De la lutte pour les emplois à la lutte contre le capitalisme !

Cette période marque celle de la rentrée 2020, une rentrée atypique par le fait que c’est la première de l’ère post-confinement et donc la première à inaugurer le fameux « monde d’après  » tant vanté par Macron et ses gouvernements. Mais comme nous pouvions le prévoir, compte tenu de l’offensive menée par le capital contre les acquis des travailleurs, ce « monde d’après » se construit sur la base d’une accentuation de la précarité, de la casse des emplois, de la corrosion des industries, de la destruction des services publics, des atteintes aux libertés démocratiques et de la ruine de la législation du travail.

À l’image de cette offensive ultra-réactionnaire, les « 5 mesures phares » du Mouvement radical (qui réunit depuis 2017 le Parti radical et le Parti radical de gauche), pour « faire redémarrer l’économie », contiennent par exemple la suppression de pas moins de 6 jours fériés, ce qui revient à faire travailler gratuitement pendant l’équivalent de plus d’une semaine par an ! Autres propositions significatives : le remplacement des CDI et CDD par « un contrat de travail unique à durée indéterminée incluant la notion de contrat de mission » (comprendre la généralisation de l’intérim...), la mensualisation (voire l’annualisation) des 35 heures, une nouvelle baisse de 7,3 % des charges patronales et l’attribution aux régions des politiques de l’emploi et de la santé.

La pandémie mondiale de Covid-19 a mis en lumière la crise générale et systémique du mode de production capitaliste, accentuant la précarité, le chômage, l’exclusion et la casse du tissu économique et industriel de nombreux territoires. En reposant sur le seul objectif de profits réalisés à court terme, le système capitaliste est en effet incapable de faire face à une baisse d’activité dans un secteur autrement que par le recours au chômage de masse.

Par exemple, suite à la chute du trafic aérien, les travailleurs des sous-traitants aéronautiques voient chaque jour s’accentuer le risque de « crash des emplois ». Dans la Somme, des centaines de travailleurs ont défilé entre Méaulte et Albert contre la casse des emplois dans ce secteur. Des salariés de Laroche industries, Simra, Blondel, Stelia Aerospace et 3A s’étaient joints à cette mobilisation, pour dénoncer la multiplication des plans sociaux à Airbus et dans ses filiales telle que Stelia Aerospace (annonce de 5 000 emplois supprimés en France).

Autre exemple de la stratégie menée par les monopoles pour « s’en tirer à bon compte » sur le dos des travailleurs, notamment dans le secteur automobile : l’américain Ford et le canadien Magna envisagent de « dissoudre » leur coentreprise Getrag Ford Transmissions (GFT). Cela signifie qu’ils se partageraient les sites de production de boîtes de vitesses manuelles situées à Blanquefort près de Bordeaux (800 salariés), à Cologne (Allemagne) et à Halewood (Angleterre), Magna conservant celui de Bordeaux, tout en augmentant sa participation au capital de GFT en Chine. Or cet abandon par Ford de ses parts dans l’usine de Blanquefort laisse présager également un abandon comme client ; situation particulièrement angoissante pour les centaines de travailleurs de Blanquefort, qui redoutent désormais une fermeture pure et simple de leur site...

À travers ces exemples, et les souffrances engendrées par ce système d’exploitation pervers et inique, on voit combien se pose, de façon plus urgente que jamais, la question d’une alternative sociale à ce régime : une société dans laquelle seront socialisés les moyens de production et d’échange, avec une planification centralisée et démocratique de la production pour répondre à tous les besoins des populations et des territoires, société que nous appelons le Socialisme-Communisme.

Dans l’immédiat, le Parti Communiste Révolutionnaire de France (PCRF) assure de son soutien tous les travailleurs en lutte pour la sauvegarde de leurs emplois et de leurs sites de production, et il appelle à la constitution d’un Front social d’action, base d’une convergence révolutionnaire pour en finir avec le capitalisme-impérialisme.

  • Procès d’Ikea : de l’espionnage au contrôle social généralisé ?

    Tant vanté par Emmanuel Macron lors du premier confinement, le « monde d’après » révèle toujours plus son caractère réactionnaire et répressif. Dans une actualité de plus en plus marquée par la casse des salaires et des conditions de travail, ainsi que par les attaques à répétition contre les droits (...)
  • Pour une vague... révolutionnaire !

    Un an après le premier confinement consécutif à l’apparition de l’épidémie de Covid-19, domine l’impression d’un scénario qui se répète : celui d’une vague montante mortelle devenue incontrôlable, imposant l’enfermement durable de millions de personnes, comme l’a à nouveau annoncé Emmanuel Macron le 31 mars (...)
  • Un logement digne pour tous !

    Plusieurs organisations syndicales, notre Parti, et des associations comme la CNL, ont participé à la mobilisation le 27 mars 2021 pour le droit au logement, contre les expulsions et le logement cher. Vingt et un pays européens se sont joints à cette mobilisation. Actuellement, deux millions de (...)
  • Leclerc ou l’arnaque de la philanthropie bourgeoise

    Nous partageons ci-dessous un article paru sur le site de l’Union de la Jeunesse Communiste (UJC) sur la grande campagne d’aide alimentaire intitulée « la semaine de repas équilibré : 21 repas pour 21 euros » récemment lancée par le monopole de la distribution Leclerc. Contre l’hypocrisie du capital, (...)
  • Rencontre KKE - PCRF

    La direction du Parti Communiste de Grèce (KKE) a demandé à rencontrer la nouvelle direction du Parti Communiste Révolutionnaire de France (PCRF), rencontre qui s’est tenue en distanciel le 19 février 2021 entre d’une part les camarades Kostas PAPADAKIS, membre du CC du KKE et député européen, et (...)
  • L’hôpital public dans la tourmente des variants et... du capital !

    Comparé au précédent, le « monde d’après » se révèle encore plus réactionnaire et obscurantiste. Alors que l’hôpital public et les personnels soignants sont toujours plus fragilisés, sinistrés et épuisés par la pandémie de Covid-19, différents variants du SARS-CoV-2 circulent désormais en France. La crainte (...)
  • Renault, AccordInvest : Le capital se paye sur le dos des travailleurs !

    Alors que la pandémie mondiale de Covid-19 fait encore rage en saturant l’hôpital public et en plongeant un nombre croissant de travailleurs dans la précarité et la peur du lendemain, les monopoles capitalistes, eux, continuent comme avant leurs opérations d’économies, de rachat, de fusion et de (...)