Projet de loi sur l’asile et l’immigration : répression, tri et délation !

Les associations réunies autour du projet de loi que leur a présenté Matignon le 11 janvier 2018 estiment que c’est un semblant de concertation. Certaines ont refusé d’y participer pour discuter d’un « avant-projet de loi », le considérant comme « un affichage trompeur  », et d’autres dénonçant la méthode face à ce document « sans mise en forme et sans valeur juridique dont les choix sont déjà bouclés ».

Cet avant-projet de loi constitue un durcissement sans précédent des conditions d’asile et d’accueil en France depuis 1945.
« C’est une succession de dispositifs particulièrement répressifs qui vont à l’encontre du discours humaniste et ouvert du Président de la République  » dénonce Malik Salembourg, président de la Ligue des droits de l’Homme, « ce que le gouvernement appelle lui-même un plan de « dissuasion migratoire ».
Ce projet de loi, qui doit être examiné fin février en Conseil des ministres, puis en avril au Parlement, a dévoilé ses grandes lignes, prétendant « mieux accueillir les réfugiés » et « mieux expulser les illégaux ».

L’allongement de la durée de rétention administrative, de 45 jours actuellement, doublerait à 90 jours et pourrait même aller jusqu’à 105 jours, ce qui en vérité augmenterait l’enfermement.

Les démarches de demande d’asile encore plus difficiles :
La durée de la retenue administrative mise en place par la loi Valls du 31 décembre 2012 serait revue à la hausse passant de 16 h à 24 h, devenant une véritable « garde-à-vue bis » pour les étrangers sans-papiers, estime la Cimade, tandis que les pouvoirs d’investigation de la police seront renforcés. Les délais d’instruction de la demande d’asile seraient réduits : à compter de son arrivée sur le territoire, un demandeur d’asile ne disposera plus que de 90 jours pour effectuer sa demande à l’OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides) contre 120 actuellement, une gageure au vu des 30 jours nécessaires aujourd’hui pour avoir un rendez-vous en préfecture. Le débouté du droit d’asile ne devrait plus disposer que de deux semaines au lieu d’un mois pour déposer son recours qui ne sera plus forcément suspensif auprès de la CNDA (Cour nationale du droit d’asile).

Tri des migrants dans les centres d’hébergement  :
La circulaire du 12 décembre 2017 prise par Gérard Collomb permet le contrôle de la situation administrative des personnes hébergées en centre d’accueil d’urgence (CAU), ce qui ouvre la porte au recensement et au « tri des migrants » dans les CAU. Cette disposition fortement contestée pour sa remise en cause de l’accueil est une attaque contre le principe inconditionnel et est portée devant le Conseil d’État par une trentaine d’associations. En décembre 2017, le Défenseur des
droits Jacques Toubon s’est insurgé contre cette vision sécuritaire du gouvernement la considérant comme une «  défaillance par rapport aux droits fondamentaux  ».
Le gouvernement prévoit 7 500 places supplémentaires pour les demandeurs d’asile en 2018-2019, 5 000 places ouvertes en centres provisoires d’hébergement pour les réfugiés, ce qui laisse sceptique à l’heure où l’OFPRA a enregistré plus de 100 000 demandes d’asile en 2017.
Pas un mot sur le délit de solidarité des bénévoles qui aident et accueillent des exilés. Notons que dans d’autres pays d’Europe, ce délit n’existe pas, comme en Belgique.

Notre Parti appelle au respect des droits de l’homme et, dans ces conditions, la France doit accueillir dignement et accepter les demandeurs d’asile politiques et économiques qui subissent guerres, exactions de toutes sortes, persécutions et famines dans leur pays. Rappelons qu’avec 45 000 autorisations de séjour accordées en 2017 sur 100 000 demandes, la France est loin du compte même par rapport à d’autres pays capitalistes en Europe.

  • Plan pauvreté de Macron... :

    ... Entre trompe-l’oeil et contrôle social accru ! Perçu comme l’homme du patronat et de l’oligarchie financière, comme "le Président des riches", en manque de popularité et confronté à une majorité fissurée, Emmanuel Macron a voulu faire du jeudi 13 septembre 2018, sa journée de "bonne action sociale" ! (...)
  • Ministère des sports : de qui se moque-t-on ?

    La nouvelle ministre des sports se serait aperçue, à la fin de la semaine passée, que son budget allait baisser et que le ministère allait être amputé de la moitié des fonctionnaires de son ministère. Huit jours après le remaniement ministériel qui l’a promue, Roxana Maracineanu fait une grande (...)
  • J.-L. Mélenchon en "manque d’amis" ?

    Depuis quelque temps, il n’a échappé à personne que le bouillant Mélenchon a sensiblement adouci son discours, et lancé une véritable opération de séduction auprès de ses "anciens camarades" du PS, sans doute en vue des prochaines élections européennes. Le voilà nostalgique du courant "la Gauche (...)
  • Rebondissement de la crise politique : remettre en cause le capitalisme !

    Choisi pour tenter de résoudre la crise politique que traverse le pays depuis la fin du XXᵉᵐᵉ siècle, Macron, après un an à l’Élysée, semble plutôt avoir jeté de l’huile sur le feu ! L’été caniculaire que nous avons vécu a en effet été très chaud pour la présidence jupitérienne ! Mais revenons à la crise (...)
  • Fête de l’Humanité : Venez nombreux au stand du PCRF !

    Le Parti Communiste Révolutionnaire de France aura son stand à la Fête de l’Humanité les 14, 15 et 16 septembre 2018 au parc du Bourget, Avenue Raymonde Tillon au bout de l’Avenue Martin Luther King sur la gauche, entrée Courneuve. Une table de lecture, un bar et son fameux mojito, le n°148 de notre (...)
  • Affaire Benalla : nouvel avatar du présidentialisme monarchique ?

    "L’affaire Benalla" (Rappel : Alexandre Benalla, recruté par E. Macron comme agent de sécurité, s’est cru autorisé à faire le "coup de poing", aux côtés des CRS, contre des manifestants au printemps dernier) suscite un légitime remue-ménage médiatico-politique ; les uns et les autres semblent en effet (...)