Le candidat de la bourgeoisie, c’est Macron !

La crise poli­ti­que qu’illus­tre le feuille­ton des Présidentielles confirme ce que le PCRF et son jour­nal Intervention Communiste disent depuis des mois : Emmanuel Macron est un can­di­dat qui a le sou­tien de la bour­geoi­sie mono­po­liste.

Envisagé comme « out­si­der » jusqu’en décem­bre 2016, il appa­raît aujourd’hui que c’est bien lui qui porte ses cou­leurs. Les autres can­di­dats, dont François Fillon, ne sont que ses faire-valoir, y com­pris Jean-Luc Mélenchon, puis­que ce der­nier n’a aucune inten­tion d’œuvrer au ren­ver­se­ment du capi­ta­lisme mais bel et bien de le gérer.

De cet indi­vidu au ser­vice de la banque Rothschild, minis­tre social-démo­crate pour cette raison, il n’y a rien de bon à atten­dre pour les tra­vailleurs ! Ses orien­ta­tions pro­gram­ma­ti­ques, ses décla­ra­tions, mon­trent qu’à l’image de la loi qui porte son nom, et de celle de son asso­ciée El Khomri (Loi « Travail »), il va aggra­ver l’exploi­ta­tion des tra­vailleurs et des masses popu­lai­res, conti­nuer à éroder les liber­tés démo­cra­ti­ques. À bien des égards il faut consi­dé­rer que l’élection de Macron pré­pa­rera une nou­velle pous­sée ultra réac­tion­naire et fas­ci­sante, que ce soit der­rière les Le Pen ou der­rière un(e) autre.

La seule réponse pos­si­ble, dans les condi­tions actuel­les, ne se trouve pas sur un bul­le­tin de vote, quel­les que soient les phra­ses de ceux qui se pré­sen­tent : aucun ne dési­gne le capi­ta­lisme comme res­pon­sa­ble de la situa­tion que nous connais­sons. Aucun n’appelle à le com­bat­tre (pas plus les can­di­dats trots­kis­tes que les autres, qui se pro­non­cent pour le par­tage des riches­ses et non pour leur appro­pria­tion par les tra­vailleurs), aucun n’appelle les tra­vailleurs à se ras­sem­bler pour affron­ter le Capital et pré­pa­rer de vrais chan­ge­ments : socia­li­ser les moyens de pro­duc­tion et d’échange, cons­truire un État qui soit au ser­vice du monde du tra­vail, pla­ni­fier la pro­duc­tion pour la satis­fac­tion des besoins. Il est signi­fi­ca­tif qu’aucun can­di­dat n’appelle à la rup­ture avec l’Union Européenne contre le capi­ta­lisme et avec l’OTAN ! Sans cela, toute poli­ti­que est vouée à n’être que la répé­ti­tion cari­ca­tu­rale de ce que le peuple grec connaît avec les escrocs de SYRIZA.

Alors, face aux com­bats qui nous atten­dent, refu­sons notre voix aux par­ti­sans du capi­ta­lisme !

Pour empê­cher le fas­cisme, il faut s’atta­quer au fumier sur lequel il pros­père : le capi­ta­lisme !

Préparez les com­bats de classe qui s’annon­cent : syn­di­quez-vous en masse et impo­sez le syn­di­ca­lisme de classe dans vos syn­di­cats !

Adhérez au PCRF pour pré­pa­rer les condi­tions de la Révolution socia­liste dont nous avons besoin !

  • Comité Central du PCRF (juin 2017) : Rapport enrichi

    Le 27 juin 2017, le Comité Central du Parti Communiste Révolutionnaire de France s’est réuni et a débattu de l’actua­lité poli­ti­que et sociale, avant d’adop­ter un plan de tra­vail pour les mois à venir. Ci-des­sous le rap­port du Secrétaire géné­ral, Maurice CUKIERMAN, enri­chi par la dis­cus­sion, et adopté à (...)
  • Simone Veil au Panthéon : entre mystification et opération politicienne...

    Le Président-monar­que Macron a décidé que « Simone Veil, ainsi que son époux, repo­se­raient au Panthéon », pour lui témoi­gner « l’immense remer­cie­ment du peuple fran­çais à l’un de ses enfants tant aimés ». S’agis­sant de la pan­théo­ni­sa­tion d’une femme poli­ti­que ayant été minis­tre dans deux gou­ver­ne­ments de (...)
  • EDITO : "La Réaction en Marche"

    Les Présidentielles comme les Législatives sou­li­gnent la pro­fon­deur de la crise poli­ti­que que tra­verse le pays. C’est l’abs­ten­tion (avec le vote blanc et nul) qui témoi­gne de son ampleur. Et c’est vrai dès le pre­mier tour des Présidentielles : aucun can­di­dat ne tota­lise plus de 18,5% des ins­crits, (...)
  • Législatives : raz-de-marée en trompe-l’œil pour la bourgeoisie

    Communiqué du Parti Communiste Révolutionnaire de France (PCRF) Le pre­mier tour des élections légis­la­ti­ves confirme l’ampleur de la crise poli­ti­que grave que tra­verse notre pays depuis plu­sieurs années. On assiste à une recom­po­si­tion du cadre poli­ti­que, équivalente à celle de 1958. Le parti (...)
  • Président Macron : la Réaction En Marche

    Ce que tout le monde savait - que Macron allait lancer une vaste offen­sive contre le pro­lé­ta­riat et les tra­vailleurs des cou­ches moyen­nes - est devenu bru­ta­le­ment une nou­velle, parce que Le Parisien et Libération ont publié des extraits d’un projet de réforme de la Loi Travail. Le gou­ver­ne­ment nie (...)
  • Gouvernement Macron/Philippe : réactionnaire sur toute la ligne !

    Déclaration du Secrétaire géné­ral du Parti Communiste Révolutionnaire de France : L’élection d’Emmanuel Macron ne lais­sait aucun doute : son gou­ver­ne­ment, dans la logi­que de son pro­gramme, serait un gou­ver­ne­ment socia­le­ment réac­tion­naire, un gou­ver­ne­ment « de guerre » contre les tra­vailleurs et les (...)
  • Législatives : le sens de nos candidatures

    L’atti­tude des marxis­tes envers les élections est de cibler le prin­ci­pal obs­ta­cle à atta­quer, en déployant de manière com­pré­hen­si­ble la poli­ti­que du parti. Pour le Parti Communiste Révolutionnaire de France, c’est le capi­ta­lisme (pro­priété privée des moyens de pro­duc­tion et d‘échange), cause réelle de (...)