La lutte des "Uber" : à la découverte de l’exploitation...

Depuis plusieurs semaines, les chauffeurs de la société californienne UBER sont en lutte, réalisant des actions spectaculaires pour dénoncer leurs conditions de travail et de « salaire », et pour tenter de contraindre la plate-forme US à négocier sur leurs revendications.

Le Parti Communiste Révolutionnaire de France apporte son soutien résolu à ces travailleurs, comme à tous ceux qui sont victimes des conditions d’exploitation que la numérisation de l’économie, tant vantée par les ours savants de la social-démocratie, permet de mettre en place pour le plus grand profit, au bout du compte, de l’oligarchie financière.

« L’ubérisation » de l’économie, modèle sacralisé par Emmanuel Macron, constitue une véritable régression sociale : c’est un retour à des formes d’exploitation de la force de travail qui avaient sinon disparu, du moins massivement reculé, celles du travail à domicile. C’était le sort des travailleurs des manufactures dispersées (paysans et prolétaires), celui des canuts : ils possédaient leurs moyens de production, ce qui leur donnait l’illusion d’être restés des artisans, mais ils dépendaient totalement des fournisseurs de matières premières, qui imposaient les quantités, les délais de production, la qualité, etc. En fait, ils étaient des semi-prolétaires : ils étaient à mi-chemin entre le prolétariat et la petite bourgeoisie, mais ce qui dominait, c’était leur déclassement social comme petits-bourgeois, tandis qu’ils s’illusionnaient sur leur statut de propriétaires des moyens de production ! Leur exploitation était féroce (ce qu’illustre la révolte des canuts à Lyon sous Louis-Philippe). Cette forme d’exploitation du travail s’est perpétuée sous diverses formes : le travail à domicile des couturières par exemple, ou chez les marins-pêcheurs exploités par les mareyeurs (cf. le film La terre tremble de L. Visconti). Mais il revient en force à la fin du XXe siècle avec le télétravail, le travailleur achetant ses instruments de travail et répondant à la commande, en échange de quoi il est « tenu » de fournir le produit de son travail dans les délais donnés. Il est souvent en CDD, et donc quand l’employeur n’en a plus besoin, il est « jeté ». Souvent, c’est lui qui paye sa couverture sociale. Avec Uber et les plates-formes du même genre (toutes, quelles que soient leurs différences dans les formes et l’intensité de l’exploitation), le patronat utilise le fait qu’une main d’œuvre se trouve disponible - chômage - ; que cette main d’œuvre rêve d’être « indépendante » et d’organiser son emploi du temps ; que la législation du travail apparaît comme pesante et limitant l’initiative à la petite-bourgeoisie ; que la numérisation de l’économie permet de mettre en relation immédiate les acteurs sociaux en passant par-dessus les relations sociales traditionnelles ; que la force de travail utilisée ne se présente pas comme une marchandise, mais sous la forme de coopérateurs, l’entreprise, se présentant, elle, comme un simple intermédiaire avec le marché.

En réalité, l’ubérisation de l’économie aboutit à une précarisation totale des travailleurs, à leur contrôle total par l’entreprise. C’est ainsi que, d’un côté, le travailleur a à sa charge l’achat (ou la location) du véhicule, qui doit répondre à des critères particuliers, en matière de gamme (pas de standing en dessous de la Peugeot 508, la société Peugeot y trouvant donc son compte...), de couleurs ; mettre à ses frais, à la disposition des clients, eau minérale et confiseries ; ses cotisations sociales et la TVA ; l’entretien du véhicule… De l’autre côté, Uber fixe les tarifs, le pourcentage de sa part (60%), décide qui sera contacté pour une course, si un chauffeur doit être déconnecté suite à une insatisfaction d’un client. Il n’a aucune charge sociale.

Finalement, quand on y regarde de près, on s’aperçoit que ce système est utilisé dans un autre domaine d’activité de « service » : la prostitution en ligne ! Que le même groupe socialiste au parlement, sous des gouvernements socialistes, ait voté à la fois la loi Macron (rien à attendre de ce domestique de la banque Rothschild, pas même contre Marine le Pen), qui permet la généralisation de l’ubérisation dans un certain nombre d’activités de service à la personne, et la loi sur la pénalisation des clients des prostitué-e-s, tout en dépénalisant la prostitution, est emblématique d’un courant politique dont l’objectif est bel et bien, au nom de la « morale » et de la bonne conscience, de donner un cadre plus ou moins acceptable à l’exploitation capitaliste, quel que soit le domaine dans lequel elle s’exerce.

Aujourd’hui, les conducteurs de VSL Uber entrent en lutte pour leurs revendications, sans remettre en cause le système, pour pouvoir survivre (16h de travail par jour pour un revenu final autour du SMIC !). Demain ce seront ceux de la cuisine à domicile, car ils ne seront pas mieux lotis. Avec l’objectif de la liquidation des services publics chère à Fillon, à Macron, au Parti Socialiste, à l’Union Européenne, et, ne nous y trompons pas, au Front National (car derrière les déclarations démagogiques, la réalité du programme s’inscrit dans la même direction), c’est tout un tas d’activités paramédicales, d’enseignement, de prise en charge des handicaps et de la vieillesse, qui vont être confrontées à la généralisation de l’ubérisation, et ce avec la bénédiction des syndicalistes vendus de la CFDT.

Et soyons bien clairs : ce n’est pas un « problème Uber ». C’est le problème de toutes ces sociétés capitalistes qui pensent avoir trouvé le filon (avec un seul « l »...) pour s’enrichir sur le dos des travailleurs indépendants grâce aux possibilités ouvertes par Internet (l’économie numérique vantée par Hollande et Valls).

En tant que communistes, nous ne partageons certainement pas la conception de la vie des chauffeurs ubérisés. Nous pensons que leurs revendications pourraient certainement être plus radicales (par exemple la TVA pourrait être à la seule charge d’Uber). Mais nous sommes pleinement solidaires de leur combat, car en entrant dans la lutte, qu’ils en aient conscience ou non, ils participent au combat de classe pour défendre les droits et le pouvoir d’achat de tout le monde du travail. Et donc, les travailleurs « indépendants » de chez Uber, viennent, pour la plupart d’entre eux pour la première fois, de rejoindre la lutte des classes. Nous ne pouvons que les encourager à poursuivre, et nous appelons les travailleurs à leur manifester leur solidarité de classe.

  • Tupperware : Non à la fermeture !

    Le 19 octobre 2017, à Joué-lès-Tours en Indre-et-Loire, la direction a annoncé la fermeture sous quatre mois, c’est-à-dire en février 2018, de l’usine Tupperware. 235 travailleur-se-s seront donc licencié-e-s. Au milieu des années 2000, l’entreprise embauchait plus de 400 salarié-e-s. L’établissement de (...)
  • GM&S (La Souterraine) : Soutien aux travailleurs en lutte pour leurs emplois !

    Plus d’une centaine de salariés de l’équipementier automobile creusois GM&S Industry, menacé de liquidation, se sont rassemblés vendredi 16 juin après-midi à proximité de Bercy où s’est tenue une réunion de la « cellule de crise » sous l’égide du ministre de l’Economie (Bruno Le Maire) et à quelques (...)
  • Solidarité de classe avec les travailleurs et la jeunesse de Guyane !

    Une lutte exemplaire voit se mobiliser, depuis le 20 mars 2017, l’ensemble du peuple guyanais, lutte qui n’est pas sans rappeler le soulèvement des Guadeloupéens en 2009 : même détermination, même souci de l’unité pour une participation massive de toutes les composantes de la population. Une lutte (...)
  • Guyane : Solidarité de classe avec les travailleurs en lutte !

    Le Parti Communiste Révolutionnaire de France (PCRF) tient à exprimer sa solidarité de classe avec les travailleurs et la jeunesse de Guyane, engagés dans une lutte exemplaire pour leurs revendications légitimes en matière d’emplois, de services publics et de sécurité. La situation économique et (...)
  • Vivarte : soutien aux luttes pour l’emploi !

    Vivarte est le plus gros groupe d’habillement en France : Kookaï, La Halle aux chaussures, La Halle aux vêtements, Pataugas, Naf Naf, André, San Marina, Caroll, ... Tout a commencé à Nancy par une usine de chaussures en 1896. C’est en 2001 que le groupe André change de nom et devient Vivarte. En (...)
  • Clinique de l’Ormeau (Tarbes) : Lutte gagnante des salariés !

    Encadrés par des militants de la CGT et après 64 jours de lutte âpre et déterminée, les salariés de la clinique du groupe MédiPôle Partenaires, le 3e groupe de l’hospitalisation privée de France, ont obtenu gain de cause et ont validé ces acquis lors d’une assemblée générale : le passage de la (...)
  • Soutien aux 8 de Goodyear : stop à la justice de classe !

    Le 11 janvier 2017 à Amiens, le PCRF était présent au rassemblement organisé pour soutenir les 8 travailleurs de Goodyear en attente du verdict de leur procès. Ci-dessous le tract distribué par les militant-e-s du PCRF à cette occasion (cliquez sur la vignette) (...)
  • La lutte des "Uber" : à la découverte de l’exploitation...

    Depuis plusieurs semaines, les chauffeurs de la société californienne UBER sont en lutte, réalisant des actions spectaculaires pour dénoncer leurs conditions de travail et de « salaire », et pour tenter de contraindre la plate-forme US à négocier sur leurs revendications. Le Parti Communiste (...)