Catalogne : arrestation de Carles Puigdemont

Après l’arrestation de Carles Puigdemont, ancien président de la Généralitat de Catalogne, par les autorités de la République Fédérale Allemande, nous publions ci-dessous la réaction de nos camarades du Parti Communiste des Peuples d’Espagne (PCPE).
Nous partageons le point de vue de nos camarades, et nous condamnons l’attitude du gouvernement allemand dans cette affaire, ainsi que la solidarité exprimée par le gouvernement français et l’Union européenne avec les dirigeants du Parti Populaire de Mariano Rajoy, héritier du franquisme. Faut-il rappeler que ce sont les mêmes (gouvernement espagnol compris avec le soutien du parti de la droite catalane de M. Puigdemont) qui, de 1990 à 1999, sont intervenus pour soutenir le démembrement de la Yougoslavie, soutenant les "nationalistes" croates ex-collaborateurs des nazis, puis les nationalistes bosniaques, slovènes et macédoniens, allant jusqu’à la guerre ouverte en 1999 pour mettre en place les terroristes de l’UCK au Kossovo ? C’est bien là l’expression de l’hypocrisie des bourgeoisies, qui instrumentalisent les questions nationales contre l’intérêt des peuples.

Déclaration d’Ástor García, Secrétaire Général du Parti Communiste des Peuples d’Espagne à propos de l’arrestation de Carles Puigdemont en Allemagne.

Carles Puigdemont est un politicien bourgeois, qui promeut un projet politique bourgeois. L’État bourgeois espagnol le poursuit, lui et d’autres, parce que même si leurs intérêts de classe sont les mêmes sur le fond, conjoncturellement ils divergent dans leur expression politique. Un État indépendant catalan suppose la dégradation des positions relatives de la bourgeoisie espagnole, il nécessite une base territoriale – un marché intérieur – de taille suffisante pour faire valoir ses intérêts dans les meilleures conditions, tant face aux autres pays de l’Union Européenne que face à ceux d’Amérique, de la Méditerranée, du Nord de l’Afrique ainsi que là où il est en concurrence avec des monopoles provenant d’autres pays.
Ce n’est pas parce que nous soutenons son projet ou parce que nous sympathisons avec l’indépendantisme que nous nous opposons à l’arrestation de Puigdemont. Nous nous opposons à l’arrestation de Puigdemont et d’autres politiciens catalans, parce que de tels faits sont l’expression concrète d’une tendance réactionnaire surgie dans de multiples domaines de la société, et débouchant sur une escalade dans la manière de traiter des questions politiques, manière qui, aujourd’hui touche des représentants bourgeois, mais ne saurait tarder à être appliquée contre le mouvement ouvrier et populaire.
Nous n’applaudissons pas ni ne soutenons politiquement Puigdemont et sa stratégie suicidaire, qui a conduit des milliers d’ouvriers et ouvrières catalans à une impasse, et nous sommes conscients du fait que ses objectifs politiques sont étrangers aux intérêts politiques de la classe ouvrière et des masses populaires. Mais se placer du côté de l’appareil d’État, dont le rôle fondamental est de maintenir l’actuel modèle de domination, et lui laisser entendre qu’il peut détruire toute opposition vis-à-vis de ce modèle – même si cette opposition vient de secteurs bourgeois –, conduit à subordonner la question de classe à la question nationale. Cela n’aboutit pas seulement à rallier le nationalisme opposé mais aussi à le promouvoir sous une fausse conception de ce qu’est l’État, et le rôle de la classe ouvrière par rapport à lui.
Nous sommes pour l’unité de la classe ouvrière, unité qui doit s’exprimer non seulement contre les secteurs bourgeois catalans, mais aussi contre l’État bourgeois espagnol, agents des intérêts de classe qui ne sont pas les nôtres, ni à Madrid ni à Barcelone.

  • Le 75ème anniversaire de la fondation du Parti du Travail de Corée

    Le 10 octobre dernier, la République Populaire Démocratique de Corée (RPDC) a célébré le 75ème anniversaire de la fondation du Parti du Travail de Corée. Le Parti du Travail de Corée est née en 1945 de la fusion du Parti Communiste de Corée et du Nouveau Parti populaire de Corée comme un parti (...)
  • Biélorussie : Non aux ingérences !

    Les élections présidentielles ont eu lieu en Biélorussie. Selon les données officielles, la majorité des électeurs (80%) ont soutenu Loukachenko. On ne peut juger dans quelle mesure ces données correspondent à la réalité, et dans quelle mesure ce résultat fourni par l’administration, sans doute sous (...)
  • Explosion à Beyrouth : Solidarité avec le peuple Libanais

    Le Parti Communiste Révolutionnaire de France exprime sa profonde tristesse et sa solidarité avec le peuple libanais et aux familles des victimes des explosions à Beyrouth. Il ne fait aucun doute que ce genre d’« accidents » dévastateurs sont devenus plus fréquents dans un système qui banalise la vie (...)
  • Russie : Un référendum de contrefaçon !

    Mercredi 1er juillet, la Russie a adopté une révision constitutionnelle qui autorise le président Poutine à rester en place au Kremlin jusqu’en 2036. Outre la question du nombre de mandats présidentiels, ces amendements introduisent également au sein de la Constitution russe les principes (...)
  • Déclaration de la FSM à l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés

    À lire ci-dessous, la déclaration de la Fédération syndicale mondiale (FSM) à l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés : 19 juin 2020 La Fédération Syndicale Mondiale célèbre la Journée mondiale des réfugiés, qui a été décidée le 20 juin par les Nations Unies en 2000. L’agressivité impérialiste pour le (...)