Mort de Johnny Halliday

La mort de Johnny Halliday est un évènement qui provoque une grande émotion dans de larges couches populaires. Incontestablement, il a marqué pendant plus de cinquante ans la chanson française, s’adaptant à l’évolution des goûts et dominant la scène du music-hall et des concerts musicaux de masse. Tout comme à son époque Edith Piaf, il est une des vedettes de la chanson dont le décès marque une rupture dans ce domaine.

Pour autant, le Parti Communiste Révolutionnaire de France ne saurait taire son indignation pour l’opération de récupération de l’émotion populaire par le gouvernement. Malgré toute l’importance que l’on peut donner à l’événement, il est particulièrement scandaleux qu’une radio comme France-Info ait pratiquement évacué tout autre nouvelle le jour de sa mort, et que les différents moyens d’information lui aient donné une place pour le moins excessive par rapport à la vie politique, et en relation avec l’évolution de la situation internationale.
Le gouvernement cherche manifestement à utiliser la mort de Johnny Halliday pour une opération « unité nationale ». Que le PCF et la France Insoumise se soient, par l’intermédiaire de leurs groupes parlementaires à l’Assemblée Nationale, prêtés à ce jeu en dit long sur le fait qu’ils ne constituent ni l’un ni l’autre ce dont ont besoin les travailleurs pour se défendre contre l’offensive de la bourgeoisie en cours ! Il y a plus grave. À un moment où, au nom de la sécurité, les restrictions de la liberté de manifestation sont permanentes contre le mouvement syndical, il est fait la démonstration qu’il s’agit bien de mesures liberticides puisque rien ne s’oppose à un défilé sur les Champs Élysées ! Et pourquoi les interdire aux travailleurs qui manifestent pour leurs droits ? Mais surtout, nous assistons à une nouvelle violation de la loi de séparation de l’Église et de l’État, puisque le président de la République doit prononcer comme tel, une intervention (fût-elle brève) dans le cadre d’une cérémonie religieuse. Ici, apparaît bien le caractère manœuvrier d’une opération récupératrice de l’émotion populaire pour faire avancer les sales desseins des forces les plus réactionnaires de ce pays, à laquelle s’est ralliée, comme dans une période passée plus dramatique (1940), l’essentiel de la social-démocratie.

L’émotion que l’on peut ressentir pour le décès d’une vedette de la chanson qui a accompagné la jeunesse de chacun, y compris quand c’était imposé par l’industrie du show-biz, ne saurait faire taire l’esprit critique nécessaire devant l’utilisation par le pouvoir des monopoles capitalistes de cette émotion.

  • Contre-offensive populaire !

    C’est par un agenda à l’étranger très chargé que la présidence Macron a choisi de fêter ses 1 an. Sa visite aux États-Unis fut abondamment commentée comme une réussite et un coup de maître de l’homme providentiel. Personne n’a pu manquer les images en boucle de Macron au congrès américain. La réalité de son (...)
  • Le mouvement syndical en France : état des lieux et perspectives

    À découvrir, ci-dessous, l’intervention de Maurice CUKIERMAN, Secrétaire général du Parti Communiste Révolutionnaire de France, lors de la rencontre des Partis communistes et ouvriers d’Europe, réunis à Bruxelles les 11 et 12 avril 2018. (pour ouvrir le pdf, cliquez sur la vignette). Chers Camarades, (...)
  • Macron : le sabre et le goupillon...

    Il y a un an, notre Parti dénonçait en Macron un individu marqué idéologiquement et politiquement par l’extrême droite : volonté de liquider tout pouvoir parlementaire, mise en avant du pouvoir du chef et volonté de concentrer tous les pouvoirs dans les mains de l’exécutif, volonté de casser le (...)
  • Réformes dans le Supérieur et le Lycée...

    Tri social et contenus appauvris, les deux mamelles d’une exploitation sans limite des jeunes travailleurs En 2015 puis 2016, deux réformes de portée idéologique ont frappé le second degré : la réforme du collège et celle du Bac professionnel, que nous avons analysées et dénoncées, à travers leurs (...)
  • "Vendu", avez-vous dit ?

    Qu’est-ce qu’un-e dirigeant-e syndical-e ? C’est quelqu’un qui défend les intérêts des travailleurs, leurs salaires, leurs conditions d’emplois ; c’est quelqu’un qui organise la lutte contre le patronat, car celui-ci vole le temps aux travailleurs, en leur extorquant la survaleur (plus-value). Mais (...)
  • Hollande-La-Guerre !

    Depuis quelques jours, une campagne politique de grande ampleur a lieu autour des évènements qui ensanglantent la République Arabe Syrienne : l’agression turque contre la région d’Afrin, et les combats menés par les forces syriennes pour déloger de la vallée de la Goutha les groupes djihadistes (...)
  • Pour un bond en avant de la lutte des classes !

    Depuis le mois de janvier 2018, rares sont les jours qui n’ont pas témoigné de la frénésie de changement du gouvernement Macron et de son caractère réactionnaire et brutal. La violence sociale qu’est l’exploitation capitaliste trouve ici son expression la plus aboutie : le nouvel élu présidentiel n’a (...)