Gouvernement Macron/Philippe : réactionnaire sur toute la ligne !

Déclaration du Secrétaire général du Parti Communiste Révolutionnaire de France  :
L’élection d’Emmanuel Macron ne laissait aucun doute : son gouvernement, dans la logique de son programme, serait un gouvernement socialement réactionnaire, un gouvernement « de guerre » contre les travailleurs et les couches populaires. Quand un personnage se dit « ni de droite ni de gauche », malgré le caractère fallacieux de cette opposition artificielle, c’est toujours un réactionnaire.

Dans les conditions politiques actuelles, cette caractéristique concerne les forces politiques qui vont du FN au Parti socialiste (Hamon compris) : tous sont partisans du capitalisme, tous s’inscrivent dans le credo « Tout pour le Capital ». Toutes les circonvolutions intellectuelles pour tenter d’opposer la droite à une prétendue gauche ne sont rien d’autres que des tentatives de leurrer l’opinion publique pour certains, l’expression d’un crétinisme politicien pour une masse d’autres. Les parlementaires socialistes et radicaux qui votèrent les pleins pouvoirs à Pétain étaient-ils de gauche ? N’en déplaise à ceux qui crieront au manichéisme, tous ceux qui s’inscrivent dans la perspective de la défense du Capital, de son Union Européenne, de l’aggravation des conditions de travail et d’existence de la masse des travailleurs, des retraités, de la petite et moyenne paysannerie, des chômeurs, sont de l’autre côté de la barricade, quel que soit leur état d’âme sur la condition de la femme (bourgeoise, en l’occurrence...) ou des homosexuels !

Depuis son intronisation, Macron, l’homme qui peut écrire qu’il est partisan qu’il n’y ait pas de retraites à moins de 900 € pour que les gens puissent vivre dans la dignité (sic !), multiplie les signes d’arrogance de sa classe. Le premier ministre est membre de "Les Républicains", l’orientation est celle de la guerre de classe rebaptisée libéralisme. La parité homme-femme du gouvernement, la présence d’un "bouffon du Roi" tel que l’écologiste Nicolas Hulot, c’est l’unicité de genre bourgeois et des pseudo-courants écologistes contre les droits sociaux et du travail, et pour une politique belliciste avec l’OTAN, l’UE et pour la préservation de la FrançAfrique.

Le Parti Communiste Révolutionnaire de France appelle les travailleurs à renforcer leurs organisations syndicales, en y adhérant, et en y rejetant les orientations de collaboration de classe. En particulier, partout il faut s’opposer à tout rapprochement avec la direction de la CFDT, qui va la jouer « unitaire » pour mieux saboter la lutte. Nous sommes persuadés que les adhérent-e-s, les organisations de bases de ce pseudo-syndicat seront aux côtés de leurs camarades pour se défendre.

Notre Parti s’adresse à toutes celles et tous ceux qui sont inquiet-e-s, légitimement, face à la politique internationale de la France et aux menaces de guerre : il s’agit de s’organiser pour mener le combat pour la paix, en s’opposant à la politique du capitalisme français en particulier.

Nous appelons celles et ceux qui restent communistes, qui ne capitulent pas, qu’ils ou elles soient membres d’organisations hors du PCF, membres du PCF, ou non-organisé-e-s, à se rencontrer partout pour préparer la riposte et la reconstruction d’un Parti révolutionnaire uni sur la base d’une analyse marxiste-léniniste de la société et de l’internationalisme prolétarien. Pour notre part, notre Parti est prêt à s’associer à toute initiative allant dans ce sens en ce 100ème anniversaire de la Révolution d’Octobre.

Le 11 juin 2017, nous appelons à voter pour les candidats de notre Parti et partout ailleurs à s’assurer que l’on peut voter pour un candidat, en lui demandant de se prononcer contre la politique économique et sociale de Macron en toutes circonstances, contre l’OTAN et l’Union Européenne, contre l’ingérence française en Syrie, contre les opérations militaires à l’étranger et contre tout désistement au second tour pour les candidats du Parti Socialiste.

Paris, le 18 mai 2017

  • Le mouvement syndical en France : état des lieux et perspectives

    À découvrir, ci-dessous, l’intervention de Maurice CUKIERMAN, Secrétaire général du Parti Communiste Révolutionnaire de France, lors de la rencontre des Partis communistes et ouvriers d’Europe, réunis à Bruxelles les 11 et 12 avril 2018. (pour ouvrir le pdf, cliquez sur la vignette). Chers Camarades, (...)
  • Macron : le sabre et le goupillon...

    Il y a un an, notre Parti dénonçait en Macron un individu marqué idéologiquement et politiquement par l’extrême droite : volonté de liquider tout pouvoir parlementaire, mise en avant du pouvoir du chef et volonté de concentrer tous les pouvoirs dans les mains de l’exécutif, volonté de casser le (...)
  • Réformes dans le Supérieur et le Lycée...

    Tri social et contenus appauvris, les deux mamelles d’une exploitation sans limite des jeunes travailleurs En 2015 puis 2016, deux réformes de portée idéologique ont frappé le second degré : la réforme du collège et celle du Bac professionnel, que nous avons analysées et dénoncées, à travers leurs (...)
  • "Vendu", avez-vous dit ?

    Qu’est-ce qu’un-e dirigeant-e syndical-e ? C’est quelqu’un qui défend les intérêts des travailleurs, leurs salaires, leurs conditions d’emplois ; c’est quelqu’un qui organise la lutte contre le patronat, car celui-ci vole le temps aux travailleurs, en leur extorquant la survaleur (plus-value). Mais (...)
  • Hollande-La-Guerre !

    Depuis quelques jours, une campagne politique de grande ampleur a lieu autour des évènements qui ensanglantent la République Arabe Syrienne : l’agression turque contre la région d’Afrin, et les combats menés par les forces syriennes pour déloger de la vallée de la Goutha les groupes djihadistes (...)
  • Pour un bond en avant de la lutte des classes !

    Depuis le mois de janvier 2018, rares sont les jours qui n’ont pas témoigné de la frénésie de changement du gouvernement Macron et de son caractère réactionnaire et brutal. La violence sociale qu’est l’exploitation capitaliste trouve ici son expression la plus aboutie : le nouvel élu présidentiel n’a (...)
  • Édouard Philippe, la SNCF et le Mensonge en Marche

    Le premier ministre a fait connaître ce matin (lundi 26 février 2018) les orientations qu’il entend donner à une réforme de la SNCF. Sur le fond il n’y a pas de surprise : la bourgeoisie française et européenne (UE) veulent en finir avec le secteur nationalisé, pour le rail comme pour le reste. Ce qu’a (...)
  • Macron, le capitalisme et la guerre

    En Marche forcée pour la réaction sur toute la ligne, l’homme de l’oligarchie financière, élu contre Le Pen et non pour son programme (17% des inscrits au premier tour), Macron, Président de la République du Capital, s’attaque à tous les droits conquis par la classe ouvrière et les masses populaires : (...)