Biélorussie : Non aux ingérences !

Les élections présidentielles ont eu lieu en Biélorussie. Selon les données officielles, la majorité des électeurs (80%) ont soutenu Loukachenko. On ne peut juger dans quelle mesure ces données correspondent à la réalité, et dans quelle mesure ce résultat fourni par l’administration, sans doute sous influence d’un président qui occupe ce poste depuis très longtemps, est juste. Mais nous pouvons constater une chose très significative : l’opposition n’a pas reconnu ces résultats avant même qu’ils soient annoncés, même bien avant les élections.

Depuis 2011, le gouvernement biélorusse a accentué la pression sur la classe ouvrière et les couches populaires, en rognant l’accès aux services publics, en bloquant les salaires, en augmentant les prix, en initiant des politiques de privatisation dans l’industrie. En 2017, il a même tenté d’instaurer une taxe visant les chômeurs. La classe ouvrière a répondu par une riposte massive, contraignant le pouvoir à faire marche arrière. Toutefois, elle n’a pu empêcher la suppression du statut des travailleurs des entreprises d’État. Récemment, c’est une attaque contre les droits à la retraite, et avec le Covid-19, des milliers de travailleurs ont été privés d’emploi sans aucune indemnité.

Aujourd’hui, des couches sociales très hétérogènes se sont soulevées pour protester. Des affrontements de classe sont réels dans ce pays comme dans tout pays capitaliste, mais il est évident que ces derniers rassemblements, défilés, affrontements, agitations des drapeaux, ne sont pas spontanés. Les événements en Biélorussie sont, même s’ils ne le sont pas exclusivement, liés à l’intervention de l’UE, de l’OTAN et des USA, étant le résultat de la concurrence féroce entre ces puissances et la Russie pour le contrôle des marchés, des matières premières et des réseaux de transport du pays.

Bien sûr, la solution pour le peuple biélorusse n’est pas la préservation du régime bourgeois actuel qui est en phase avec le marché et la barbarie capitaliste. Le peuple biélorusse doit organiser sa propre lutte indépendante en fonction de ses intérêts, repousser les interventions étrangères, exiger la satisfaction de ses besoins immédiats, pour tracer la voie du socialisme, qui est la seule solution alternative aux impasses du mode de développement capitaliste.

Le Parti Communiste Révolutionnaire de France condamne toutes les tentatives d’ingérence dans les affaires intérieures de la Biélorussie, car toutes ces actions visent à déstabiliser le pays et à détruire sa relative indépendance pour en faire un pays subordonné aux États-Unis et à l’UE.

  • Fin de conflit au Haut-Karabagh : Quel avenir pour la région ?

    Le mardi 10 novembre 2020, après six semaines de combats très rudes, l’Arménie et l’Azerbaïdjan ont signé, sous l’égide de la Russie, un accord pour mettre fin au conflit armé dans le Haut-Karabagh. Cet accord scelle les victoires territoriales de l’Azerbaïdjan sur le Haut-Karabagh et sonne comme un aveu (...)
  • Le 75ème anniversaire de la fondation du Parti du Travail de Corée

    Le 10 octobre dernier, la République Populaire Démocratique de Corée (RPDC) a célébré le 75ème anniversaire de la fondation du Parti du Travail de Corée. Le Parti du Travail de Corée est née en 1945 de la fusion du Parti Communiste de Corée et du Nouveau Parti populaire de Corée comme un parti (...)
  • Biélorussie : Non aux ingérences !

    Les élections présidentielles ont eu lieu en Biélorussie. Selon les données officielles, la majorité des électeurs (80%) ont soutenu Loukachenko. On ne peut juger dans quelle mesure ces données correspondent à la réalité, et dans quelle mesure ce résultat fourni par l’administration, sans doute sous (...)
  • Explosion à Beyrouth : Solidarité avec le peuple Libanais

    Le Parti Communiste Révolutionnaire de France exprime sa profonde tristesse et sa solidarité avec le peuple libanais et aux familles des victimes des explosions à Beyrouth. Il ne fait aucun doute que ce genre d’« accidents » dévastateurs sont devenus plus fréquents dans un système qui banalise la vie (...)