2017, Centenaire de la Révolution d’Octobre

L’anniversaire du Grand Octobre est l’occasion d’approfondir notre réflexion sur les enseignements à tirer de cet événement qui a bouleversé l’histoire de l’humanité : jusqu’en 1917, il y avait eu des révolutions, mais elles n’avaient pas comme objectif de mettre fin à l’exploitation de l’homme par l’homme. En rupture avec les schémas utopiques de société parfaite, sortis de l’imagination d’écrivains talentueux, l’explication matérialiste dialectique et historique posait le principe que le capitalisme était son propre fossoyeur : c’était dans son propre développement social que se trouvaient les prémisses de la société communiste et que la naissance de cette dernière nécessitait une révolution conduite par le prolétariat, la seule classe qui n’avait rien à perdre et tout à gagner !

On objectera que le monde a changé, que la situation n’aurait plus rien à voir avec 1917. Rappelons-nous cette phrase du roman (et du film) Le Guépard : « Il faut que tout change pour que rien ne change !  » Oui, les choses ont changé, mais l’exploitation capitaliste s’est aggravée, et les programmes des bourgeoisies et de leurs partis visent à l’aggraver encore, en balayant les conquêtes sociales obtenues partout sur la base de l’appui que constituait l’Union Soviétique ! Les contradictions inter-impérialistes sont telles que la guerre mondiale entre pays impérialistes est de nouveau évoquée comme une possibilité tangible ! Jamais, depuis 1914, l’écart de revenus entre les plus pauvres et les plus riches, dans les citadelles impérialistes, n’a été aussi élevé, et il s’approfondit. Le 1% des plus riches possède autant que la moitié de la population mondiale ! Donc de ce point de vue, rien n’a changé : le capitalisme a aggravé son caractère pourrissant, parasitaire, corrompu (Fillon ne nous dira pas le contraire, après Sarkozy, Cahuzac, Lagarde, …). Le commerce des armes est le secteur le plus florissant de l’économie et ils s’en vantent !

Or ce qu’il nous faut, c’est changer réellement. La Révolution d’Octobre nous apprend que pour ce faire, il n’y a pas d’alternative à la nécessité de s’attaquer au Capital en l’expropriant, de détruire l’appareil d’État bourgeois en construisant l’État du prolétariat, de mettre fin à l’anarchie de la production capitaliste en planifiant l’économie !

Mais un autre enseignement doit être tiré : pour s’organiser en vue des batailles décisives pour la révolution, la classe ouvrière a besoin de lutter sous son propre drapeau, et son parti, son instrument pour l’action politique révolutionnaire, doit assurer son indépendance politique et idéologique en veillant particulièrement à ne pas la mettre à la remorque des forces bourgeoises et petites bourgeoises. C’est pourquoi il nous semble que voter pour J-L. Mélenchon au premier tour des présidentielles, comme envisager quelque ralliement que ce soit au second tour pour « défendre la République bourgeoise » ou pour le moindre mal, c’est tourner le dos à Octobre 1917 ; car faire de tels choix électoraux, ce n’est pas préparer les affrontements de demain, c’est préparer le terrain à des opérations politiques qui, au nom de prétendues étapes, ne font que repousser la révolution nécessaire aux calendes grecques.

  • Défendre les libertés démocratiques !

    Mardi 16 octobre 2018, les locaux du Parti de Gauche, celui de La France Insoumise et le domicile de Jean-Luc Mélenchon, ont été perquisitionnés dans des conditions problématiques : déploiement policier disproportionné (une centaine d’agents armés...), pour une enquête préliminaire en présence non pas (...)
  • Inondations dans l’Aude : communiqué du PCRF

    La Fédération de l’Aude du Parti Communiste Révolutionnaire de France exprime sa solidarité à l’égard des familles victimes. Notre département a été violemment touché par un épisode orageux qui a détruit nombre de logements, de biens, d’infrastructures, et causé plus d’une dizaine de morts. Par le passé, (...)
  • Remaniement ministériel : Beaucoup de bruit pour...

    ...pas grand-chose ! Le remaniement ministériel effectué par Emmanuel Macron est la conséquence des difficultés politiques rencontrées par une sauvage politique de classe, qui donne tout à la bourgeoisie monopoliste et à l’oligarchie financière, et retire tout à la classe ouvrière, aux chômeurs et (...)
  • Bas les pattes devant les allocations-chômage !

    Lors d’un show télévisé, le 1er Ministre, après avoir joué sa partition "libérale-progressiste" au plan sociétal, a abattu ses cartes : celles de la politique de classe impitoyable dont E.Philippe comme L.Wauquier sont les exécutants. Dans un pays où les profits explosent, où les monopoles, la (...)
  • Guerre d’Algérie : Parlons clair !

    Confronté à l’impopularité de sa politique, aux lézardes de sa majorité fabriquée, E. Macron vient de tenter une opération de ripolinage : le 13 septembre 2018, il a enfin mis un terme à la scandaleuse attitude de l’État couvrant la torture et l’assassinat par l’armée française du camarade Maurice Audin, (...)
  • Le PCRF et l’UJC mobilisés à la Fête de l’Huma 2018 !

    Ci-dessous des photos illustrant l’activité militante du PCRF et de l’UJC à leur stand de la Fête de l’Humanité en septembre 2018. Des centaines de pétitions contre l’interdiction du Parti Communiste de Pologne ont été recueillies, ainsi que des dizaines de contacts, et des adhésions ont été réalisées. (...)
  • Plan pauvreté de Macron... :

    ... Entre trompe-l’oeil et contrôle social accru ! Perçu comme l’homme du patronat et de l’oligarchie financière, comme "le Président des riches", en manque de popularité et confronté à une majorité fissurée, Emmanuel Macron a voulu faire du jeudi 13 septembre 2018, sa journée de "bonne action sociale" ! (...)
  • Ministère des sports : de qui se moque-t-on ?

    La nouvelle ministre des sports se serait aperçue, à la fin de la semaine passée, que son budget allait baisser et que le ministère allait être amputé de la moitié des fonctionnaires de son ministère. Huit jours après le remaniement ministériel qui l’a promue, Roxana Maracineanu fait une grande (...)