Arrestation de Lula : Condamnation du Parti Communiste Brésilien

Après l’arrestation de l’ex-président Lula, le Parti Communiste Brésilien a publié la déclaration ci-dessous.
Le PCRF s’associe à la condamnation de la décision des autorités judiciaires corrompues, décision qui participe de l’offensive de la réaction. La question n’est pas ici de juger si la politique de Lula est juste ou pas, si elle s’inscrit ou pas dans une tentative réformiste d’adapter l’État bourgeois à la crise qu’il traverse au Brésil et à celle du capitalisme. Il n’y a pour nous aucun doute, ni aucune illusion. Si la bourgeoisie brésilienne procède de cette manière avec lui, cela laisse entrevoir ce qu’il pourrait en être s’il s’agissait d’un militant révolutionnaire.

Le Parti Communiste Brésilien condamne l’arrestation de Lula.

Le Parti communiste brésilien (PCB) condamne l’arrestation de l’ancien président Luis Inacio Lula da Silva, prenant en compte que c’est là le résultat d’un processus vicié, marqué par des manipulations et la partialité tout au long du processus. Le procès concernant la demande d’Habeas Corpus a été soumis à des pressions écrasantes des médias, en particulier du réseau Globo, du gouvernement fédéral et des militaires, toutes dans le but d’emprisonner Lula et de l’évincer de la campagne électorale.

Le PCB analyse l’emprisonnement de Lula comme un élément de l’offensive réactionnaire de l’impérialisme et de la bourgeoisie, de restrictions des droits politiques et d’atteintes aux libertés démocratiques, en cours dans le pays. L’un des aspects de ce processus est la mise en scène et la partialité des verdicts du judiciaire, engagé dans la marche du coup d’État. La partialité est clairement démontrée par le fait que les principaux corrompus, tant dans l’exécutif que dans le législatif, même avec de vastes preuves, continuent d’être relâchés et jouissent de la liberté.

Ce processus est devenu plus dramatique et revanchard avec la décision immédiate du juge Sergio Moro, un peu plus de 12 heures après la décision de la Cour suprême, de procéder à l’arrestation de Lula, le convoquant à se présenter à la police fédérale du Parana à 17 h le vendredi 6 avril.

Dans ces conditions, ce n’est pas l’heure pour la conciliation et l’hésitation. Les communistes brésiliens n’hésiteront pas à renforcer la résistance unitaire et populaire contre cette offensive contre les libertés démocratiques. Au-delà du calendrier électoral instable, nous devons renforcer, avec toutes les forces démocratiques, progressistes et révolutionnaires, la résistance organisée à ces attaques.

De plus, nous appelons nos militants, à la fois dans le Parti et dans nos collectifs, à rejoindre les actions unitaires dans tous les États, en participant à la fois à leur mobilisation et à leur organisation, et à y chercher, au-delà de la dénonciation de la persécution politique contre l’ex-président Lula, à participer activement à l’affrontement, au côté des organisations et des mouvements populaires, avec l’escalade fascisante, avec la progression du conservatisme et contre les attaques contre la classe ouvrière.

La lutte organisée est toujours la meilleure arme de la classe ouvrière. Nous résisterons aux attaques et construirons, par la résistance organisée, les éléments de la contre-offensive socialiste.

5 avril 2018
Commission Politique Nationale du Parti Communiste Brésilien

  • Pologne : stop à l’anticommunisme

    Ci-dessous l’appel à la solidarité lancé par nos camarades du Parti communiste de Pologne (PCP) : La persécution contre le Parti communiste de Pologne continue. Le procès contre les membres du comité de rédaction du journal du parti « Brzask » devrait reprendre. La première audience se tiendra le 3 (...)
  • Déclaration du secrétariat de l’Initiative des Partis Communistes et Ouvriers d’Europe (IPCOE) sur les dangereux plans États-Unis Israël contre la Palestine

    Le soi-disant « accord du siècle » introduit par l’administration Trump avec le dirigeant corrompu d’Israël, Netanyahu, est une nouvelle tentative honteuse d’approuver et de renforcer les actions de l’oppresseur. Ce n’est ni un traité de paix ni un accord entre égaux. Il renforce et protège l’occupation (...)
  • Venezuela : comprendre l’opération de déstabilisation...

    Le vendredi 24 janvier Juan Guaido fut reçu par Emmanuel Macron à l’Élysée. Le président autoproclamé du Venezuela a entamé une grande tournée diplomatique en Europe pour chercher des soutiens à Londres, à Bruxelles, en passant par Madrid et au Forum économique mondial de Davos. Reçu également par Jacques (...)
  • Soutien de l’IPCOE aux travailleurs de France !

    Ci-dessous la déclaration du Secrétariat de l’Initiative des Partis Communistes et Ouvriers d’Europe (IPCOE) adressée aux travailleurs en lutte contre le projet de loi du gouvernement Macron sur les retraites : Le Secrétariat de l’Initiative communiste européenne exprime sa solidarité (...)
  • Relations Grèce - Turquie : Communiqué commun des partis communistes

    Le Parti communiste de Grèce (KKE) et le Parti communiste de Turquie (TKP), avec cette déclaration conjointe, ont l’intention d’éclairer sur les événements dangereux et inquiétants qui ont lieu en Égée et en Méditerranée orientale, dans les relations gréco-turques, causées par les forces sociales, (...)
  • Conférence de Berlin : déclaration du KKE

    La Conférence de Berlin n’a finalement apporté aucune solution garantissant la paix, la stabilité en Libye et répondant aux intérêts du peuple libyen. Après tout, les participants à la Conférence eux-mêmes sont responsables de la guerre de l’OTAN de 2011 et de l’éclatement de la Libye, des conflits (...)
  • Incendies en Australie : une catastrophe évitable ?

    Depuis septembre 2019, l’Australie connaît les plus importants incendies de végétation de son histoire. Le feu a déjà brûlé plus de 8 millions d’hectares, détruit plus de 2500 bâtiments dont plus de 1300 maisons, tué au moins 25 personnes, tué plus d’un milliard d’animaux et très fortement impacté la flore (...)