Gouvernement Macron/Philippe : réactionnaire sur toute la ligne !

Déclaration du Secrétaire général du Parti Communiste Révolutionnaire de France  :
L’élection d’Emmanuel Macron ne laissait aucun doute : son gouvernement, dans la logique de son programme, serait un gouvernement socialement réactionnaire, un gouvernement « de guerre » contre les travailleurs et les couches populaires. Quand un personnage se dit « ni de droite ni de gauche », malgré le caractère fallacieux de cette opposition artificielle, c’est toujours un réactionnaire.

Dans les conditions politiques actuelles, cette caractéristique concerne les forces politiques qui vont du FN au Parti socialiste (Hamon compris) : tous sont partisans du capitalisme, tous s’inscrivent dans le credo « Tout pour le Capital ». Toutes les circonvolutions intellectuelles pour tenter d’opposer la droite à une prétendue gauche ne sont rien d’autres que des tentatives de leurrer l’opinion publique pour certains, l’expression d’un crétinisme politicien pour une masse d’autres. Les parlementaires socialistes et radicaux qui votèrent les pleins pouvoirs à Pétain étaient-ils de gauche ? N’en déplaise à ceux qui crieront au manichéisme, tous ceux qui s’inscrivent dans la perspective de la défense du Capital, de son Union Européenne, de l’aggravation des conditions de travail et d’existence de la masse des travailleurs, des retraités, de la petite et moyenne paysannerie, des chômeurs, sont de l’autre côté de la barricade, quel que soit leur état d’âme sur la condition de la femme (bourgeoise, en l’occurrence...) ou des homosexuels !

Depuis son intronisation, Macron, l’homme qui peut écrire qu’il est partisan qu’il n’y ait pas de retraites à moins de 900 € pour que les gens puissent vivre dans la dignité (sic !), multiplie les signes d’arrogance de sa classe. Le premier ministre est membre de "Les Républicains", l’orientation est celle de la guerre de classe rebaptisée libéralisme. La parité homme-femme du gouvernement, la présence d’un "bouffon du Roi" tel que l’écologiste Nicolas Hulot, c’est l’unicité de genre bourgeois et des pseudo-courants écologistes contre les droits sociaux et du travail, et pour une politique belliciste avec l’OTAN, l’UE et pour la préservation de la FrançAfrique.

Le Parti Communiste Révolutionnaire de France appelle les travailleurs à renforcer leurs organisations syndicales, en y adhérant, et en y rejetant les orientations de collaboration de classe. En particulier, partout il faut s’opposer à tout rapprochement avec la direction de la CFDT, qui va la jouer « unitaire » pour mieux saboter la lutte. Nous sommes persuadés que les adhérent-e-s, les organisations de bases de ce pseudo-syndicat seront aux côtés de leurs camarades pour se défendre.

Notre Parti s’adresse à toutes celles et tous ceux qui sont inquiet-e-s, légitimement, face à la politique internationale de la France et aux menaces de guerre : il s’agit de s’organiser pour mener le combat pour la paix, en s’opposant à la politique du capitalisme français en particulier.

Nous appelons celles et ceux qui restent communistes, qui ne capitulent pas, qu’ils ou elles soient membres d’organisations hors du PCF, membres du PCF, ou non-organisé-e-s, à se rencontrer partout pour préparer la riposte et la reconstruction d’un Parti révolutionnaire uni sur la base d’une analyse marxiste-léniniste de la société et de l’internationalisme prolétarien. Pour notre part, notre Parti est prêt à s’associer à toute initiative allant dans ce sens en ce 100ème anniversaire de la Révolution d’Octobre.

Le 11 juin 2017, nous appelons à voter pour les candidats de notre Parti et partout ailleurs à s’assurer que l’on peut voter pour un candidat, en lui demandant de se prononcer contre la politique économique et sociale de Macron en toutes circonstances, contre l’OTAN et l’Union Européenne, contre l’ingérence française en Syrie, contre les opérations militaires à l’étranger et contre tout désistement au second tour pour les candidats du Parti Socialiste.

Paris, le 18 mai 2017

  • Oui, il faut continuer et ne rien lâcher !

    Déclaration du Parti Communiste Révolutionnaire de France Le Parti Communiste Révolutionnaire de France s’incline respectueusement devant les victimes du crime de Strasbourg, présente ses condoléances aux familles endeuillées et témoigne de sa sympathie pour les blessés leur souhaitant prompt (...)
  • Violences policières : pour Fiorina...et tous les autres blessés !

    Le 8 décembre 2018, Fiorina, une jeune femme de 20 ans, a été gravement blessée par un tir de flashball lors de la manifestation des Gilets Jaunes sur les Champs-Élysées. En voulant quitter ce rassemblement, aux environs de 13 heures, elle a reçu un projectile sur le visage de la part de ceux qu’on (...)
  • Lycéens en lutte : Solidarité !

    Solidarité avec les lycéens contre la sélection sociale et la destruction de l’enseignement secondaire, contre la répression policière ! Déclaration commune du Parti Communiste Révolutionnaire de France et de l’Union des Jeunesses Communistes Le Parti Communiste Révolutionnaire de France et l’Union (...)
  • Mobilisation contre le pouvoir du Capital monopoliste et sa violence de classe !

    Déclaration du Secrétariat du Parti Communiste Révolutionnaire de France Le gouvernement Macron révèle sa faiblesse devant la détermination des masses populaires mobilisées autour des "Gilets jaunes" : après avoir joué le pourrissement et l’autorité, Macron est contraint d’annuler les taxes indues qu’il (...)
  • Tous ensemble contre la politique de Macron, l’homme du capital financier !

    La crise politique et sociale s’aiguise de jour en jour. La colère accumulée depuis des années contre une politique au service exclusif des monopoles capitalistes et des groupes financiers, s’inscrivant dans les orientations de l’Union Européenne des capitalistes, éclate au travers du mouvement des (...)
  • La classe ouvrière doit se manifester !

    Depuis le 17 novembre se manifeste dans le pays un fort mouvement contre la politique de Macron et de son gouvernement, les "gilets jaunes". Ce mouvement est l’objet d’une répression policière brutale au même titre que la classe ouvrière et le mouvement syndical, lorsqu’ils entrent en conflit avec le (...)
  • Armistice 1918 : 100 ans après la fin de la boucherie impérialiste...

    Le 11 novembre 1918, l’armistice mettait fin à la première guerre mondiale, guerre impérialiste s’il en fut, pour le contrôle des marchés, des sources de matières premières, des capitaux, des routes commerciales, des colonies. L’impérialisme français se considérait comme le grand vainqueur. Mais cette (...)