Corée du Nord : Non aux sanctions criminelles !

Ci-dessous le communiqué du Parti Communiste Révolutionnaire de France, suite aux nouvelles sanctions décidées par le Conseil de Sécurité de l’ONU contre la RPDC (Corée du Nord) :

Contre les sanctions criminelles, avec la RPDC et son peuple !

Le Parti Communiste Révolutionnaire de France condamne énergiquement la nouvelle prise de sanctions unilatérales et illégales, du point de vue même de la Charte des Nations Unies, contre la République Populaire et Démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord).

Celles-ci visent directement la population de la RPDC, cherchant à l’affamer et à la mettre à genoux. Il s’agit de la mise en place programmée d’un véritable crime contre l’humanité, et ce à la demande des États-Unis : neuvième train de sanctions, baisse de 75% de l’approvisionnement en produits pétroliers raffinés, expulsion de dizaines de milliers de travailleurs nord-coréens vivant à l’étranger, interdiction d’exportation et d’importation de produits alimentaires (produits de la mer notamment) et textiles, d’équipements industriels et électriques, de machines industrielles, de camions, de matières premières (charbon, fer, plomb, gaz liquéfié...).
Le Conseil de Sécurité répond à la demande de l’impérialisme états-unien qui :

  • au même moment viole effrontément les résolutions de l’ONU concernant le statut de Jérusalem, exerce un chantage financier contre l’organisation internationale et contre les États qui ne le soutiendraient pas !
  • est le seul État à avoir utilisé d’une manière ou d’une autre les armes nucléaires : avec la bombe contre le Japon par deux fois en 1945, mais aussi contre la Yougoslavie, l’Irak avec les armes à uranium appauvri !
  • est la seule puissance à avoir utilisé les armes chimiques et bactériologiques à grande échelle, tant lors de la guerre de Corée de 1950 à 1952, que lors de la guerre du Vietnam.

La prétendue menace nucléaire nord-coréenne est un prétexte mensonger comme le prouve le fait que :

  • les États-Unis n’ont jamais appliqué les accords qu’ils avaient signés avec la RPDC sous la présidence Clinton concernant le nucléaire civil, pas plus qu’ils n’ont tenté de négocier sur les questions d’un traité de paix avec Pyong Yang, pour la démilitarisation de la péninsule et pour que la réunification de la Corée puisse se faire sans ingérence étrangère.
  • à aucun moment les États-Unis n’ont fait montre de la moindre volonté de condamnation, et encore moins de demande de sanctions, contre des pays qui ont acquis l’arme nucléaire, comme le Pakistan, l’Afrique du Sud de l’apartheid et bien entendu Israël, qui a bénéficié de l’aide de ce dernier sous la houlette de l’impérialisme français. En ce qui concerne le régime fasciste et raciste de l’apartheid, il faut rappeler que jusqu’à la fin, les USA, la France et la Grande Bretagne ont mis leur veto contre l’adoption de sanctions globales et obligatoires pour sa politique raciste et d’agression contre ses voisins.

Le gouvernement français a voté pour les sanctions criminelles contre la RPDC. Mais c’est le même gouvernement, et dans la suite logique des gouvernements précédents, qui multiple les poursuites et les entraves à la campagne de boycott contre le seul État qui, depuis sa création sous les auspices de l’ONU en 1947, a violé toutes les résolutions internationales du Conseil de Sécurité le concernant, et qui chaque jour tue des Palestiniens de tous âges parce qu’ils manifestent pour voir reconnu leur droit à l’existence : ce n’est pas la Corée du Nord, c’est l’État d’Israël dont le sinistre Netanyahou est toujours le bienvenu à l’Elysée ! État qui possède la bombe atomique grâce à la France, État qui fournit aussi la coopération militaro-policière aux régimes les plus réactionnaires de la planète, comme par hasard une partie de ceux qui n’ont pas voté la motion onusienne condamnant la décision de Trump sur Jérusalem !

La RPDC est un État souverain. Comme tel, aucun État, fût-il les États-Unis, n’a le droit de lui dicter sa politique. On peut être d’accord ou en désaccord avec elle, mais cela passe par la négociation sur une base sérieuse et non par des menaces, ou des sanctions dont l’objectif est clairement de s’attaquer à la population, escomptant qu’elle se retourne contre son gouvernement. Le gouvernement des États-Unis devrait se souvenir que lorsque sous l’égide de l’ONU, pendant la guerre de Corée, il a détruit 95% des constructions de la Corée, lançant plus de bombes qu’il n’en avait lancé contre l’Allemagne nazie, utilisant le napalm et les bombes à phosphore, le peuple coréen n’a pas cédé. Il ne cédera pas plus aujourd’hui, nous en sommes persuadés, même si le rapport des forces internationales est difficile, suite à la victoire de la contre-révolution en URSS et en Chine. Les positions de ces deux derniers États démontrent avec éloquence qu’ils sont pleinement intégrés à la chaîne impérialiste de domination et que les contradictions avec les autres impérialismes portent sur le partage ou un nouveau partage du monde entre les uns et les autres !

Le Parti Communiste Révolutionnaire de France appelle la classe ouvrière, les partisans de la paix de notre pays à refuser la logique de guerre des capitalistes quels que soient leurs prétextes. La RPDC n’a jamais menacé quiconque : ce sont les États-Unis qui ont divisé la Corée en 1947, qui ont agressé la RPDC en 1950 et n’ont jamais cessé les actes d’hostilité à son égard ! Ce qui est reproché à la RPDC, ce n’est pas la bombe, mais le fait qu’en RPDC, il n’y a pas de capitalistes et de propriétaires fonciers !
Notre parti appelle les organisations du mouvement communiste dans notre pays, au-delà des divergences qui sont les leurs, à prendre une initiative commune de solidarité avec la Corée du Nord. Aujourd’hui, c’est la RPDC qui est en ligne de mire, demain ce sera Cuba. Il ne faut pas les laisser faire !

Paris, le 23 décembre 2017

Texte en .pdf pour impression  :

  • Congrès du PCCuba et du PCOR : les salutations du PCRF aux Partis frères !

    Entre le 16 et le 25 avril 2021 se sont tenus successivement les Congrès du Parti Communiste de Cuba et du Parti Communiste Ouvrier de Russie. Nous publions ci-dessous les messages de salutations que le PCRF a adressés à cette occasion à ses deux Partis frères, qui nous ont répondu chaleureusement. (...)
  • Les profits de Big Pharma pendant la crise de Covid-19

    Nous publions ci-dessous un article paru dans le journal de Rot Front. Remarque : L’expression "Big Pharma" désigne la concentration d’un secteur d’activité florissant, celui de l’industrie pharmaceutique, entre les mains de quelques monopoles (Johnson&Johnson, Pfizer, Moderna, AstraZeneca, (...)
  • [IPCOE] Conférence sur Lénine

    Ce 22 avril 2021 s’est tenue une conférence organisée par l’Initiative des Partis Communistes et Ouvriers d’Europe (IPCOE), sur le thème des apports et de la continuité de l’œuvre du grand dirigeant révolutionnaire LÉNINE. Ci-dessous l’intervention du PCRF : Lénine est le théoricien et le praticien de (...)
  • Solidarité avec les communistes du Kenya !

    Mercredi 7 avril 2021, la police kenyane a pris d’assaut le siège du Parti communiste du Kenya à Nairobi et a procédé à l’arrestation de membres du parti. L’opération de la police a eu lieu sans aucun mandat de justice. Selon le parti communiste, les officiers de police avaient l’intention de (...)
  • Déclaration de l’IPCOE : Non au fardeau de la crise capitaliste !

    Ci-dessous la DÉCLARATION DES PARTIS DE L’INITIATIVE COMMUNISTE ΕUROPÉENNE (dont notre Parti est membre pour la France) Consultable en anglais sur le site de l’IPCOE - Contre les mesures anti-ouvrières et anti-populaires imposées pour faire porter aux travailleurs le fardeau de la crise capitaliste (...)
  • Opération Barkhane et morts civils au Mali : une bavure comme une autre ?

    Une récente enquête de l’ONU, menée avec l’aide de plus de 200 personnes, du 4 janvier au 20 février 2021, démontre très précisément la façon dont les forces militaires françaises engagées dans l’opération Barkhane ont visé un rassemblement à l’occasion d’un mariage près de Bounty, faisant au final 22 morts, (...)