Attentat aux Champs Élysées : Déclaration du Parti Communiste Révolutionnaire de France

Contre le terrorisme, il faut lutter contre la politique du capitalisme français !

Le Parti Communiste Révolutionnaire de France condamne avec la plus grande fermeté l’attentat perpétré aux Champs Elysées et revendiqué par Daech. À la veille des élections présidentielles, cet attentat est utilisé par la droite et l’extrême droite pour mobiliser la peur et faire soutenir leurs positions liberticides. Le gouvernement et la plupart des candidats font appel à « l’unité nationale », à l’union sacrée.

Le caractère dramatique des évènements ne saurait faire oublier que la question du terrorisme ne doit pas être le camouflage des politiques qui l’ont engendré : les origines de Daech, comme d’Al Qaïda/Al Nosra, remontent aux groupes terroristes qui combattaient le régime progressiste afghan et ses alliés soviétiques de 1979 à 1991, et qui étaient financés, armés, entraînés par les États-Unis, la France et l’OTAN, expression politique de l’Arabie Saoudite et du Qatar, ou à tout le moins de larges secteurs de leur classe dominante. Après avoir ravagé l’Algérie et le Nigeria, ces groupes criminels, en liaison avec leurs commanditaires, ont plongé la Libye dans le chaos et ont lynché le Président sortant ; cela a été rendu possible par le soutien militaire du gouvernement Sarkozy et de l’OTAN. En Irak, Al Qaïda a donné naissance à Daech, profitant de l’agression américaine et du chaos qui en est résulté. Les gouvernements Sarkozy et Hollande, alliés indéfectibles de l’Arabie Saoudite et du Qatar, ont soutenu par tous les moyens l’agression contre la République Arabe Syrienne, qui est plongée dans la guerre depuis 6 ans. Ces gouvernements ont présenté les groupes terroristes en Syrie comme des héros (« Al Nosra fait du bon boulot en Syrie », disait Laurent Fabius). Les attentats criminels en France contre Charlie-Hebdo et contre le Bataclan, n’ont en rien modifié les relations excellentes avec le Qatar et l’Arabie Saoudite, auxquels on continue de fournir tout l’armement nécessaire, notamment pour mener la guerre au Yémen. Cela n’a pas modifié non plus la politique d’ingérence militaire menée en Syrie, où de fait le gouvernement français désigne le même ennemi que Daech, à savoir le gouvernement syrien. Quelques heures avant l’attentat des Champs Elysées, le ministre des Affaires Etrangères, sans aucune preuve, accusait Damas d’avoir utilisé du gaz de combat, et appelait à renverser le gouvernement ! Le soutien aux groupes terroristes en Syrie ne fléchit pas, alors que tous les observateurs signalent la porosité entre tous les groupes et Daech. Ce dernier bénéficie, d’autre part, d’aides multiples de l’État d’Israël (y compris par le bombardement de la Syrie), cet allié privilégié de Paris et de Washington !

Le Parti Communiste Révolutionnaire de France appelle les travailleurs, les démocrates, à rejeter toute Union Nationale, qui ne peut être qu’une Union pour la guerre contre les peuples, pour la mainmise sur le gaz et le pétrole, pour la vente d’armements au Qatar et à l’Arabie Saoudite, pour le soutien aux terroristes en Syrie ! Pour lutter contre le terrorisme, il faut une politique étrangère de non-ingérence dans les affaires des peuples, une politique qui en finisse avec les agressions et interventions militaires, qui ne soit plus pourvoyeuse des armements aux régimes réactionnaires, et qui cesse d’apporter son soutien à la politique de l’État d’Israël, le seul État qui n’a respecté aucune des décisions internationales le concernant, qui possède l’arme nucléaire, qui se vante de ses relations ambiguës avec les groupes terroristes islamistes et opprime le peuple palestinien ! Il faut une politique qui vise à en finir avec le capitalisme français à son stade impérialiste, fauteur de guerre comme de politique réactionnaire contre les travailleurs.

Paris, le 21 avril 2017

  • Contre-offensive populaire !

    C’est par un agenda à l’étranger très chargé que la présidence Macron a choisi de fêter ses 1 an. Sa visite aux États-Unis fut abondamment commentée comme une réussite et un coup de maître de l’homme providentiel. Personne n’a pu manquer les images en boucle de Macron au congrès américain. La réalité de son (...)
  • Le mouvement syndical en France : état des lieux et perspectives

    À découvrir, ci-dessous, l’intervention de Maurice CUKIERMAN, Secrétaire général du Parti Communiste Révolutionnaire de France, lors de la rencontre des Partis communistes et ouvriers d’Europe, réunis à Bruxelles les 11 et 12 avril 2018. (pour ouvrir le pdf, cliquez sur la vignette). Chers Camarades, (...)
  • Macron : le sabre et le goupillon...

    Il y a un an, notre Parti dénonçait en Macron un individu marqué idéologiquement et politiquement par l’extrême droite : volonté de liquider tout pouvoir parlementaire, mise en avant du pouvoir du chef et volonté de concentrer tous les pouvoirs dans les mains de l’exécutif, volonté de casser le (...)
  • Réformes dans le Supérieur et le Lycée...

    Tri social et contenus appauvris, les deux mamelles d’une exploitation sans limite des jeunes travailleurs En 2015 puis 2016, deux réformes de portée idéologique ont frappé le second degré : la réforme du collège et celle du Bac professionnel, que nous avons analysées et dénoncées, à travers leurs (...)
  • "Vendu", avez-vous dit ?

    Qu’est-ce qu’un-e dirigeant-e syndical-e ? C’est quelqu’un qui défend les intérêts des travailleurs, leurs salaires, leurs conditions d’emplois ; c’est quelqu’un qui organise la lutte contre le patronat, car celui-ci vole le temps aux travailleurs, en leur extorquant la survaleur (plus-value). Mais (...)
  • Hollande-La-Guerre !

    Depuis quelques jours, une campagne politique de grande ampleur a lieu autour des évènements qui ensanglantent la République Arabe Syrienne : l’agression turque contre la région d’Afrin, et les combats menés par les forces syriennes pour déloger de la vallée de la Goutha les groupes djihadistes (...)
  • Pour un bond en avant de la lutte des classes !

    Depuis le mois de janvier 2018, rares sont les jours qui n’ont pas témoigné de la frénésie de changement du gouvernement Macron et de son caractère réactionnaire et brutal. La violence sociale qu’est l’exploitation capitaliste trouve ici son expression la plus aboutie : le nouvel élu présidentiel n’a (...)
  • Édouard Philippe, la SNCF et le Mensonge en Marche

    Le premier ministre a fait connaître ce matin (lundi 26 février 2018) les orientations qu’il entend donner à une réforme de la SNCF. Sur le fond il n’y a pas de surprise : la bourgeoisie française et européenne (UE) veulent en finir avec le secteur nationalisé, pour le rail comme pour le reste. Ce qu’a (...)