2017, Centenaire de la Révolution d’Octobre

L’anniversaire du Grand Octobre est l’occasion d’approfondir notre réflexion sur les enseignements à tirer de cet événement qui a bouleversé l’histoire de l’humanité : jusqu’en 1917, il y avait eu des révolutions, mais elles n’avaient pas comme objectif de mettre fin à l’exploitation de l’homme par l’homme. En rupture avec les schémas utopiques de société parfaite, sortis de l’imagination d’écrivains talentueux, l’explication matérialiste dialectique et historique posait le principe que le capitalisme était son propre fossoyeur : c’était dans son propre développement social que se trouvaient les prémisses de la société communiste et que la naissance de cette dernière nécessitait une révolution conduite par le prolétariat, la seule classe qui n’avait rien à perdre et tout à gagner !

On objectera que le monde a changé, que la situation n’aurait plus rien à voir avec 1917. Rappelons-nous cette phrase du roman (et du film) Le Guépard : « Il faut que tout change pour que rien ne change !  » Oui, les choses ont changé, mais l’exploitation capitaliste s’est aggravée, et les programmes des bourgeoisies et de leurs partis visent à l’aggraver encore, en balayant les conquêtes sociales obtenues partout sur la base de l’appui que constituait l’Union Soviétique ! Les contradictions inter-impérialistes sont telles que la guerre mondiale entre pays impérialistes est de nouveau évoquée comme une possibilité tangible ! Jamais, depuis 1914, l’écart de revenus entre les plus pauvres et les plus riches, dans les citadelles impérialistes, n’a été aussi élevé, et il s’approfondit. Le 1% des plus riches possède autant que la moitié de la population mondiale ! Donc de ce point de vue, rien n’a changé : le capitalisme a aggravé son caractère pourrissant, parasitaire, corrompu (Fillon ne nous dira pas le contraire, après Sarkozy, Cahuzac, Lagarde, …). Le commerce des armes est le secteur le plus florissant de l’économie et ils s’en vantent !

Or ce qu’il nous faut, c’est changer réellement. La Révolution d’Octobre nous apprend que pour ce faire, il n’y a pas d’alternative à la nécessité de s’attaquer au Capital en l’expropriant, de détruire l’appareil d’État bourgeois en construisant l’État du prolétariat, de mettre fin à l’anarchie de la production capitaliste en planifiant l’économie !

Mais un autre enseignement doit être tiré : pour s’organiser en vue des batailles décisives pour la révolution, la classe ouvrière a besoin de lutter sous son propre drapeau, et son parti, son instrument pour l’action politique révolutionnaire, doit assurer son indépendance politique et idéologique en veillant particulièrement à ne pas la mettre à la remorque des forces bourgeoises et petites bourgeoises. C’est pourquoi il nous semble que voter pour J-L. Mélenchon au premier tour des présidentielles, comme envisager quelque ralliement que ce soit au second tour pour « défendre la République bourgeoise » ou pour le moindre mal, c’est tourner le dos à Octobre 1917 ; car faire de tels choix électoraux, ce n’est pas préparer les affrontements de demain, c’est préparer le terrain à des opérations politiques qui, au nom de prétendues étapes, ne font que repousser la révolution nécessaire aux calendes grecques.

  • Macron, le capitalisme et la guerre

    En Marche forcée pour la réaction sur toute la ligne, l’homme de l’oligarchie financière, élu contre Le Pen et non pour son programme (17% des inscrits au premier tour), Macron, Président de la République du Capital, s’attaque à tous les droits conquis par la classe ouvrière et les masses populaires : (...)
  • Assassinats de Charonne : 56ème commémoration

    Le 8 février 1962, 9 travailleurs syndiqués de la CGT ont été sauvagement assassinés par des brigades spéciales de police sur l’ordre de Maurice PAPON, alors préfet de police de Paris, et de Roger FREY, ministre de l’Intérieur du gouvernement de l’époque. Cinquante-six ans plus tard, on ne les a pas (...)
  • Halte à la privatisation de la SNCF !

    Suite aux conditions climatiques, le manifestation des Cheminots a été annulée. Ci-dessous le tract qui était prévu pour le 8 février 2018, jour de mobilisation des cheminots pour la défense du service public des chemins de fer. (cliquez sur la (...)
  • Grave attaque contre la Fonction Publique. Organisons la riposte !

    À l’offensive pour mettre en œuvre la politique des monopoles et de l’oligarchie financière, le gouvernement et le Président de la République viennent d’annoncer l’ouverture d’un nouveau front : celui du démantèlement de la Fonction Publique. 120 000 emplois de titulaires sont visés, entraînant le recours (...)
  • Loïc SOLIDARITÉ

    Dès l’annonce de la date du procès contre Loïc notre parti le PCRF a soutenu son combat contre le patronat, ce MEDEF arrogant se croyant tout permis. Notre parti était présent avec son journal Intervention Communiste au rassemblement de soutien organisé le jeudi 25 janvier 2018 dès 8h du matin devant (...)
  • Contre la politique Macron, renforçons le mouvement populaire !

    L’année 2018 promet une accélération de la mise en place de la politique anti-ouvrière, anti-populaire et pro-capitaliste de l’homme de la bourgeoisie monopoliste, Emmanuel Macron : les retraites, les allocations et les droits des chômeurs, la Sécurité Sociale et le droit à la santé, l’aggravation de la (...)
  • Projet de loi sur l’asile et l’immigration : répression, tri et délation !

    Les associations réunies autour du projet de loi que leur a présenté Matignon le 11 janvier 2018 estiment que c’est un semblant de concertation. Certaines ont refusé d’y participer pour discuter d’un « avant-projet de loi », le considérant comme « un affichage trompeur », et d’autres dénonçant la méthode (...)