraire, on constate dans plusieurs pays d’Europe qu’il n’y a pas de barrières aux activités organisées par les employeurs, et elles sont même promues et soutenues. De plus, la criminalisation des loisirs et de toute autre activité considérée comme « inutile », notamment pour les jeunes, est une manière de couvrir une triste réalité : la plupart des infections se produisent dans la sphère du travail et sont causées par un manque de conditions de sécurité sur les lieux de travail, car ces conditions sont incompatibles avec les profits des capitalistes.

Les partis communistes et ouvriers de l’Initiative, face à la nouvelle confirmation de la nature anti-ouvrière et anti-populaire des gouvernements européens, appellent la classe ouvrière et les couches populaires à s’organiser et à se battre dans chaque quartier, sur chaque lieu de travail, dans chaque école, pour que l’État et les employeurs paient pour la crise. Cette crise n’est pas une crise créée par la classe ouvrière. C’est une crise du capitalisme. C’est la crise d’un système incapable de répondre aux besoins de la majorité de la population, et dont les intérêts sont totalement opposés à ceux des travailleurs. Nous appelons le prolétariat à se mobiliser pour exiger les mesures de protection pour sa santé et ses droits, à se joindre à la lutte de manière plus déterminée, afin de dépasser ce système obsolète et de construire un système alternatif, dans lequel l’économie répondra aux besoins du peuple, et les progrès scientifiques et technologiques seront appliqués pour assurer le bien-être global des travailleurs. Ce système est le socialisme-communisme.

  • Chili : Boric élu Président, et maintenant ?

    Présidentielles au Chili : le candidat pinochétiste vaincu, la social-démocratie accède à la présidence avec l’élection de Gabriel BORIC. Quelles perspectives ? Au Chili, les échos de la révolte de l’automne 2019 sont arrivés jusqu’à l’échéance électorale présidentielle de décembre 2021. Le scrutin du (...)
  • [IPCOE] Non à l’Armée européenne ! Non aux manoeuvres impérialistes !

    Déclaration de l’IPCOE (Initiative des Partis communistes et ouvriers d’Europe) sur la constitution de l’« Armée européenne » et sur l’aiguisement dangereux de la concurrence inter-impérialiste Nous dénonçons les plans impérialistes USA-OTAN-UE qui ont été développés au cours de la période écoulée, et qui (...)
  • Déclaration du PCRF suite au troisième référendum de Kanaky Nouvelle-Calédonie

    Le 12 décembre 2021 avait lieu le troisième et dernier référendum prévu par les Accords de Nouméa visant à soumettre aux populations de Kanaky Nouvelle-Calédonie la question suivante : « Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ? ». Avec une (...)
  • En mémoire du camarade dirigeant de la RPDC

    Il y a dix ans aujourd’hui le camarade Kim Jong Il nous quittait. Kim Jong Il est arrivé à la tête de l’Etat en 1994, dans des conditions très difficiles de la contre-révolution au niveau mondial et peu de temps après la chute du bloc des Etats socialistes. Le peuple coréen et le PTC (Parti du travail (...)
  • Fidel Castro : un brillant exemple pour toujours

    À lire ci-dessous, la déclaration de la Fédération syndicale mondiale (FSM) à l’occasion du 5ème anniversaire de la mort de notre camarade, le Comandante en Jefe Fidel Castro Ruz : 25 novembre 2021 La Fédération syndicale mondiale, au nom de ses 105 millions de membres qui vivent et luttent dans 133 (...)
  • Cuba : Solidarité contre les agressions impérialistes !

    À découvrir ci-dessous : la déclaration commune d’organisations du Mouvement Communiste de France (Parti Communiste Révolutionnaire de France (PCRF), Rassemblement communiste (RC), Pôle de Renaissance communiste en France (PRCF), Jeunes pour la Renaissance communiste en France (JRCF), Comité (...)
  • Brochure de contributions KKE, PTC, PCTE, PCOR

    Dans cette brochure, notre Parti traduit en français les contributions de nos partis frères (Parti communiste de Grèce, le Parti du travail de Corée, le Parti communiste des travailleurs d’Espagne et le Parti communiste ouvrier de Russie) dans le numéro spécial de 2020 de la revue internationale (...)