Loi Travail sur le terrain : le syndicalisme à l’épreuve de la "rupture conventionnelle collective"

Les travailleurs doivent trier le bon grain de l’ivraie !

À peine mise en place par ordonnances, la Loi « Travail-contre-Capital » de Macron -El Khomri est utilisée par Peugeot Société Anonyme (PSA) ! Comme l’avait dénoncé la CGT depuis le début, la « rupture conventionnelle collective » permet au monopole de l’automobile, par ailleurs aux profits florissants, de supprimer 2200 emplois, contre la promesse de la création de 1500 emplois en CDI, plus des emplois intérimaires.

Rappelons que dans les cinq dernières années, 25 000 emplois ont été supprimés chez PSA. S’il est vrai que la rupture conventionnelle collective se fait à l’initiative du groupe monopoliste, il n’en demeure pas moins que celle-ci n’a lieu que parce que cinq organisations jaunes représentant 58% des salariés ont donné leur signature. C’est tout le machiavélisme des lois El Khomri et Macron : elles donnent l’initiative au patronat, tout en faisant reposer sur le prétendu syndicalisme de concertation la responsabilité des décisions prises. Ainsi on escompte que les travailleurs à un moment ou un autre se retourneront contre le syndicalisme.

C’est contre le « syndicalisme » pourri que les travailleurs doivent se retourner : la CFDT bien sûr, cette organisation qui regroupe le pseudo syndicalisme chrétien et les courants les plus intégrationnistes de la social-démocratie ; mais aussi FO, dont on comprend mieux l’attitude ambiguë depuis l’élection de Macron. Mais il est vrai que les relations incestueuses entre le patronat de la métallurgie et la fédération FO de cette branche sont largement connues : financement occulte, aides de toutes sortes, y compris en nervis, et en liaison avec l’officine de la CIA dirigée par d’ex-collabos (Georges Albertini) sous l’appellation d’Institut d’Histoire Sociale, aujourd’hui dirigée par… Stéphane Courtois. André Bergeron en fut président après avoir été le patron de FO pendant des années.

Seule la CGT a refusé de cautionner le mauvais coup (c’est le premier syndicat en voix). Elle a dénoncé les profits en hausse (de 1,2 milliards en 2015 à 2,15 Mds en 2016), le chiffre d’affaires record pour la première moitié 2017 et le record de ventes pour l’année 2017, le tout « arrosé par des subventions publiques de 287 millions d’euros pour les quatre dernières années  » ! L’attitude de la CGT montre que, malgré son orientation réformiste et son inaction dans la dernière période, elle reste une organisation syndicale dont les travailleurs doivent se réapproprier la maîtrise ; là où il y a résistance contre la collaboration de classe (notamment dans les organisations de base), il est nécessaire que renaisse un syndicalisme de lutte de classe.

Nous appelons les travailleurs à rejoindre la CGT et à mener ce combat dans les entreprises, les UL, les UD et les fédérations. Un proverbe sudafricain dit que là où est passé la rivière, l’eau coulera de nouveau. La CGT, par ses militants retrouvera son rôle de syndicat de classe, de masse et internationaliste. Il faut dénoncer partout, y compris à la CGT ou à la FSU, les « syndicalistes » jaunes, ces larbins du Capital, mais en même temps se battre pour récupérer notre arme dans la lutte des classes : le syndicalisme.

  • Contre-offensive populaire !

    Pour sa première année de mandat, E. Macron avait voulu frapper un grand coup : une rencontre avec Trump, où tout indiquait que le temps était au beau fixe. Bien sûr, il y avait l’Iran, mais après avoir dit qu’il soutenait le traité sur le nucléaire, Macron repartait en se prononçant pour sa (...)
  • Le mouvement syndical en France : état des lieux et perspectives

    À découvrir, ci-dessous, l’intervention de Maurice CUKIERMAN, Secrétaire général du Parti Communiste Révolutionnaire de France, lors de la rencontre des Partis communistes et ouvriers d’Europe, réunis à Bruxelles les 11 et 12 avril 2018. (pour ouvrir le pdf, cliquez sur la vignette). Chers Camarades, (...)
  • Macron : le sabre et le goupillon...

    Il y a un an, notre Parti dénonçait en Macron un individu marqué idéologiquement et politiquement par l’extrême droite : volonté de liquider tout pouvoir parlementaire, mise en avant du pouvoir du chef et volonté de concentrer tous les pouvoirs dans les mains de l’exécutif, volonté de casser le (...)
  • Réformes dans le Supérieur et le Lycée...

    Tri social et contenus appauvris, les deux mamelles d’une exploitation sans limite des jeunes travailleurs En 2015 puis 2016, deux réformes de portée idéologique ont frappé le second degré : la réforme du collège et celle du Bac professionnel, que nous avons analysées et dénoncées, à travers leurs (...)
  • "Vendu", avez-vous dit ?

    Qu’est-ce qu’un-e dirigeant-e syndical-e ? C’est quelqu’un qui défend les intérêts des travailleurs, leurs salaires, leurs conditions d’emplois ; c’est quelqu’un qui organise la lutte contre le patronat, car celui-ci vole le temps aux travailleurs, en leur extorquant la survaleur (plus-value). Mais (...)
  • Hollande-La-Guerre !

    Depuis quelques jours, une campagne politique de grande ampleur a lieu autour des évènements qui ensanglantent la République Arabe Syrienne : l’agression turque contre la région d’Afrin, et les combats menés par les forces syriennes pour déloger de la vallée de la Goutha les groupes djihadistes (...)