Macron :"L’Etat (capitaliste...), c’est moi (au service des possédants...) !"

Dans la série jupitérienne des actualités du Président-Monarque Macron, la semaine écoulée depuis le 24 avril a été riche en épisodes.

Signalons notamment...

1/ Le caprice mégalomaniaque du "Roi-Soleil" pour Notre-Dame ("Nous la rebâtirons plus belle encore, et je veux que ce soit achevé d’ici 5 années") s’est immédiatement transformé en un projet de loi, soumis le 24 avril 2019 au Parlement (pour un vote prévu le 10 mai), qui prévoit rien de moins que de pouvoir déroger aux normes des marchés publics et de protection du patrimoine, et qui augmente les avantages fiscaux pour les donateurs (de 60% à 75% de réduction d’impôts !).
Projet hallucinant, au point que 1170 experts du patrimoine (conservateurs, architectes, professeurs...), ont publié, le 28 avril, une tribune intitulée "Monsieur le Président, ne dessaisissez pas les experts du patrimoine !".

2/ La logorrhée du "Télé-évangéliste" présidentiel prétendant répondre au mouvement des Gilets jaunes : le 25 avril, pendant 2 heures et demi, Macron a manié l’art du trompe-l’œil et de la botte-en-touche, alors qu’il n’a rien fait d’autre que de dérouler son programme de destruction massive des acquis sociaux et des droits démocratiques.
Quelques exemples :
- Droits sociaux : La retraite à 62 ans ? Si vous voulez, mais avec le système de retraite par points, on vous incitera de toute façon à travailler plus longtemps. Des retraites ré-indexées sur l’inflation ? Oui, mais seulement pour les pensions de moins de 1000 euros (et comme le montant global des pensions va baisser à cause de la réforme...). Le temps de travail hebdomadaire ? Il faudra qu’il augmente (et ça se négociera par branches professionnelles).
- Justice fiscale : L’ISF, non, on n’y revient pas, sa suppression est tellement formidable pour l’emploi... La lutte contre la fraude fiscale ? Euh, la Cour des Comptes va y réfléchir... On va baisser les impôts de 5 milliards, sans toucher aux niches fiscales des particuliers, et les 5 milliards manquants, on les trouvera quelque part, par exemple dans la Fonction publique, puisqu’on va y supprimer des milliers de postes.
- Services publics : On va les regrouper dans des "Maisons de services publics" (qui sont déjà sous-financées là où elles existent...) ; les 120 000 suppressions de postes de fonctionnaires ? "Le gouvernement analysera cela d’ici l’été"...
- Droits démocratiques : Une pincée de proportionnelle (20%) qui laisse donc 80% du scrutin en mode de non représentativité effective... Un nombre de parlementaires réduit de 30%, donc vers un Parlement croupion encore plus aux ordres de l’exécutif... Des citoyens "tirés au sort" pour "réfléchir", c’est tellement mieux que des élu-e-s ! Suppression de l’ENA : gênants pour le pouvoir présidentiel, ces futurs hauts fonctionnaires formés dans une école publique ? La prise en compte du vote blanc ? Non merci, on se contentera de compter l’ensemble des abstentionnistes sans distinction des raisons de cette abstention.

Conclusion : Le caractère ultra-réactionnaire, destructeur de droits et dictatorial de ce régime se révèle chaque jour un peu plus à travers son État autocratique bourgeois incarné par Emmanuel Macron.

  • Arles et Marseille, les 17 et 18 mai : Débats sur l’UE !

    Deux débats sur l’UE et l’Europe sont organisés par l’Association Nationale des Communistes (ANC), avec la participation du Parti Communiste Révolutionnaire de France (PCRF) et du Parti Communiste de Grèce (KKE), sur le thème "Sortir de l’Europe du capital, pour la satisfaction des revendications, pour (...)
  • Pas un aigle, Loiseau ?

    Il est courant de parler des « poubelles de l’histoire ». Parmi elles, devrait figurer l’existence de l’extrême-droite. Or il est visible qu’ Emmanuel Macron, qui n’est pas raciste mais peut être en excellents termes avec le gouvernement raciste de Netanyahou, qui n’est pas fasciste mais est toujours à (...)
  • Mettre en échec Macron...

    ... et toutes les forces au service de la bourgeoisie ! Après quatre mois de crise politique, ouverte par la révolte des Gilets Jaunes contre la politique de Macron et de la bourgeoisie monopoliste (même si peu d’entre eux en ont conscience), où en est-on ? Si le gouvernement et la Présidence (...)
  • Non à la manipulation de la jeunesse lycéenne !

    Le ministre Blanquer, dont la réforme des lycées se présente comme une catastrophe culturelle pour des centaines de milliers de lycéens, et qui au nom de la scolarisation pour tous à 3 ans renforcera les subventions publiques à l’école privée (catholique), vient de trouver une autre escroquerie pour (...)