2017, Centenaire de la Révolution d’Octobre

L’anniversaire du Grand Octobre est l’occasion d’approfondir notre réflexion sur les enseignements à tirer de cet événement qui a bouleversé l’histoire de l’humanité : jusqu’en 1917, il y avait eu des révolutions, mais elles n’avaient pas comme objectif de mettre fin à l’exploitation de l’homme par l’homme. En rupture avec les schémas utopiques de société parfaite, sortis de l’imagination d’écrivains talentueux, l’explication matérialiste dialectique et historique posait le principe que le capitalisme était son propre fossoyeur : c’était dans son propre développement social que se trouvaient les prémisses de la société communiste et que la naissance de cette dernière nécessitait une révolution conduite par le prolétariat, la seule classe qui n’avait rien à perdre et tout à gagner !

On objectera que le monde a changé, que la situation n’aurait plus rien à voir avec 1917. Rappelons-nous cette phrase du roman (et du film) Le Guépard : « Il faut que tout change pour que rien ne change !  » Oui, les choses ont changé, mais l’exploitation capitaliste s’est aggravée, et les programmes des bourgeoisies et de leurs partis visent à l’aggraver encore, en balayant les conquêtes sociales obtenues partout sur la base de l’appui que constituait l’Union Soviétique ! Les contradictions inter-impérialistes sont telles que la guerre mondiale entre pays impérialistes est de nouveau évoquée comme une possibilité tangible ! Jamais, depuis 1914, l’écart de revenus entre les plus pauvres et les plus riches, dans les citadelles impérialistes, n’a été aussi élevé, et il s’approfondit. Le 1% des plus riches possède autant que la moitié de la population mondiale ! Donc de ce point de vue, rien n’a changé : le capitalisme a aggravé son caractère pourrissant, parasitaire, corrompu (Fillon ne nous dira pas le contraire, après Sarkozy, Cahuzac, Lagarde, …). Le commerce des armes est le secteur le plus florissant de l’économie et ils s’en vantent !

Or ce qu’il nous faut, c’est changer réellement. La Révolution d’Octobre nous apprend que pour ce faire, il n’y a pas d’alternative à la nécessité de s’attaquer au Capital en l’expropriant, de détruire l’appareil d’État bourgeois en construisant l’État du prolétariat, de mettre fin à l’anarchie de la production capitaliste en planifiant l’économie !

Mais un autre enseignement doit être tiré : pour s’organiser en vue des batailles décisives pour la révolution, la classe ouvrière a besoin de lutter sous son propre drapeau, et son parti, son instrument pour l’action politique révolutionnaire, doit assurer son indépendance politique et idéologique en veillant particulièrement à ne pas la mettre à la remorque des forces bourgeoises et petites bourgeoises. C’est pourquoi il nous semble que voter pour J-L. Mélenchon au premier tour des présidentielles, comme envisager quelque ralliement que ce soit au second tour pour « défendre la République bourgeoise » ou pour le moindre mal, c’est tourner le dos à Octobre 1917 ; car faire de tels choix électoraux, ce n’est pas préparer les affrontements de demain, c’est préparer le terrain à des opérations politiques qui, au nom de prétendues étapes, ne font que repousser la révolution nécessaire aux calendes grecques.

  • Arnaques et capitalisme...

    Il nous arrive régulièrement d’évoquer le « pourrissement » du système capitaliste, visible notamment à travers les graves régressions subies par les travailleurs, la jeunesse et les retraités dans leurs conditions de travail et de vie, ainsi que dans le retrait des conquêtes sociales et démocratiques. (...)
  • Communiqué du PCRF, suite aux agressions commises le 1er mai à Paris

    Le PCRF condamne fermement l’agression violente dont ont été victimes des militantes et militants de la CGT, à la fin de la manifestation du 1er mai 2021 à Paris. Ces syndicalistes ont subi des caillassages, des insultes et des coups de la part d’individus organisés, qui dès le début de l’après-midi, (...)
  • Air-France-KLM : ce qui se cache derrière "l’aide" de l’État bourgeois...

    Alors que la pandémie de Covid-19 fait toujours rage en France, le gouvernement Castex poursuit inexorablement la ligne ultra-réactionnaire et anti-sociale, menée depuis 2017 sous l’égide d’Emmanuel Macron, le ’’Président des monopoles’’. Le plan d’aide de 4 milliards d’euros au groupe Air-France-KLM, (...)
  • Procès d’Ikea : de l’espionnage au contrôle social généralisé ?

    Tant vanté par Emmanuel Macron lors du premier confinement, le « monde d’après » révèle toujours plus son caractère réactionnaire et répressif. Dans une actualité de plus en plus marquée par la casse des salaires et des conditions de travail, ainsi que par les attaques à répétition contre les droits (...)
  • Pour une vague... révolutionnaire !

    Un an après le premier confinement consécutif à l’apparition de l’épidémie de Covid-19, domine l’impression d’un scénario qui se répète : celui d’une vague montante mortelle devenue incontrôlable, imposant l’enfermement durable de millions de personnes, comme l’a à nouveau annoncé Emmanuel Macron le 31 mars (...)
  • Un logement digne pour tous !

    Plusieurs organisations syndicales, notre Parti, et des associations comme la CNL, ont participé à la mobilisation le 27 mars 2021 pour le droit au logement, contre les expulsions et le logement cher. Vingt et un pays européens se sont joints à cette mobilisation. Actuellement, deux millions de (...)
  • Leclerc ou l’arnaque de la philanthropie bourgeoise

    Nous partageons ci-dessous un article paru sur le site de l’Union de la Jeunesse Communiste (UJC) sur la grande campagne d’aide alimentaire intitulée « la semaine de repas équilibré : 21 repas pour 21 euros » récemment lancée par le monopole de la distribution Leclerc. Contre l’hypocrisie du capital, (...)