Primaire de droite : réaction sur toute la ligne !

La droite française, avec ses forces politiques qui sont l’émanation directe de la bourgeoisie, vient de choisir ses candidats : Fillon ou Juppé.

Rappelons tout d’abord la mascarade politique que constitue l’organisation de "primaires", vieille formule américaine de la politique spectacle qui consiste à faire s’affronter sur la scène médiatique des personnalités en lice pour le poste de candidat officiel du parti. Pendant plusieurs semaines, les prétendants vont se retrouver face à face dans des "shows" médiatisés, où tous les coups sont permis pour faire croire à une opposition de fond entre les candidats : scandales, attaques personnelles, promesses démagogiques ou propos populistes pour attirer les foules. Mais ces oppositions verbales ne servent qu’à masquer le consensus qui existe entre tous les candidats des primaires : ils s’accordent tous sur la défense du capitalisme. Les primaires servent aussi à la starisation de la vie politique, à la remise en cause des partis politiques dans leur principe, et à la dilution de l’idée même de programme. En somme, il s’agit, derrière l’apparence de débat, de liquider le débat politique au bénéfice de la présidentialisation.

L’exemple des deux candidats Fillon et Juppé illustre cette mascarade : l’un et l’autre sont des réactionnaires patentés !
Le premier a été le premier ministre de Sarkozy, le second celui de Chirac, attachant son nom à des mesures de destruction de la Sécurité sociale, et ministre des Affaires étrangères de Sarkozy. Quel que soit le candidat final, les travailleurs, les démocrates n’ont rien à attendre de ces deux personnages dont les programmes expriment la volonté du grand Capital de renforcer l’exploitation capitaliste et d’assurer les meilleures conditions pour l’accumulation capitaliste. L’un comme l’autre sont d’ardents partisans d’une politique agressive et belliciste de l’impérialisme français.
Le programme économique et social de Fillon est très proche (la démagogie en moins) de celui du Front National. Le ralliement à sa candidature de la « droite décomplexée », celle de « la Manif pour Tous », des sarkozystes, est de ce point de vue caractéristique.
Quant à Juppé il serait dangereux pour la classe ouvrière de s’illusionner. Sa politique s’inscrirait, s’il était élu, dans le même moule. Ce que ferait tout autant un candidat du Parti socialiste, comme l’expérience vient une fois de plus de nous l’enseigner.

Ces élections présidentielles n’apporteront aucune solution aux problèmes de la classe ouvrière et du peuple. D’ores et déjà il faut se préparer, s’organiser, renforcer le mouvement syndical sur des bases de classe en écartant les bureaucrates et les opportunistes, participer à la reconstruction du mouvement révolutionnaire en rejoignant le Parti Communiste Révolutionnaire de France !

Paris, le 21 novembre 2016

  • Contre-offensive populaire !

    C’est par un agenda à l’étranger très chargé que la présidence Macron a choisi de fêter ses 1 an. Sa visite aux États-Unis fut abondamment commentée comme une réussite et un coup de maître de l’homme providentiel. Personne n’a pu manquer les images en boucle de Macron au congrès américain. La réalité de son (...)
  • Le mouvement syndical en France : état des lieux et perspectives

    À découvrir, ci-dessous, l’intervention de Maurice CUKIERMAN, Secrétaire général du Parti Communiste Révolutionnaire de France, lors de la rencontre des Partis communistes et ouvriers d’Europe, réunis à Bruxelles les 11 et 12 avril 2018. (pour ouvrir le pdf, cliquez sur la vignette). Chers Camarades, (...)
  • Macron : le sabre et le goupillon...

    Il y a un an, notre Parti dénonçait en Macron un individu marqué idéologiquement et politiquement par l’extrême droite : volonté de liquider tout pouvoir parlementaire, mise en avant du pouvoir du chef et volonté de concentrer tous les pouvoirs dans les mains de l’exécutif, volonté de casser le (...)
  • Réformes dans le Supérieur et le Lycée...

    Tri social et contenus appauvris, les deux mamelles d’une exploitation sans limite des jeunes travailleurs En 2015 puis 2016, deux réformes de portée idéologique ont frappé le second degré : la réforme du collège et celle du Bac professionnel, que nous avons analysées et dénoncées, à travers leurs (...)
  • "Vendu", avez-vous dit ?

    Qu’est-ce qu’un-e dirigeant-e syndical-e ? C’est quelqu’un qui défend les intérêts des travailleurs, leurs salaires, leurs conditions d’emplois ; c’est quelqu’un qui organise la lutte contre le patronat, car celui-ci vole le temps aux travailleurs, en leur extorquant la survaleur (plus-value). Mais (...)
  • Hollande-La-Guerre !

    Depuis quelques jours, une campagne politique de grande ampleur a lieu autour des évènements qui ensanglantent la République Arabe Syrienne : l’agression turque contre la région d’Afrin, et les combats menés par les forces syriennes pour déloger de la vallée de la Goutha les groupes djihadistes (...)
  • Pour un bond en avant de la lutte des classes !

    Depuis le mois de janvier 2018, rares sont les jours qui n’ont pas témoigné de la frénésie de changement du gouvernement Macron et de son caractère réactionnaire et brutal. La violence sociale qu’est l’exploitation capitaliste trouve ici son expression la plus aboutie : le nouvel élu présidentiel n’a (...)
  • Édouard Philippe, la SNCF et le Mensonge en Marche

    Le premier ministre a fait connaître ce matin (lundi 26 février 2018) les orientations qu’il entend donner à une réforme de la SNCF. Sur le fond il n’y a pas de surprise : la bourgeoisie française et européenne (UE) veulent en finir avec le secteur nationalisé, pour le rail comme pour le reste. Ce qu’a (...)