Catalogne : arrestation de Carles Puigdemont

Après l’arrestation de Carles Puigdemont, ancien président de la Généralitat de Catalogne, par les autorités de la République Fédérale Allemande, nous publions ci-dessous la réaction de nos camarades du Parti Communiste des Peuples d’Espagne (PCPE).
Nous partageons le point de vue de nos camarades, et nous condamnons l’attitude du gouvernement allemand dans cette affaire, ainsi que la solidarité exprimée par le gouvernement français et l’Union européenne avec les dirigeants du Parti Populaire de Mariano Rajoy, héritier du franquisme. Faut-il rappeler que ce sont les mêmes (gouvernement espagnol compris avec le soutien du parti de la droite catalane de M. Puigdemont) qui, de 1990 à 1999, sont intervenus pour soutenir le démembrement de la Yougoslavie, soutenant les "nationalistes" croates ex-collaborateurs des nazis, puis les nationalistes bosniaques, slovènes et macédoniens, allant jusqu’à la guerre ouverte en 1999 pour mettre en place les terroristes de l’UCK au Kossovo ? C’est bien là l’expression de l’hypocrisie des bourgeoisies, qui instrumentalisent les questions nationales contre l’intérêt des peuples.

Déclaration d’Ástor García, Secrétaire Général du Parti Communiste des Peuples d’Espagne à propos de l’arrestation de Carles Puigdemont en Allemagne.

Carles Puigdemont est un politicien bourgeois, qui promeut un projet politique bourgeois. L’État bourgeois espagnol le poursuit, lui et d’autres, parce que même si leurs intérêts de classe sont les mêmes sur le fond, conjoncturellement ils divergent dans leur expression politique. Un État indépendant catalan suppose la dégradation des positions relatives de la bourgeoisie espagnole, il nécessite une base territoriale – un marché intérieur – de taille suffisante pour faire valoir ses intérêts dans les meilleures conditions, tant face aux autres pays de l’Union Européenne que face à ceux d’Amérique, de la Méditerranée, du Nord de l’Afrique ainsi que là où il est en concurrence avec des monopoles provenant d’autres pays.
Ce n’est pas parce que nous soutenons son projet ou parce que nous sympathisons avec l’indépendantisme que nous nous opposons à l’arrestation de Puigdemont. Nous nous opposons à l’arrestation de Puigdemont et d’autres politiciens catalans, parce que de tels faits sont l’expression concrète d’une tendance réactionnaire surgie dans de multiples domaines de la société, et débouchant sur une escalade dans la manière de traiter des questions politiques, manière qui, aujourd’hui touche des représentants bourgeois, mais ne saurait tarder à être appliquée contre le mouvement ouvrier et populaire.
Nous n’applaudissons pas ni ne soutenons politiquement Puigdemont et sa stratégie suicidaire, qui a conduit des milliers d’ouvriers et ouvrières catalans à une impasse, et nous sommes conscients du fait que ses objectifs politiques sont étrangers aux intérêts politiques de la classe ouvrière et des masses populaires. Mais se placer du côté de l’appareil d’État, dont le rôle fondamental est de maintenir l’actuel modèle de domination, et lui laisser entendre qu’il peut détruire toute opposition vis-à-vis de ce modèle – même si cette opposition vient de secteurs bourgeois –, conduit à subordonner la question de classe à la question nationale. Cela n’aboutit pas seulement à rallier le nationalisme opposé mais aussi à le promouvoir sous une fausse conception de ce qu’est l’État, et le rôle de la classe ouvrière par rapport à lui.
Nous sommes pour l’unité de la classe ouvrière, unité qui doit s’exprimer non seulement contre les secteurs bourgeois catalans, mais aussi contre l’État bourgeois espagnol, agents des intérêts de classe qui ne sont pas les nôtres, ni à Madrid ni à Barcelone.

  • Suède : à propos des élections...

    Le résultat des élections législatives en Suède inquiète légitimement l’opinion démocratique. Le parti "Démocrate", raciste, xénophobe, avec un discours de type néonazi, arrive en troisième position augmentant de 4% son score sur 2014. Mais pour autant, son résultat n’est pas celui que nous prédisait la (...)
  • Venezuela : Solidarité !

    Déclaration du Parti Communiste Révolutionnaire de France Le Président du Venezuela, Nicolas Maduro, a été la victime d’une tentative d’assassinat au moyen d’un drone lors d’un défilé militaire, le 3 août dernier ; tentative au cours de laquelle 7 militaires ont été blessés. Le Parti Communiste (...)
  • Accord européen sur les migrations : Déclaration du PCRF

    Le Parti Communiste Révolutionnaire de France dénonce l’accord trouvé à Bruxelles, le 29 juin 2018, entre les pays de l’UE concernant les migrations. Derrière les phrases, ce sont en fait les théories de l’extrême droite raciste qui l’emportent, les différences étant simplement dans le fait que les uns (...)
  • Hommage au philosophe marxiste italien Domenico LOSURDO

    C’est avec émotion que le PCRF apprend la mort du philosophe marxiste italien Domenico Losurdo. Ses livres, depuis la contre-révolution en URSS, ont été des moments importants de la réflexion marxiste sur l’expérience de la construction du socialisme, sur l’histoire du mouvement communiste, sur la (...)
  • Attaques contre le droit de grève en Europe...

    Depuis, plusieurs mois, les restrictions du droit de grève se multiplient dans les pays de l’Union européenne, mettant en lumière l’attaque globale menée par les gouvernements capitalistes contre le monde du travail. Derniers exemples en date : celui de la Grèce, où depuis janvier 2018, une (...)
  • Rencontre RPDC - Etats-Unis : un sommet historique !

    Le sommet organisé ce 12 juin 2018 à Singapour entre le Président Kim Jung Un pour la République Populaire et Démocratique de Corée et le Président Donald Trump est un événement majeur de la politique internationale. Pour en comprendre la portée il faut rappeler : Qu’en 1945, l’impérialisme États-unien (...)
  • Espagne : Pas une minute de repos pour le nouveau gouvernement capitaliste !

    Dans un mouvement parlementaire aussi rapide qu’habile, le Parti Socialiste Ouvrier Espagnol (PSOE) a réussi à ce que le Parlement décide la fin des fonctions de Mariano Rajoy et l’investiture de Pedro Sánchez, son secrétaire général, comme remplaçant de ce dernier, avec le soutien de Podemos et des (...)
  • Venezuela : Elections présidentielles le 20 mai 2018...

    ... Tous derrière le Parti Communiste du Venezuela ! Ce dimanche auront lieu les élections présidentielles au Venezuela, ainsi que les élections aux conseils municipaux et régionaux dans tout le pays. Elles se célébreront dans un contexte extrêmement tendu, à un moment où les acquis du mouvement (...)